Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Benoît XVI

Le développement humain : ONU vs Benoît XVI

Le PNUD vient de désigner la Norvège vainqueur du classement du développement humain. Un petit détour sur le site de l'Unesco permet de voir que le PNUD dénie ouvertement toute référence aux "anciens" (entendez Platon, Saint Thomas d'Aquin) dans sa vision de l'homme et de son développement et se réfère quasi-exclusivement au bien-être de l'homme dans la petite sphère qu'il se sera choisie.

Les critères qui ont placé la Norvège en tête sont : l'espérance de vie à la naissance, le taux d'alphabétisation de la population et le Produit intérieur brut (PIB) par habitant en termes de parité du pouvoir d'achat (PPA) calculé en dollars américains.

Notez l'espérance de vie "à la naissance" : l'avortement qui tue 16 000 enfants par an en Norvège pour une population de 4 700 000 d'habitants est libre jusqu'à 12 semaines et gratuit.

Ce pays est en-dessous du seuil de renouvellement des générations depuis plus de 30 ans et l'immigration depuis de nombreuses années assure plus de la moitié des naissances.

Enfin, il y a plus de musulmans que de catholiques en Norvège. Sans évoquer son taux de natalité brut en chute libre, ses courbes inversées des mariages et divorces, voilà qui dénotent de grands changements passés et à venir…

C'est ça le pays qui détient le meilleur développement humain?

Benoît XVI écrit dans sa dernière encyclique :

"Les projets en vue d’un développement humain intégral ne peuvent donc ignorer les générations à venir, mais ils doivent se fonder sur la solidarité et sur la justice intergénérationnelles, en tenant compte de multiples aspects: écologique, juridique, économique, politique, culturel (…)

Un des aspects les plus évidents du développement contemporain est l’importance du thème du respect de la vie, qui ne peut en aucun cas être disjoint des questions relatives au développement des peuples (…)

La conception des droits et des devoirs dans le développement est mise à l’épreuve de manière dramatique par les problématiques liées à la croissance démographique. Il s’agit d’une limite très importante pour le vrai développement, parce qu’elle concerne les valeurs primordiales de la vie et de la famille (…)

En revanche, des nations, un temps prospères, connaissent à présent une phase d’incertitude et, dans certains cas, de déclin à cause de la dénatalité qui est un problème crucial pour les sociétés de bien-être avancé. La diminution des naissances, parfois au-dessous du fameux « seuil de renouvellement », met aussi en difficulté les systèmes d’assistance sociale, elle en augmente les coûts, réduit le volume de l’épargne et, donc, les ressources financières nécessaires aux investissements, elle réduit la disponibilité d’une main-d’œuvre qualifiée, elle restreint la réserve des « cerveaux » utiles pour les besoins de la nation".

Partager cet article

1 commentaire

  1. Ce ne sont pas la moitié es naissances mais :
    “L’immigration, ces dernières années, a assuré plus de la moitié de la croissance démographique.”
    Ce n’estpas pareils, et c’est plus facilement réversible

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]