Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie

Le crucifix qui ne dérangeait personne

La mairie gère les locaux de l'ancien presbytère de Wandignies-Hamage dans le Nord, petit bourg de 2000 âmes. Une convention avec l'archevêché fait que tout le monde y trouve son compte et se tiennent dans cette salle des réunions de la municipalité, les séances de catéchisme, le repas des enfants de l'école, etc. sous le regard d'un crucifix de l'ancien presbytère. Tout le village vit ainsi dans la paix et tous les témoignages (à écouter sur ce reportage de France Info) concordent sur un point : ce crucifix ne dérangait personne dans le village.
Personne? Pas tout à fait : une ancienne institutrice de 89 ans aidée par "la libre pensée du Nord" a porté plainte pour atteinte à la loi de 1905 et le tribunal administratif a ordonné que le crucifix soit décroché. Le maire a fait appel et compte sur le soutien de toute la population… sauf d'une femme soutenue par les anticléricaux et cautionnée par la Justice.

Lahire (merci à PV)

Partager cet article

16 commentaires

  1. A 89 ans, elle ne va pas tarder à se retrouver dans le bureau du Grand Proviseur, là-haut. Elle ne se prépare pas dans les meilleures conditions, la pauvre.

  2. Touchez pas à notre crucifix !
    Réagissez vous ! écrivez au libre pensée
    [email protected]

  3. “Le MAIRE a fait appel”…
    Ca laisse réveur 🙂

  4. Eh bien qu’on l’enlève ce crucifx! Le vrai combat n’est pas là.

  5. Elle a mis du temps à réagir !
    Et dire que les mêmes accusent le Pape d’être gateux !

  6. Pauvre femme, elle se croit à “Clochemerle” ….

  7. A 89 ans elle ne doit plus avoir toute sa tête… Cette vieille dame ferait mieux de prendre un bon repos et se changer les idées.
    Si elle a des petits-enfants pourquoi n’irait-elle pas les voir ?

  8. Ceux qui demandent d’enlever le crucifix bafouent la liberté religieuse des habitants.
    S’ils veulent garder le crucifix, rien, aucune règle morale ou juridique valable ne peut les en empêcher. L’article 1er de la constitution va dans ce sens (respect de toutes les croyances)
    Cette dame apparemment fanatisée, se croit une mission, mais donnée par qui ? Par son orgueil et ses erreurs intellectuelles ? Elle veut imposer sa vérité personnelle à tous.

  9. eh oui, le mouvement de la Libre-Pensée, qui a connu ses heures de gloire autour des années 1900, existe bel et bien toujours !
    mais il n’a pas d’autre choix aujourd’hui pour se rappeler à l’attention du public que de s’enflammer ici ou là pour des causes bien ridicules et bien abracadantesques !
    L’époque veut cela, puisque la majorité de nos contemporains ont adopté sinon la pensée (pensent-ils seulement, les pauvres ?) du moins l’attitude et les réflexes benêts des libres-penseurs
    Enfin, dans quelques années, les derniers militants convaincus de la Libre-Pensée auront disparu, ça fera des occasions de sourire en moins dans ce triste monde moderne…

  10. oups !
    mille excuses pour mon erreur de frappe !
    “abracadabradantesques”, bien sûr

  11. Quelle laïcité quand on entend le Quai d’Orsay s’inquiéter des propos FALSIFIES de Benoit XVI. Non mais de quoi se mêle-t’on dans cette RIPOUBLIQUE ?

  12. Il y a quelques années un chef d’établissement de l’enseignement catholique qui ouvre son institution chauqe année pour les épreuves nationales du bac (sans aucune contrepartie, notamment en terme de surveillants) s’est trouvé confronté à la même polémique. Il a promis de faire le nécessaire le lendemain.
    Le jour suivant, tous les crucifix de toutes les classes étaient scellées au mur avec du mortier… “Désolé, je ne peux rien faire sans dégrader mon établissement, et l’Etat ne subventionne pas les réparations. Sinon vous pouvez demandez à changer d’établissement pour passer votre bac…” Jamais plus eu de problème.

  13. Une génération passe et s’énerve car elle prend conscience que le témoin ne sera pas transmis aux nouvelles générations. Ce témoin ne sera pas transmis car le nouvelles générations commence à s’apercevoir qu’il s’agit d’un “bâton merdeux”.

