Bannière Salon Beige

Partager cet article

Aide au développement

“Le combat contre les OGM relève de la barbarie et de l’obscurantisme”

Attention, chronique politiquement incorrecte, trouvée dans les 4 vérités :

"Après l’exception culturelle,
voici l’exception
culturale. Le
conseil d’État vient
d’annuler l’arrêté de mars 2012
qui interdisait en France la culture
du maïs transgénique, mais
Philippe Martin, le nouveau
ministre de l’Écologie, cherche
la parade et déclare que l’État
est « d’une hostilité absolue à
l’égard de ce qui est génétiquement
modifié ».
Notons que Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie
sous Sarkozy, avait défendu bec
et ongles la même position.

Si l’on veut comprendre à quel
point cette exception « culturale
» est ridicule, il faut prendre
conscience qu’il existait l’année
dernière, dans le monde,
170 millions d’hectares cultivés
en OGM par 17 millions d’agriculteurs
dans 28 pays
, dont les
États-Unis, l’Inde, la Chine, le
Brésil… Même Cuba vient de
s’y mettre. Il y en avait déjà plus
de 100 millions d’hectares voici
six ans, et 1,7 million d’hectares
il y a dix-sept ans !
On peut donc dire qu’on a eu
tout le loisir d’en mesurer les
effets.

Or, on n’a pas encore noté
un seul cas d’intoxication et l’on
n’a vu que des conséquences
positives sur l’environnement.

Ces plantes nécessitent moins
d’eau et d’insecticides. Ainsi le
maïs BT permet d’éliminer la
pyrale et la sésamie, parasites
très virulents, donc de diminuer
ou d’éliminer les traitements
phytosanitaires
, ce qui devrait
enchanter les Verts. L’utilisation
de deux espèces de riz génétiquement
modifiés en Chine a
permis de réduire de 80 % l’utilisation
de pesticides
, ce qui a
eu aussi comme conséquence
d’améliorer la santé des agriculteurs.

Pour divers chercheurs de
l’Institut National de Recherche
Agronomique, il est clair aujourd’hui
que les OGM représentent
un immense espoir pour les
pays pauvres
.
Norman Borlaug, docteur en
agriculture de l’Université du
Minnesota, Prix Nobel de la paix
en 1970, Médaille d’or du Congrès, va plus loin. En 2005, il a
déclaré qu’il ne voyait aucun
moyen de nourrir la population
mondiale sans recourir à des
céréales génétiquement modifiées.
Beaucoup de gens en France,
autour de José Bové et d’ATTAC,
expliquent qu’ils ne sont pas
contre les OGM, mais voudraient
que l’on n’en plante pas tant que
l’on n’aura pas établi leur absence
de nocivité au moyen de
recherches appropriées. On se
demande alors pourquoi José
Bové et ses nervis ont commencé
par le sabotage des installations
de recherche.
Les écologistes anti-OGM prétendent
aussi que le développement
des OGM est fait par des
compagnies privées pour accroître
leurs profits au détriment du
tiers-monde. C’est faire preuve
d’une ignorance qui confine à la
stupidité :

  • D’abord, parce que beaucoup
    de découvertes utiles sont faites
    dans des universités et des instituts
    de recherche publics.
  • Ensuite, parce que les sociétés
    privées ont une incitation très
    forte à ne pas commettre d’erreur
    sur le plan de l’environnement
    ou de la santé. Pour elles,
    c’est simplement une question
    de vie ou de mort.
  • Enfin, parce que, si elles fabriquaient
    des produits qui coûtent plus qu’ils ne rapportent au
    fermier, fût-il du tiers-monde, ce
    dernier ne serait pas assez idiot
    pour les acheter.

Les ignorants prétendent aussi
qu’avec les OGM, les agriculteurs
sont obligés d’acheter les
semences chaque année. Cela
fait rire les agriculteurs, qui ne
cultivent que du maïs hybride
depuis plus de cinquante ans, et
achètent déjà leurs semences
chaque année.

Le combat contre les OGM relève
de la barbarie et de l’obscurantisme.
Il nous rend ridicules
dans les autres pays civilisés.
Il a fait perdre beaucoup de
temps à nos meilleurs chercheurs,
dont certains ont préféré
partir à l’étranger.
Il diminue la compétitivité de
notre agriculture et il a fait
prendre un retard peut-être irréversible
aux semenciers français
qui comptaient pourtant parmi
les meilleurs du monde."

