Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Le laïc catholique de l’année a baissé les bras

Le grand-duc du Luxembourg qui avait adopté une attitude si courageuse et si rare sur le point précis de son combat contre l'euthanasie est revenu sur sa détermination dans son discours de Noël porté à notre connaissance hier.

"La révision constitutionnelle que le gouvernement, avec le soutien
de l’ensemble des groupes parlementaires présents à la Chambre des
députés, vient d’engager en mon nom et qui va dans le sens où je
l’entends, ne constitue aucunement un expédient.

Il s’agit d’une mesure nécessaire permettant d’adapter la
Constitution à la pratique. Il ne revient pas à un seul individu de
remettre en question les décisions des représentants de notre peuple.
Les lois sont votées par la seule Chambre des députés.

C’est pour cette raison que je considère cette réforme
comme un pas vers une monarchie moderne qui, de par son action et les
règles qui la gouvernent, est adaptée à notre époque.

Je serais heureux et soulagé si actuellement, tout comme
à l’avenir, on parvenait à éviter des situations où le Grand-Duc serait
obligé d’approuver une loi en désaccord avec ses idées fondamentales.
C’est pour cette raison que je remercie toutes les forces politiques
d’avoir soutenu, et ce, aussi promptement, cette modernisation si
importante et nécessaire de notre Constitution
".

En clair, le Grand-duc appelle de ses souhaits un changement de la constitution qui lui permette de ne plus voir sa conscience exposée dans la conduite de la politique de son pays. Régner sans souci.

Les lecteurs du Salon beige, qui ont choisi le grand-duc comme laïc catholique de l'année, auront choisi de mettre en avant le combat pour la vie et l'objection de conscience, comme précisé ici. Cette attitude précise du grand-duc n'a pas de prix en ces temps où priment plus la tiédeur et la lâcheté chez des hommes publics ou chez les donneurs de leçons dans l'ombre.

Et si aujourd'hui l'homme faiblit – ce qui peut décevoir certains -, les motifs du vote des lecteurs restent à son crédit et parfaitement louables. A nous de les conserver et d'aller de l'avant, n'en déplaise aux esprits chagrins et aux prophètes a posteriori.

Lahire

Partager cet article

9 commentaires

  1. “L’homme faiblit” ? Il suffisait pourtant de suivre cette affaire dans la presse pour savoir que cette “solution” constitutionnelle a été retenue dès le début par le grand duc, qui l’a suggérée lui-même aux partis politiques luxembourgeois. Dès le début, il ne s’agissait pour lui que de garder sa conscience sans tâche, mais certainement pas de s’opposer efficacement à la loi. Quoiqu’en disent ses admirateurs, on peut en dire autant de l’attitude de Baudouin de Belgique par rapport à la loi sur l’avortement, qui n’aura servi à rien d’autre qu’à lui garder les mains propres…
    “Il suffisait pourtant de…” Alors pourquoi ne pas avoir éclairé la lanterne des autres, dont vos aimables rédacteurs du SB? Facile de parler après…
    Lahire]

  2. Sans être un esprit chagrin, j’imagine qu’on peut être chagriné par cette nouvelle.
    J’ai personnellement voté pour Magdi Allam, qui à mon sens a le plus fait acte de courage, car lui, c’est sa vie qu’il risque!
    Je suis aujourd’hui, doublement satisfait de mon vote.
    Pour en revenir au grand-duc du Luxembourg, son discours est digne du meilleur démocrate libéral!
    A quoi sert-il d’avoir les idées claires si on ne veut pas les faire appliquer quand on en a le pouvoir.
    On risque d’avoir une république du Luxembourg plus vite qu’il ne le pense!
    En toute justice, ce sera mérité!
    Nous arrivons dans une période ou plus rien ne tiendra !

  3. ouais, mais moi je préférais Ingrid, car au moins elle est sincère

  4. Il ne veut pas perdre sa “liste civile” ou son équivalent luxembourgeois.
    Il préfère l’argent à la vie de ses sujets. C’est abject.

  5. Pour m part il n’a pas baissé les bras: il a abdiqué!! Il a renoncé au seul pouvoir qui lui restait pour sauvegarder le bien commun. Celà confirme l’analyse de Michel de Poncin citée dans mon commentaire sur l’élection du laic de l’année.
    Dommage, mais pour autant son élection par les lecteurs montre que les catholiques ont encore le désir d’un chef d’état avec ne force morale assez grande pour s’opposer ax lois njustes et ça c’est plein d’espérance!!

  6. Ne critiquons pas le Salon beige, qui ne connaissait pas le discours du grand-duc…
    Mais profitons-en pour :
    -rechercher la vérité sur cette affaire
    -étudier la technique révolutionnaire : en particulier, le libéralisme qui consiste à dire : “je ne suis pas d’accord, cela est contre ma conscience, mais je ne peux imposer mon point de vue aux autres”.
    Cette attitude est profondément anti-crhétienne :
    -elle ravale la vérité objective au rang d’une opinion, d’un point de vue (le grand-duc a osé dire “ma vérité” !!!). Au lieu d’être une chose réelle, la vérité devient liée à la personne (subjectivisme) et donc non-absolue (relativisme).
    -elle nie la souveraineté de Dieu ET DU CHRIST sur toute la création, sur les personnes, sur la société, sur les parlements.
    -elle reconnaît un droit suprême à la loi civile et au peuple : une loi votée au parlement DOIT être promulguée et entrer dans le comportement de la ssociété !
    Cela revient, en pratique, à l’apostasie : on refuse la loi divine, ou à tout le moins on la limite à la conscience et on l’exclut du reste (société, famille etc.).
    C’est cela qu’il faut :
    -étudier : la plaie des catholiques, c’est que peu d’entre eux étudient vraiment.
    -dénoncer haut et clair : on ne peut travestir ou amoindrir la vérité, il faut faire toute la lumière sur les choses.
    -combattre : nous sommes (qu’on le veuille ou non) insérés dans un combat. Dans ce combat, il y a DEUX camps (deux = pas trois, pas aucun !) : le camp de Notre Seigneur, et l’autre camp. Le grand-duc n’appartient pas au premier, il est donc dans le second.
    Ce qui détruit le combat chrétien, c’est le désir de tout ménager : et pour cela, on en appelle à tort à l’unité, à la charité etc.

  7. J’adhère tout à fait à ce que dit Berg dans le commentaire précédent.
    J’ajouterais que cet épisode démontre comment par la démocratie, on peut tromper le peuple et arriver à lui faire voter pour le contraire de ses idées. Ce n’était évidemment pas la démarche du SB. Mais cela montre que , volontairement ou non, la vérité ne peut pas émaner d’une majorité.

  8. Quel dommage!

  9. Eh bien, je tombe de mon haut ! Ces têtes couronnées sont minables finalement…
    Vive la République Luxembourgeoise !
    Ps: et ceux qui voulaient un référendum ???

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services