  14. “commencent” mille excuses

  15. A Claire,
    Le curé (maintenant décédé) qui m’a enseigné le catéchisme m’avait raconté une histoire semblable à celle que vous avez rédigée.
    En ce début de XX° siècle, le travail à la mine était l’une des rares opportunités permattant de faire vivre sa famille. Nombreux donc étaient ceux qui y travaillaient. Parmi eux, un Catholique qui avait l’habitude de porter une petite croix sur sa veste.
    Un jour, les ouvriers lui arrachèrent sa croix (sans raison apparente, si ce n’est par haine du Christ), la piétinèrent, et le dissuadèrent de porter à l’avenir un tel insigne. Mais le lendemain, le Catholique revint au travail, portant à nouveau sa petite croix. Furieux, les ouvriers la lui arrachèrent à nouveau. Les jours suivants furent semblables aux précédents : le Catholique refusant d’abandonner sa croix continua à l’arborer, et ses collègues de travail s’acharnèrent à la lui reprendre. Jusqu’au jour où…
    Un matin, le Catholique arriva à la mine : il ne portait plus sa croix… Ses co-équipiers, conscients que les leçons qu’ils lui avaient régulièrement infligé avaient finalement eu raison de son obstination, lui firent sentir leur victoire par des sarcasmes et des railleries. A cet instant, le Catholique ouvrit sa chemise et montra à ses collègues qu’il n’avait pas abandonné sa petite croix : il se l’était cousue à même la peau sur la potrine. Il leur déclara : “Allez-y, arrachez-là !” Personne n’osa la lui enlever.

  16. La Croix
    8 mars 1976
    On veut évacuer la Croix. Pourquoi ? Parce-que plus personne ne veut souffrir, personne ne sait souffrir. La Croix porte malheur, disent mes pauvres enfants pervertis, mes fils prévaricateurs. Aujourd’hui, il n’y a qu’un cri, une seule exigence, mais puissante : nous voulons jouir ! C’est l’unique aspiration : c’est pourquoi il faut abolir la Croix. Ils la brûleront sur les places après l’avoir réduite à un informe morceau de bois. Il faut en détruire jusqu’au souvenir. Jours sombres, jours d’angoisse, jours d’épreuves très dures. Mais qui m’aime ne périra pas. Qui m’aime défendra ma Croix et ressuscitera pour l’éternité.
    N’ayez pas peur, portez votre croix. Vous me donnez beaucoup de joie quand je vous vois la porter en public, même comme ornement. Portez-la toujours ; c’est l’ornement le plus beau ; portez-la visiblement ; c’est l’ornement le plus précieux que vous puissiez porter et Je n’oublierai jamais celui qui la porte avec foi et amour, spécialement aujourd’hui où les femmes se parent de tant d’objets ridicules et même – vous ne le savez pas, mais moi Je le sais – d’objets profanes ou carrément pornographiques pour m’insulter : elles les appellent « porte-bonheur » ! Les malheureuses ! Contrez une telle indécence en portant mon symbole et vous ne périrez pas : c’est un symbole de gloire.
    Ils ne savent plus quoi inventer pour frapper mon Cœur !
    Les flagellations des Hébreux étaient des délices en comparaison des blessures raffinées qui me sont infligées aujourd’hui, même par un grand nombre de mes consacrés. Priez pour eux ; ils ont grand besoin d’aide et certains se sauveront mais, hélas, pas tous. Ils ne sentent même plus la tendresse de ma Mère, qui les appelle avec insistance, pleure, souffre et offre continuellement. Unissez-vous à votre Mère du ciel : Elle vous attend, âmes qui l’aimez.
    ***
    Je suis votre Maman du ciel. Vous m’avez rendu hommage et Je l’ai beaucoup apprécié : vous avez essuyé mes larmes amères ; vous avez soulagé mon Cœur brisé. Si vous saviez ce qu’on est en train de concevoir pour offenser mon Fils bien-aimé ! Vous ne savez pas, mais c’est épouvantable. Il y aura un grand bouleversement, mais ne doutez pas, priez ; nous serons ensemble pour soutenir la Croix de mon Fils, Lui qu’on ne veut plus écouter. Que de boue et de pourriture autour de vous ! Protégez vos filles, pour qu’elles ne se laissent pas entraîner. Priez avec moi ; Je serai avec vous et Je vous sauverai.
    Ne craignez pas ! Vos possibilités seront démultipliées : vous ne vous reconnaîtrez pas, parce que vous aurez besoin d’énergies que vous n’êtes pas conscients de posséder.
    Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, votre Mère du ciel et saint Michel sont avec vous pour vous protéger.
    Éditions du Parvis/Messages à Costanza Callegari / L’Esprit-Saint, Soleil de Vie : »Ouvrez vos cœurs, répondez à mon Amour ! »

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services