Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Russie

Le grand-duc Nicolas Nicolaïévitch, francophile et héros de guerre

Le grand-duc Nicolas Nicolaïévitch, francophile et héros de guerre

A l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, Jean-Paul Besse a publié une biographie du grand-duc Nicolas Nicolaïévitch (1856-1929). Fils d’un père héros de la guerre russo-ottomane de 1877, oncle de Nicolas II qui avait été son élève dans la cavalerie, où lui-même excellait, il fut en 1914-1915 le commandant suprême de l’armée russe.

Francophile, très lié au président Poincaré et au général Joffre qui l’admirait, il fit envahir dès l’été 1914 la Prusse orientale allemande et la Galicie autrichienne, sauvant ainsi la France d’un désastre irrémédiable. D’une autorité impressionnante qui lui avait fait extorquer au tsar en 1905 la première Constitution russe, ce partisan de l’autocratie le mit aussi en garde contre Raspoutine, qu’il lui avait pourtant présenté. Ces initiatives et les revers de 1915 lui coûtèrent son poste.

Les témoignages de Raymond Poincaré, ou plus encore du maréchal Joffre et du général Laguiche, qui l’admiraient vivement, sont sans équivoque. C’est aussi une des raisons de ce livre qui, à l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, a voulu rendre justice au meilleur général allié de la France. A cet égard, il est particulièrement intéressant de noter qu’en mai 1939 le général Weygand, qui avait déjà sauvé la Pologne en 1920, proposa vainement à l’état-major polonais, formé dans les écoles militaires françaises, de s’appuyer sur la vieille ligne fortifiée russe ; en septembre, les Polonais ayant refusé cette alternative, perdirent Varsovie et, le lendemain, les anciennes forteresses russes de Mokotov, Dobrovsky et Tcherniakov, au sud de la capitale détruite.

Très populaire, jalousé par le tsar rêvant d’un destin sacrificiel, il fut envoyé dans le Caucase où il écrasa les Turcs. Comme en Pologne, il y traita les différents peuples avec équité. Pressenti par l’opinion comme « Nicolas III » mais refusant de s’y prêter, il se réfugia en Crimée pour échapper aux bolcheviks. Recueilli par le roi d’Italie, son beau-frère, puis installé en France, il y dirigea la majeure partie de l’émigration russe. Soutenu par Wrangel, Koutiépov et Krasnov, son bras droit, il fut emporté par la maladie et le malheur de son peuple.

Inhumé dans l’église russe de Cannes, sa dépouille fut transférée en 2015 à Moscou. Héros national, le grand-duc Nicolas méritait, comme sa mère sainte Anastasie de Kiev, l’hommage qui lui décerna Ivan Bounine, prix Nobel de littérature en 1933.

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services