Partager cet article

48 commentaires

  1. “il a fait prendre un retard peut-être irréversible aux semenciers français”
    J’en viendrais presque à y voir l’action de quelque officine chargée d’attiser les flammes pour mieux perdre l’industrie française, tant il est difficile de croire à tant d’aveuglement.

  2. C’est l’évidence même. Les “Verts” militent en réalité contre l’écologie. Cela se constate dans beaucoup de domaines et particulièrement lorsqu’ils militent pour le haschisch qui pollue et ruine la santé. L’UMPSFN milite contre des bonnes choses au nom de chimères et par le moyen de mensonges et laisse proliférer des comportements nocifs à l’humanité.
    Merci d’avoir mis ce texte en évidence.

  3. “d’une hostilité absolue à l’égard de ce qui est génétiquement modifié » …
    Tiens, tiens, tiens, en faire contre tout ce qui est contre nature.
    Intéressant ça.

  4. C’est étonnant, en cherchant OGM sur le site des 4 vérités, je n’ai pas trouvé l’article que vous proposez, mais plutôt une réponse à celui-ci qui va dans le sens totalement opposé (et ce par un rédacteur se déclarant de droite): http://www.les4verites.com/politique/lecologie-otage-des-ideologies

  5. Excellent article.
    Autres arguments clés :
    A) attitude irrationelle car contradictoire des autorités qui refusent les OGM (en l’état) dans l’alimentation humaine alors qu’ils sont autorisés depuis des lustres dans l’alimentation animale (OGM) : quand on consomme de la viande de boeuf ou des produits laitiers, on consomme des OGM… la protéine végétale qu’est le soja (ici OGM) est transformée par l’animal, lui-même finissant dans nos assiettes… On attend toujours les études épidémiologiques qui montrent les dégâts causés sur la population par ces OGM (on a largement ce qu’il faut par contre sur les méfaits dus à l’alcool, au tabac, aux drogues… et là, on interdit rien… recettes fiscales obligent ?)
    2) les OGM sont largement utilisés depuis des lustres en biotechnologie pour les applications pharmaceutiques : l’insuline, que l’on ne sait pas synthétiser, qui permet – excusez de peu – de soigner 400 millions de diabétiques dans le monde, est fabriquée à partir de bactéries génétiquement modifiées ; qui dit mieux ?

  6. Je me marre devant tant d’ignorance concernant les OGM.
    Pour commencer ce n’est pas parce que les OGM sont cultivés sur des millions d’hectares que c’est un progrès. Si la pédophilie était légalisée aux USA ce ne serait pas un progrès. Non ?
    Plusieurs études montrent la nuisance des OGM à long terme sur l’organisme.
    Par exemple en Écosse une étude à montré que la patate OGM était perçu comme un corps étranger dans l’organisme. Le système immunitaire de l’Homme attaquait la PdT dans l’estomac.
    Un petit pois OGM (transgène d’un haricot) est devenu allergène etc… etc…
    Les études financées sur le sujet par l’état et donc indépendant des financements de l’industrie chimique sont malheureusement rares.
    On a vu des conséquences positives sur l ‘environnement. Ca c’est la grosse blague de l’année. Les monocultures détruisent par essence la biodiversité. Les plantes pesticides produisent H24 des insecticides qui tuent une majeure partie de la faune environnante.
    De plus les insectes visés subissent des mutations génétiques et s’adaptent aux insecticides. C’est le cas du pyrale du maïs et de la chrysomèle des racines. Les agriculteurs sont obligés d’augmenter chaque années le nombre et la quantité de pesticides à verser sur les PGM.
    réduire de 80 % l’utilisation de pesticides
    C’est totalement faux justement parce que les insectes s’adaptent et parce que que les maïs bt résistants aux herbicides encouragent les paysans à verser plus d’herbicides. (j’ai les chiffres si vous le souhaitez).
    Je ne parle même pas des conséquence sur les sols et la santé. N’oublions pas que ces plantes produisent en permanence des insecticides! aucune étude nécessaire avant l’autorisation de mise sur le marché!
    Immense espoir pour les pays pauvre et résistance à la sécheresse c’est faux une fois de plus. Le stress hydrique est un processus très mal connu des chercheur et divers études ont montré que la majorité des plantes traditionnelles résistent mieux à la sécheresse que les OGM.
    Le grand espoir des pays pauvres est justement l’agro-écologie (méthode pull-push par exemple) qui sauvent chaque années des milliers de paysans en Afrique.
    Bon je ne parlerais même pas de la possibilité de resemer, de la police des gènes aux USA etc…
    Quant à l’argument de l’obscurantisme, c’est marrant mais je l’ai déjà entendu à propos de LMPT, des catholiques en général.
    Pour finir je ne vais pas m’étendre sur la biologie mais sachez que lorsque qu’un gène de poisson est introduit dans une fraise pour produit un insecticide par exemple, les chercheurs n’ont aucune idée des effets engendré sur le métabolisme de la fraise.
    C’est la raison pour laquelle le saumon géant (6 fois plus grand que le tradi et qui se développe 6 fois plus vite) a une tête de monstre que pour obtenir l’AMM aux USA la société productrice a déclarer ne pouvoir le vendre qu’en filé (donc sans la tête).
    Je suis très déçu de voir publier ce genre de sujet très polémique sur le Salon beige sans aucune nuance.

