Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Le Luxembourg s’enfonce dans la culture de mort

La Commission consultative des Droits de l’Homme (CCDH – avis pdf) du Luxembourg vient de faire deux affronts à la majorité catholique du Grand-Duché. Elle a choisi la date du 8 décembre, fête de l’Immaculée, pour signer son Avis favorable au projet de loi du gouvernement visant à faciliter l’avortement. Et dans une attaque directe à l’Eglise catholique, elle préconise que les organismes agréés pour recevoir en consultation les femmes en détresse «ne devront en aucun cas être soumis â une idéologie politique ou une religion».

En s’alignant ouvertement sur les revendications les plus extrêmes du lobby pro-avortement, et notamment de la Fédération internationale pour la Planification Familiale (IPPF) – le plus grand pourvoyeur d’avortement au monde –, la CCDH :

  • considère inopportun de maintenir les dispositions sur l’avortement dans le code pénal ;
  • approuve l’initiative du Gouvernement d’accorder à la femme le droit de décider d’avorter volontairement ;
  • souhaite que l’état de « détresse » de la femme enceinte soit exclusivement apprécié par celle-ci et qu’aucune poursuite pénale ne puisse être entreprise sur le fondement de l’absence dudit « état de détresse », la preuve de cette absence ne pouvant être établie (car il s’agit d’une disposition subjective de la femme) ;
  • veut supprimer la consultation préalable obligatoire, sous prétexte qu’elle est incompatible avec le principe de « l’autodétermination de la femme » et souhaite qu’elle soit remplacée par une offre d’entretiens facultatifs ;
  • en tous les cas, exige que des solutions alternatives à l’avortement n’occupent pas une place prépondérante dans la consultation, car elles semblent destinées à « détourner la femme de son projet d’avortement » ;
  • recommande la suppression de la condition de trois mois de résidence au Luxembourg, transformant du même coup, le Grand-Duché dans une plaque tournante internationale du meurtre des innocents.

Une libéralisation du meurtre sciemment assumée, car la CCDH reconnaît par ailleurs que « la loi garantit le respect de tout être humain dès le commencement de la vie ». Mais elle s’abrite derrière la Cour européenne des droits de l’homme, laquelle a retenu « que la législation fIxant le point de départ du droit à la vie relève de la marge d’appréciation des États » (comme si, en l’état actuel de la génétique on pouvait encore avoir le moindre doute concernant le début de la vie humaine !). Comble d’hypocrisie, la CCDH déclare être « consciente de la nécessité de prendre en considération les positions très divergentes dans la société que suscite la question de l’IVG ».

Les catholiques du Luxembourg ont ouvert une pétition à adresser au Premier ministre.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services