Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Le lobby de l’avortement tente d’intimider le témoin d’un scandale

Lu sur C-Fam :

"Un défenseur des droits de l’homme accuse le lobby de l’avortement d’avoir intimidé un témoin prêt à témoigner en public des effets mortels d’un contraceptif de longue durée qu’on injecte aux femmes africaines.

L’audience programmée devant le congrès américain aurait pu ébranler la politique internationale des Etats-Unis dans le domaine du planning familial. C’est pourquoi le directeur du Rebecca Project, Imani Walker, sous pression du Planning familial, a fait saisir à la dernière minute l’ordinateur d’un de ses principaux témoins, la directrice politique du Rebecca Project Kwame Fosu, et envoyé au congrès des emails informant ces derniers que Mme Fosu avait été licenciée. Celle-ci s’est livrée au Friday Fax dans une interview exclusive.

D’après elle, pour en arriver là, Walker a subi pendant trois ans les attaques incessantes des « idéologues des droits reproductifs ». Les pressions ont commencé après la publication d’un rapport sur les violations des droits de l’homme perpétrées dans le cadre des programmes de planning familial. Mme Fosu est l’auteur de Depo Provera: Deadly Violence Against Women.( Depo Provera : Une violence mortelle à l’égard des femmes)

Les médecins africains auraient été payés pour injecter à des milliers de femmes sans méfiance un contraceptif de longue durée dans le cadre d’un essai médical financé en partie par USAID et par la Fondation Gates, explique Mme Fosu. Les lobbyistes, qui rassemblent des gros donateurs issus de l’industrie reproductive, craignent que ce type de révélation amorce le recul des droits reproductifs.

Au nombre des abus perpétrés par l’industrie pharmaceutiques, les médecins et les fondations puissantes, on compte d’une part des expérimentations non éthiques sur des femmes africaines, d’autre part, un usage généralisé du contraceptif injectable Depo Provera sur des millions de femmes africaines victimes de pauvreté. Ce actes ont été commis malgré en toute connaissance des effets secondaires, dont la liste a été publiée par le Food and Drug Administration and National Institutes Health. « Ce sont des gens comme moi, qui se targuent d’êtres progressistes et qui heurtent les femmes parce qu’ils veulent que tout le monde n’ai qu’une manière de penser : l’avortement, c’est-à-dire se débarrasser des grossesses par tout moyen », a expliqué Mme Fosu.

Le député William Lacy Clay, membre important du « Black Caucus » du congrès américain (un groupe de députés afro-américains), a expliqué que son bureau avait reçu plusieurs appels du Planning familial pour calomnier Kwame Fosu. Le Planning, distributeur de Depo Provera le plus important, perçoit des millions de dollars du gouvernement américain pour s’occuper de l’administration du médicament aux Etats-Unis et à l’étranger. William Clar informait en septembre des dirigeants sur la manière de désinformer les femmes, en particulier en Afrique, sur les complications associées au Depo Provera. […]

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services