  7. Je n’aime pas ce genre de chronique qui insulte ceux qui ne sont pas d’accord. Une telle violence verbale cache souvent un manque d’arguments.
    Pour contrebalancer ces propos, il faut voir/lire les enquêtes de Marie-Monique Robin, “Le monde selon Monsanto” et “Notre poison quotidien”, qui montrent que toutes les études scientifiques sur des sujets à ce point sensibles sont à prendre au moins avec précautions, et faire attention aux éventuels conflits d’intérêts de ceux qui s’expriment, quel que soit leur bord, sur ces sujets.

  8. Article bien trop optimiste !
    Qui élude par exemple les nombreux suicides de paysans indiens à cause du coton génétiquement modifié :
    http://effondrements.wordpress.com/2012/06/04/bref-apercu-de-notre-agriculture-neo-liberale/
    D’après l’Onu, 75 % de la diversité génétique des plantes du monde a disparu à mesure que les paysans abandonnaient leurs semences natives pour utiliser les variétés génétiquement modifiées.
    Le leader de la biotechnologie Syngenta dissimule des morts d’animaux dues à son maïs OGM! : les vaches laitières sont mortes après avoir mangé de la toxine Bt et attrapé une maladie « mystérieuse.
    http://naturalsociety.com/syngenta-charged-over-covering-up-animal-deaths-gm-corn/
    Eviter les OGM !
    http://www.brujitafr.fr/article-une-etude-russe-qui-prouve-que-les-ogm-steriliseront-l-humanite-au-bout-de-3-generations-108298352.html
    Dans l’Arkansas, le grenier des Etats-Unis, une mauvaise herbe est devenue une calamité pour les agriculteurs de la région. Cette plante résiste à tous les traitements, même les plus performants de Monsanto… et casse les dents des machines agricoles.
    http://www.marc-candelier.com/article-l-amarante-resiste-aux-ogm-et-au-round-up-109855192.html
    Dans quelques temps, il est fort probable que les Américains n’arriveront plus à se débarrasser du riz OGM réalisé avec des gènes de foie humain !
    http://worldtruth.tv/human-genes-engineered-into-experimental-gmo-rice-being-grown-in-kansas/
    En Argentine, 10 ans après, les paysans commençaient à regretter de s’être servi de ce soja transgénique “round up ready” qui a sacrifié 14 millions d’ha (la moitié des terres cultivables du pays) ! Car les semences transgéniques n’ont pas réduits la consommation d’herbicides. c’est devenu au fil du temps le contraire. Les mauvaises herbes sont devenues tolérantes au glyphosate : avant on utilisait 2 l à l’ha pour plus de 3 aujourd’hui. De plus les épandages affectent les gens. Pour les médecins, cela a pour conséquences des problèmes de maux de tête, de vomissement. Cela a des effets sur la fécondation, les thyroïdes, la peau, la vue…..
    http://www.dailymotion.com/video/xrn35_ogm-l-horreur-reveillez-vous-avant_news?start=253
    Ceux qui vendent les pesticides, vendent aussi les graines et spéculent sur les aliments ! Ils mentent sur l’agriculture traditionnelle. Pour eux, sans OGM et pesticides on ne pourra nourrir le monde, ce qui est totalement faux ! Une enquête menée sur quatre continents démontre que l’agro-écologie peut nourrir le monde !
    Oui, les 8 plus grosses sociétés mondiales qui vendent les OGM, pesticides…. sont les mêmes que celles qui soignent les cancers et qui vendent les médicaments !
    http://www.youtube.com/watch?v=2mqHHyu3qGA&feature=player_embedded
    Pour la première fois au monde, un OGM et un pesticide ont été évalués pour leur impact sur la santé plus longuement et plus complètement que par les gouvernements et les industriels. Or les résultats sont alarmants“, résume Gilles- Éric Séralini :
    http://www.dailymotion.com/video/xtqx6j_ogm-le-moment-de-verite_news?start=42
    L’université anglaise de l’Essex a réalisé en 2006 une synthèse sur 57 pays et 37 millions d’hectares. Elle conclut que les rendements sont 79% plus élevés en agriculture bio dans les zones tropicales. Le Programme des Nations unies pour l’environnement évaluait en 2008 que le passage en bio en Afrique permettrait de doubler les rendements. Olivier de Schutter, rapporteur des Nations unies pour le droit à l’alimentation, écrivait en 2010 : « Pour nourrir le monde, l’agroécologie surpasse l’agriculture industrielle à grande échelle. »
    http://www.terraeco.net/On-peut-nourrir-10-milliards-d,47024.html
    Etats Unis : Les lobbyistes manipulent le prix de l’alimentation 2013 pour promouvoir les OGM
    http://infos-autrement.com/etats-unis-les-lobbyistes-manipulent-le-prix-de-lalimentation-2013-pour-promouvoir-les-ogm/

