Bannière Salon Beige

Partager cet article

Le GIEC, réactionnaire ?

Environnement / Institutions internationales / Non classé / Pays : International

Le rapport du GIEC sur l’alimentation et l’agriculture a été approuvé début aout. Il analyse les liens de causalité réciproque entre “réchauffement climatique” et pratiques agricoles ou environnementales, et propose des pistes de solution qui remettent globalement en cause les pratiques actuelles. Il établit qu’un quart des terres émergées est à ce jour considéré comme dégradé, mais que la terre dans la situation actuelle pourrait nourrir 10 milliards d’individus.

Le rapport dénonce les méfaits d’une agriculture productiviste, et, c’est nous qui la qualifions ainsi, “progressiste”, où l’homme veut substituer ses propres lois à celles de la nature, dans une vision lucrative et prométhéenne.

Il préconise une agriculture diversifiée, territoriale et à taille humaine”, avec des solutions dont le trait commun est leur caractère interdisciplinaire, et implicitement réactionnaire. Elles traduisent en effet une marche à rebours de l’hubris moderne, avec un retour à des pratiques ancestrales, certes optimisées par les progrès techniques et scientifiques. Le rapport évoque notamment : l’augmentation de la matière organique dans les sols, l’agroforesterie, la reforestation, le mélange polyculture-élevage, la rotation des cultures…

La video suivante donne une idée des préconisations, et de leurs origines lointaines.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

2 commentaires

  1. Le GIEC, dont la composition ressemble comme deux gouttes d’eau à un inventaire à la Prévert (dans lequel les scientifiques reconnus ne sont même pas 10%), est une institution débile qui pond régulièrement des recommandations idiotes (voir ci-dessus).
    Pourquoi lui accorde-t-on encore une quelconque attention?

  2. Et parallèlement, on urbanise à gogo les meilleurs potentiels agronomiques, ce dans l’indifférence quasi générale, sans se préoccuper le moins du monde que, en cas de crise grave, nous n’aurions plus les moyens de nourrir nos populations au delà de 48h, faute de logistique … Du court terme et rien d’autre, on brûle nos plus beaux diamants pour réchauffer des hamburgers !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services