Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Le “G2S” analyse le nouveau Livre Blanc de la Défense Nationale

Dans leur lettre d'information du G2S, les généraux à la retraite, analysent le nouveau livre blanc de la défense sorti il y a six mois. Ce document demande à être lu entièrement. Seuls des morceaux choisis de l'éditorial du président de cette association, le général FAUGERE, sont repris ci-dessous. Pour avoir accès à cette analyse, il faut aller sur cet autre lien.

Dans l'éditorial nous pouvons lire:

"Beaucoup de critiques ont été émises sur ce LB souvent pertinentes et parfois aussi nourries d’arrière-pensées plus ou moins partisanes. Mais, peu en fait, ont été commises par une voix militaire autorisée. L’analyse sous l’angle capacitaire, notamment, reste à faire. C‘est modestement notre ambition dans ces pages organisées sous forme de tableaux qui ont tenté d’en relever les éléments positifs et les dispositions plus négatives. Ce travail restera imparfait et, certainement, pourrait-il être enrichi, et même contredit, par d’autres analyses plus autorisées…

Nous aurions bien voulu avoir une vision plus positive de ce Livre blanc dont l’écriture n’était pas une nécessité absolue au regard de son prédécesseur de 2008 et de l’évolution de la situation stratégique internationale. Car, il ne semble pas que dans l’intervalle des cinq années écoulées, nous ayons été les témoins de ruptures stratégiques… Le, ou les, « printemps arabes » n‘en possèdent pas les caractéristiques, car, somme toute, ils étaient prévisibles comme toute évolution peut l’être. A tout le moins, ces évènements du sud méditerranéen demeurent un facteur aggravant de l’instabilité mondiale dont on ne peut pas dire que ce LB en ait tiré les conséquences militaires qui s’imposaient.

Ce Livre blanc, après une brillante analyse de la situation géopolitique mondiale, des risques et des menaces qui pèsent sur nos fragiles démocraties, se livre dans des développements successifs à des descriptions comptables des armées ou mêlent différentes considérations sur la politique du personnel qui n’ont pas leur place dans un document de cette nature. Car elles relèvent de la seule responsabilité du ministre de la défense dans l’organisation de son ministère et celle des armées. D’autant que toutes les dispositions retenues dans ces domaines relèvent du contingent et prennent donc le risque d’être contredites ou démenties dès… l’année prochaine.

C’est ainsi qu’il est traité du nombre de chars et d’avions de combat, du nombre d’hommes à disposer à droite ou à gauche pour telle ou telle mission dans différents contrats opérationnels, du recrutement direct ou indirect des cadres, de la concertation dans les armées, de la gouvernance souhaitée au sein du ministère, et de bien d’autres aspects encore, toutes choses, finalement, qui n’ont pas à être exposées sur la place publique, encore moins quand elle est internationale…  

Pour finir, le chapitre sur les ressources humaines, semble le plus important, au fond, avec le rééquilibrage du personnel civil au détriment du personnel militaire, notamment sur les postes de responsabilité, l’évolution de la nature du recrutement des militaires, les intentions sur la formation et la nouvelle gouvernance, laquelle pourrait conduire à la dénaturation de l’état militaire tel qu’il était compris jusqu’à maintenant."

La dernière fois que les socialistes ont sacrifiés les armées, cela s'est fini par la débâcle de 1940 et le vote des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, par une assemblée nationale (chambre des députés et Sénat) bien à gauche, suite à l'élection du Front Populaire de 1936. Car, même si l'incompétence crasse de la gauche (déjà!) avait aboutit à stopper l'expérience, dès 1938, en ramenant le centre droit au pouvoir, ce sont bien des députés et sénateurs majoritairement à gauche qui votèrent ces pleins pouvoirs. Allez comprendre la logique de leur raisonnement ? C'est sûrement cela être de gauche!

Est-ce que l'an II de la Hollandie sera aussi l'année marquant la fin de cette expérience?

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cet émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

3 commentaires

  1. A dire vrai, si ce Livre Blanc est funeste, il ne l’est pas autant que la réforme mise en œuvre par le prédécesseur d’Hollande.
    En effet Sarkozy, avec sa mise en œuvre mortifère des Base de Défense, machin américanisé parfaitement inadapté aux armées françaises mais en revanche dans l’entière lignée de la défaite de 1870, a non seulement déstructuré les armées (gendarmerie, bases de défenses, etc.) mais il a en outre dissous le tissu humain de façon inégalée à ce jour (-54000 hommes, alors que Hollande en est à -24000).
    Bref, Hollande n’aura que donné un coup de pelle de plus au tracteur dévastateur sarkoziste. Ni l’un ni l’autre n’auront servi la France, bien au contraire.

  2. Les parlementaires de 1940, quelqu’aient été leur parti, cette année là, ont surtout fait le choix du Maréchal Pétain, qui était alors perçu comme un stratège émérite, doté par ailleurs d’une capacité à réunir le pays sous sa férule…Ce tant par la classe politique que par le Peuple Français, traumatisé (et on peut le comprendre) par la guerre de 14/18.
    Considérer que l’armée a toujours été sacrifiée par la “gauche” et jamais par la “droite” – en partant du principe que ces notions ont encore du sens – est aussi à questionner.
    Georges Clémenceau n’est pas un homme “de droite” et il est pourtant le stratège (et celui qui va faire de la guerre sa seule politique) du conflit de 14/18. Les révolutionnaires de la Terreur, ont aussi des principes qui ne sont pas reniés par “la gauche”. A commencer par la République et le vote universel.
    La débâcle de notre armée est très bien expliquée dans les mémoires du Général De Gaulle. Et si les parlementaires, en 1940, décident de remettre les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, sans doute est-ce par qu’ils connaissent l’Histoire de notre beau pays…Et ont confusément conscience que l’instabilité du régime – les Ministres passent et trépassent – nuit à la victoire militaire.
    Cela n’excuse en rien leur conduite. Mais on peut comprendre ce vote. Comme on peut comprendre le reniement de Charles de France par Philippe de Bourgogne. Ou encore la signature du traité de Troyes.

  3. En 39, ce sont surtout les maçons fuyards qui ont laissé derrière eux un maçon, au cas où hitler aurait pris l’ascendant, comme bouée de secours en cas de retour de veste nécessaire.
    Le fait que Pétain ait été un héros national a facilité le passage de manche, malgré les écarts flagrants (dont l’orientation partisane gauche droite, qui à l’époque, était censée signifier quelque chose – censée).

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services
Copied!