  9. Il n’y a pas plus incohérent qu’un écologiste. Que ce soit pour les OGM, le nucléaire, le gaz de schiste, etc.
    Ces gens-là n’ont aucune formation scientifique, mais en revanche une terrifiante formation idéologique. Ce qui fait qu’ils n’ont pas d’arguments rationnels mais nagent dans l’obscurantisme.
    D’autres exemples flagrants de leur incohérence sont l’avortement et la pilule (comme si c’était écologique d’avoir des femmes aux hormones et des rejets massifs d’œstrogènes dans nos eaux de boisson !), ou encore les tracés d’autoroute (avec des détournements considérables – cf. Niort – pour éviter des scarabées ou des crapauds : calculez les milliers de Km en plus, parcourus chaque jour, et donc les milliers de litres d’essence brûlés en plus, et donc les tonnes de CO2 supplémentaires envoyés dans l’atmosphère et les milliers de pétrodollars envoyés aux pays arabes terroristes !).
    Ne votez jamais pour un écologiste : c’est le plus bête de la liste.

  10. “les sociétés privées ont une incitation très forte à ne pas commettre d’erreur sur le plan de l’environnement ou de la santé. Pour elles, c’est simplement une question de vie ou de mort.”
    Les sociétés privées de production de semences forment un puissant lobby auprès des administrations publiques, en France et dans le monde.
    Depuis plusieurs années les produits de synthèse mettent à mal la faune et la flore des écosystèmes… La mortalité des abeilles n’est pas un hasard, si ?
    Les écosystèmes évoluent lentement, quand ils sont détruits il est trop tard.
    Ce qui représente un immense espoir pour les pays pauvres est le développement de banque de semences saines et la recherche de méthodes de culture qui ne font pas appel aux produits de synthèse.
    A titre d’information, les sociétés de semences essaient actuellement d’obtenir (de l’UE puis de l’ONU) l’interdiction aux agriculteurs de resemer les graines issues de leurs propres récoltes (ce qui est encore possible pour la plupart des cultures dans le monde, n’en déplaise aux cultivateurs de maïs hybrides).
    Conséquence : les agriculteurs du monde entier seraient obligés de passer par eux pour se fournir en semence. Et on voudrait nous faire croire que ces sociétés agissent pour le bien de l’humanité ?

  11. Cet article est paru en réalité sur une autre site que les 4vérités :
    http://www.enquete-debat.fr/archives/les-ogm-ou-lobscurantisme-francais-12882
    A part ça, je n’ai pas les compétences sur ce genre d’article, mais effectivement quelqu’un qui commence par traiter ces contradicteurs d’obscurantiste devient suspect. On nous a trop fait le coup…

  12. Il faut rester prudent sur les OGM mais l’on peut aussi penser que la France pourrait être une immense puissance agricole et que la rende non compétitive peut être utile, la guerre ne se fait pas qu’avec des missiles, et nos politiques peuvent être abusés par les “lobbies”.
    Cf les vaccins contre la grippe de Mme Bachelot qui des sanglots dans la voix apparaissait comme la sauveuse de l’humanité.
    L’on peut aussi se poser des questions sur la façon dont des terres agricoles sont achetées par des grands puissances en Afrique…
    Il ne faut pas oublier non plus que le système agricole est pollué par l’argent pas seulement à l’échelon européen mais aussi mondial (penser aux fonds de pension pour la population vieillissante des EU et ses retraites, puisque la solidarité intergénérationelle qui repose sur les familles nombreuses n’est plus possible).
    Il est aussi parfois étonnant de voir en France du maïs cultivé sur certaines terres agricoles parce que l’on en a besoin pour nourrir des bestiaux dans une agriculture subventionnée à outrance, etc…
    Le sujet est très complexe.
    En tout cas un sujet bien utile pour les mêmes qui nous mentent depuis des années et qui utilisent tous les moyens pour récupérer des voix.

