Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le fantasme de l’ouvrier communiste passé au FN ne résiste pas à la réalité des faits

Historien, politologue, Nicolas Lebourg déclare à Politique magazine, dont le dossier est consacré à Marion Maréchal-Le Pen :

P"[…] Marion Maréchal-Le Pen est au confluent des droites catholiques et identitaires. Elle fédère un « bloc des droites » qui entre en concurrence avec les tenants d’une ligne « ni droite, ni gauche » nombreux au sein du Front national. Son libéralisme économique – pas très différent de celui qu’affichait son grand-père – et son conservatisme sur le plan des mœurs, qui s’est affirmé dans l’opposition à la loi Taubira, vont dans cette logique.

Des idées qui tranchent avec celles de sa tante, Marine Le Pen…

La présidente du FN est persuadée que ces combats politiques, en particulier l’opposition au mariage pour tous, n’ont pas d’intérêt stratégique. Il s’agit d’une réflexion ancienne chez elle, mûrie depuis son passage à la tête de l’association Génération Le Pen en 2002. Contrairement à ce qu’on a raconté, ce ne sont pas les « néopaïens » et autres « racialistes » qui ont été écartés des instances de direction du parti lorsqu’elle en a été élue présidente en 2011. Ce sont d’abord ceux qui incarnaient le courant national et catholique, traditionnel au sein du FN. Marine Le Pen a pris le FN par la gauche. D’où, entre autres, l’importance accordée à la défense de la laïcité.

Ce qui n’a pas l’heur de plaire à tout le monde au sein du parti. Quelle est la meilleure stratégie ?

Du point de vue électoral, c’est Marion Maréchal-Le Pen qui est dans le vrai. La ligne « souverainiste » imposée par Florian Philippot a sans doute fait perdre au FN le second tour des élections régionales. Avec Joël Combin (ndlr : universitaire spécialiste du vote frontiste), nous avons étudié de près le vote FN lors des dernières élections municipales : c’est très clairement un vote de droite ! Le fantasme de l’ouvrier communiste passé au FN ne résiste pas à la réalité des faits. La direction actuelle du FN court donc après une chimère et commet une erreur d’analyse stratégique, pointée comme telle au congrès de Lyon, en 2014, ou Marion Maréchal-Le Pen était arrivée en tête des élections internes, devant Florian Philippot, arrivé seulement quatrième. Une façon pour les militants de rejeter cette ligne « souverainiste » qui a pourtant été maintenue aux régionales de 2015.

Il y a donc une incompréhension entre les militants et la direction ?

Je le pense. La ligne actuelle ne correspond ni aux aspirations des militants ni à celle des électeurs. Le programme économique du Front – qualifié « d’extrême-gauche » par Nicolas Sarkozy, habile cette fois – illustre ce hiatus. Je pense en particulier à la proposition phare de Marine Le Pen de sortir de l’euro. Une telle mesure est rejetée par une très large majorité de l’électorat de la droite et de la droite de la droite. De nombreux cadres du Front m’ont confié défendre le programme économique de Marine Le Pen sans le comprendre. Les pauvres en perdent leur latin. […]"

Partager cet article