Le gouvernement a-t-il passé sous silence des actes de torture au Bataclan ?

C’est le Daily Mail qui ouvre le bal, s’appuyant sur les rapports de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale présidée par Georges Fenech sur les actes de terrorisme en France depuis le 7 janvier 2015 (Charlie Hebdo). Les rapports se suivent et ne se ressemblent pas tout-à-fait : alors que le Procureur de la République François Mollins le nie totalement et parle de “rumeurs” (lire ici), des fonctionnaires de la BAC de nuit du Val-de-Marne parlent d’actes de torture à l’étage du Bataclan : décapitations, égorgements, énucléations, émasculations, éviscérations et tortures en tout genre ont été décrits, au point de faire vomir les policiers qui ont découvert la scène (lire ici).

On trouvera une traduction de l’article du Daily Mail, ainsi qu’une synthèse des divers témoignages de la Commission d’enquête dans cet article de Fdesouche.

Ces divergences dans les témoignages ne peuvent que nous alerter : pourquoi vouloir cacher ces actes de torture commis par des islamistes ? Le président Georges Fenech dit qu’il a eu connaissance de vidéos qui auraient été postées au profit de la propagande de Daech. Il n’a pas l’air de mettre en doute les déclarations des policiers de la BAC, qui témoignaient sous serment. Et pourtant, le Préfet de Police de Paris, le directeur de la Police judiciaire à Paris et le Procureur de la République disent qu’ils n’ont pas eu connaissance de tels actes de torture. Si ces actes étaient connus du grand public, ne peut-on imaginer que le scénario soigneusement élaboré par les gouvernements successifs d’un “islam de France” respectueux des “valeurs républicaines” volerait en éclat ?

Laisser un commentaire