  13. Quelques éléments pour nuancer cette analyse:
    Au canada, il a été mis en évidence le passage du gène modifié entre plusieurs espèces (du blé à une herbe) à des centaines de km de distance. Cela peut être très dangereux : on immunise une espèce cultivée contre les effets d’un désherbant, et ce caractère passe aux espèces invasives, par exemple.
    La réduction de la diversité des espèces cultivées (non totalement liée aux ogm, mais les ogm y participent) met directement en danger notre approvisionnement en nourriture : moins il y a d’espèces différentes, plus les ravageurs (insectes & champignons) peuvent s’étendre.
    Je vous laisse vous renseigner sur le conflit entre Monsanto et certain pays africain, qui a débouché sur une famine et la chute d’un gouvernement, puis Monsanto ayant imposé ses cultures, un ravageur a ruiné les paysans.
    De plus, la nature étant en perpétuelle adaptation, introduire artificiellement des caractères dans le génotype d’une espèce a des conséquences à long terme qui ne sont pas maîtrisées du tout.
    Le plus gros problème en agriculture restant la politique des semanciers qui imposent leurs semances les plus rentables, bousillant les écosystèmes locaux (cela a ravagé des économies africaines, autosuffisantes il y a quelques décennies, et aujourd’hui non seulement totalement dépendantes, mais surtout désertifiées, le sol n’ayant pas supporté les nouvelles cultures.
    Je tiens à préciser que je suis loin d’être écolo. ces problèmes relèvent principalement du bon sens. La plupart des ogm sont potentiellement non nocifs, mais des exemples (comme le maïs produisant du roundup) mettent à mal la logique de l’innocuité de ces méthodes.
    Le souci est que l’ogm étant nouveau, sera très mal utilisé, comme les engrais il y a 75 ans, avec lesquels nos cultivateurs français ont grillé des terres agricoles en ne maîtrisant ni le dosage ni l’utilisation.
    Cela fait des siècles qu’on modifie le génotype de nos cultures par croisements d’espèces, l’ogm en soi n’est pas nouveau. La dangerosité de la technique ogm réside dans le fait qu’il n’y a aucune limite aux gènes introductibles. Et si un jour une plante émettait un gaz de combat ? Après tout, il en existe déjà qui émettent des pesticides.
    Les français sont les seuls à avoir un semancier “indépendant” et qui a une approche intelligente du problème – en tout ca spour l’instant.

  14. Les OGM sont le reflet de l’orgueil de l’homme qui veut devenir créateur ! Il n’y pas besoin de bidouiller la création. Dieu nous a donné tout ce dont nous avons besoin pour se nourrir … a condition d’aimer son prochain comme soi même … donc de partager, de respecter la terre pour les générations futures. Une étude sérieuse a prouvé que la terre peut facilement nourrir 12 milliards de personnes avec une agriculture naturelle, développant irrigation, biodynamie, et surtout, sans gaspillage ! Et ce n’est pas une vision d’hurluberlu hippie. N’oublions pas que les pionniers de l’agriculture biologique étaient proche du poujadisme qui défendaient l’agriculture paysanne et familiale. Monsanto et le lobby OGM défend au contraire une agriculture contrôlée d’amont en aval par les multinationales.

  15. Bonjour M Janva,
    je ne suis pour une fois pas du tout d’accord avec vous.
    Au delà de tous les aspects “principe de précaution” qu’on peut discuter, les OGM participent du cette industrialisation de l’agriculture qui a déjà tué le rapport de l’Homme à la Terre, et ils favorisent toujours plus la mondialisation en ce sens qu’ils rendent des gens dépendants d’autre gens à l’autre bout du monde, au lieu de favoriser l’indépendance et la liberté locale.
    Ils mettent l’agriculture au même niveau que le jeu vidéo, c’est à dire qu’ils standardisent la production, la massifient, en tuent la diversité et donne le contrôle à des grands groupes industriels et chimiques de type Worldcompany Inc.
    On ne peut pas être subsidiariste et être pour les OGM.
    Enfin, d’un point de vue bioéthique, je suis très mal à l’aise car les OGM supposent de rentrer directement dans la cellule -berceau de la vie- et dans l’ADN des différentes espèces que l’on modifie, dans une volonté de maîtriser la vie et de crééer une nouvelle chimère frankensteinienne.
    Ils me rappellent la Genèse, ou le fruit du péché n’est pas tant une pomme que le fruit de l’arbre “de la science et de la vie” c’est à dire que le péché ultime, l’orgueil, consiste pour l’Homme à vouloir maitrîser sa vie sans Dieu, uniquement grâce à la science que son génie humain lui donne de maîtriser.
    En ce sens, les OGM sont pour moi le nouveau péché d’orgueil de l’Homme.
    Bien sûr, je déteste le discours gauchiste et écologiste sur le sujet, mais ne nous trompons pas de combat. Ce n’est pas parceque les UMPS sont contre les OGM qu’il faut être pour.
    Nous devons plutôt travailler pour la réappropriation de la terre et des moyens de production par les citoyens libres, dans un vrai esprit Chestertonnien, par exemple par la permaculture qui respecte la nature et l’homme tout en étant économiquement efficiente.
    bien à vous

  16. Ah oui? J’ai vécu plusieurs années en Inde: 600 suicides de paysans par jour dans le sud du pays, suite aux tentatives d’implantation de cultures OGM…barbarie dites-vous?
    Tant qu’on y est, vous n’auriez pas trouve une apologie de l’aspartame?

  17. je ne suis ni vert ni rouge mais je deviens bleu en voyant autant d’inepties. Celui qui a rédigé cet article est-il grassement payé par la firme Monsanto qui vend le maïs BT et en même temps le fameux Round Up, vous savez le fameux produit qui dilué au millionième tue les cellules embryonnaire et qui tue bien plus que ça car il a la spécificité d’assécher les terres et donc de ruiner des paysans de par le monde. Lisez donc le livre”Monsanto, une entreprise qui vous veut du bien” vous serez édifié sur ce que fait cette brave entreprise: des milliers de morts sur les bras, plus puissante que le gouvernement américain, les défoliants pendant la guerre du Vietnam, demandez aux soldats américains qui se trouvaient dans les zones où l’on déversait de l’agent jaune comment sont-ils devenus s’ils sont encore en vie? demandez aux paysans hindous qui se sont suicidés par milliers parce que ruinés par le coton transgénique parce qu’il produisait deux fois moins. Des cathos comprendront je l’espère: les OGM c’est une affaire de fric donc qui dirige par en-dessous le diable. Tout ce qui va contre la nature est du diable : les ogm,(la loi Taupe Ira) les produits chimiques déversés par milliers de litres pour garantir une agriculture qui a ruiné les vrais paysans et je parle en connaissance de cause, je travaille là-dedans . Pour le professeur Joyeux cancérologue catho: un personne sur deux va développer un cancer, merci l’industrie et l’agriculture chimique et là c’est toujours le profit car il y a moyen de cultiver autrement et avec des rendements quasi équivalents et en produisant de la qualité, mais là aussi le politiquement correct érigé en dogme par les mierdas est au pouvoir

  18. je souscris pleinement au commentaire de tascin : on ne peut pas être subsidiariste et être pour les OGM. Dans tous les métiers de l’agriculture, on remarque une simplification massive des espèces, qui manquent d’adaptation à leur environnement naturel, et qui, s’ils sont une haubaine sur le court terme, seront forcement un désastre sur le long terme. Car qui peu croire que la paix relative que nous vivons entre pays occidentaux durera indéfiniment ? Et avec la libre circulation des marchandises comme des semences ?

  19. Les écolos font une déclaration : l’état est d’une hostilité absolue contre tout ce qui est génétiquement modifié.
    Ce n’est qu’une déclaration de politiques menteurs que nous avons pris l’habitude de croire sur paroles .
    Les verts ne croient pas en Dieu, ne sont pas Catholiques ,ce sont des naturalistes qui en général adorent la terre et non son créateur .
    Ils sont soit francs macs ou largement influencés par eux
    Regardez qui finance les groupes écolos de diverses tendances, vous serez étonnés d’y voire figurer des multinationales pétrochimiques.
    Les verts sont pro avortement,pro mariage gay
    pro euthanasie,ils se servent de leur étiquette agriculture bio pour nous tromper.
    Ils assurent un soutient sans faille au PS au prix de n’importe quelle trahison de leurs idées de base
    Ne croyez pas leurs paroles regardez leurs actes
    Des études sérieuses ont montré la dangerosité d’une nourriture OGM totale sur des rats de laboratoire qui ont tous développés des cancers du foie
    On ne peut pas espérer un mieux vivre en modifiant ce qu’a mis en place le créateur,
    la culture OGM est à mettre en parallèle avec le mariage gay ,c’est contre nature et nous en paieront le prix

  20. Votre article est un peu à sens unique. On peut penser que la betterave à sucre transgénique donnera, comme l’autre, du saccharose de formule chimique immuable. En revanche, la laitue transgénique me verrait méfiant. Ce n’est pas le peuple souverain qui va décider de ce qui est bon ou pas en matière de manipulations génétiques. Ni d’ailleurs Monsanto qui ne doit pas se sentir très concerné par l’avenir sanitaire de l’humanité. Ni non plus nos politiciens, bavards incultes et corrompus, uniquement préoccupés de leur réélection. Alors que reste-t-il? Naguère il y avait des gens comme Pasteur qui savaient de quoi ils parlaient et qu’on écoutait. Aujourd’hui…?

  21. À Tacsin.
    Ce n’est pas M. Janva qui a écrit l’article. Il ne fait que le rapporter. En mettant une précaution oratoire en tête, d’ailleurs.

  22. Concernant les produits phytosanitaires, les OGM ne sont ni un mieux ni un pire absolus.
    Certains OGM permettent d’économiser des traitements, en fabricant des plantes plus résistantes à certains parasites par exemple, ce qui permet de traiter moins.
    Mais d’autres OGM incitent à traiter plus, par exemple en rendant une plante cultivée résistante à un herbicide dont on inondera les champs dans des proportions jusqu’ici inédites pour tuer les adventices indésirables puisqu’on ne risque pas de tuer l’OGM fait précisément pour ne pas être affecté par cet herbicide.
    Certains OGM permettent de réduire les traitements, d’autres imposent presque mécaniquement des les accroître. Les ennuis commencent quand les vendeurs d’herbicides sont aussi ceux qui fabriquent des OGM résistants à leurs propres herbicides : ils vendent alors leurs OGM et l’herbicide pour tuer tout le reste qui est indésirable dans le champ…

  23. Bon débat : à instruire, car si j’ai peu de confiance envers les opposants et le système politico médiatique mensonger qui les soutient, il est nécessaire de creuser plus loin.
    Les ennemis de mes amis ne sont pas tjs mes amis…
    (Cf NSDAP vs communisme)

  24. Voici un article d’une scientifique du MIT qui accuse le Glyphosate d’être à l’origine et aussi la cause des maladies modernes.
    http://people.csail.mit.edu/seneff/Entropy/entropy-15-01416.pdf
    Le Glyphosate est l’élément actif du désherbant Roundup de Monsanto.

  25. l’argument selon lequel les OGM évite l’utilisation de pesticide ne tient pas: Dans le cas du maïs résistant à la pyrale, le maïs OGM produit ses propres toxines (équivalent d’un insecticide). la maîtrise de ses résidus dans la plante et le sol est en fait moins bonne qu’avec une application contrôlée de produit insecticide.

  26. Chronique consternante qui reflète le même mode de pensée scientiste et mercantiliste que celui qui est à l’origine des grands scandales sanitaires du passé et avenir, de l’amiante aux bovins kreutzfeld-jacob etc.
    Le sommet de l’hypocrisie étant :
    “Les sociétés privées ont une incitation très forte à ne pas commettre d’erreur sur le plan de l’environnement ou de la santé. Pour elles, c’est simplement une question de vie ou de mort.”
    À peu près aussi crédible que la nécessité des politiques à ne pas commettre d’erreurs, car sinon c’est la non-réélection… Mais on le dira quand même à Tepco et sa centrale en folie, aux fabricants de pilules cancérigènes etc.

  27. C’est intéressant d’en parler des OGM. Préalablement, il faudrait considérer la disparition des variétés fruitières, horticoles, bovines, ovines, caprines, porcines etc … qui ont succombé sous les coups de massue de l’agro-industrie.
    Disparaissent aussi vitesse grand V nos meilleures plaines alluviales sous le béton, l’asphalte des centres commerciaux et les “green” des golfs qui poussent comme de champignons !
    Les OGM sont la suite logique de cette uniformisation galopante de l’humanité, il faudrait tout au contraire redonner vie à la diversité semencière et faire renaître les races animales adaptées au biotope des régions.
    Pourquoi à votre avis ceux qui tentent de conserver et diffuser les semences anciennes sont-ils réduits au silence à coups de procédures ? Pourquoi en vient-on à INTERDIRE LES ELEVAGES FAMILIAUX tels que les poulaillers dans certaines régions ?
    La loi Taubira et ces lois agricoles se tiennent les coudes pour asservir les populations et les réduire à l’esclavage intellectuel et physique soumis au moloch mondialiste; ces OGM en font partie, ne nous leurrons pas.

  28. pas d ‘ accord avec vous
    Je reste très méfiant vis à vis des ogm
    1 )pas assez de recul
    2 ) Les ogm , ce n ‘ est pas naturel. La nature reprend toujours ses droits lorsque l ‘ on va contre elle, avec toujours de terribles conséquences

  29. Bonjour,
    proposer un tel article sur la salon beige nous laisse perplexes. Comment promouvoir avec tant d’agressivité une cause ? Où sont les études prouvant que les OGM ont réduit la famine dans le monde ? Où sont les enquêtes démontrant le bienfait des OGM, de leur mono-cultures intensives ? Une chose à ce jour est certaine : la production agricole mondiale pourrait nourrir toute la planète. Les questions de famine relèvent de la volonté politique des dirigeants. (cf rapport de la FAO). Bref, dire que les OGM sont “un immense espoir pour les pays pauvres” est un mensonge, c’est surtout un business colossal pour quelques grosses multinationales, dont l’objectif n’est certainement pas le Bien commun.
    Cordialement,
    T&H Martin, agriculteurs.
    [J’ai bien prévenu que cet article est politiquement incorrect et mis le titre entre guillemets.
    Maintenant j’attends autre chose que des réactions épidermiques, que l’on entend déjà un peu trop dans les médias commerciaux… Je pense que les catholiques sont capables de réfléchir et d’avancer des arguments.
    MJ]

  30. J’aime bien la réaction de MJ…
    Au lieu de hurler haro sur le baudet, ce serait quand même mieux de réfléchir un peu…
    Tout dans *CES* histoires puent le mensonge grossier et la désinformation…
    Tout d’abord, le terme OGM n’a pas de sens… Depuis la nuit des temps, les hommes ont toujours sélectionné les plants et les races pour produire des plants et des races « meilleurs » (c’est-à-dire avec un meilleur rendement, avec un meilleur goût et avec moins d’effort à produire…). Si vous croyez un seul instant que le grain de blé de nos assiettes ressemble à celui que mangeait nos ancêtres, vous vous fourrez le doigt dans l’œil…
    Cette levée en masse CONTRE ces tentatives d’amélioration est éminemment suspecte…
    Il est évident qu’il y a des énormes intérêts financiers… mais au-delà, quel est ou pourrait être l’objectif ? Si l’objectif est louable, pour ne pas dire souhaitable, n’a-t-on pas intérêt à étudier les choses et les tester ? L’État n’est-il pas dans son rôle de justice que de contrôler les recherches et les tests à des fins de meilleures productions pour les générations à venir ?
    Sur une terre où la moitié des gens crèvent de faim, se braquer contre une tentative d’inverser les choses est pour le moins peu charitable…
    Après, il est évident qu’il ne faut rien laisser dans les mains des grandes multinationales, qui ne sont que le bras armé des mondialistes à tout crin.
    Prudence, justice et charité… Tout cela est éminemment chrétien…

  31. La plupart des interventions sont fort instructives.
    Bravo donc d’avoir suscité ce débat.
    Je remarque pour ma part que le nombre d’allergies a très fortement augmenté ces dernières décennies dont le lait et curieusement le GLUTEN.
    A voir sans doute du côté de notre nouveau docteur de l’Eglise Ste Hildegarde qui préconise l’épeautre. Blé d’origine jusqu’au début du XX e siècle avt qu’il ne soit modifié par le blé actuel pour augmenter les rendements…

  32. Juste pour titiller tout le monde :
    l”amanite phaloïde, les fausses-couches, la tuberculose, la rougeole, le laurier rose… c’est la nature

  33. Attention, chronique politiquement incorrecte, trouvée dans les 4 vérités
    Au contraire, il n’y a rien de plus politiquement incorrect que le discours sans argument de cet article. Pas de chiffres de réduction de l’utilisation de pesticides suite à l’autorisation de cultures OGM (80% de quoi herbicides ? Insecticides ? Fongicides ? Sur quelle durée ? Dans quelle zone géographique?), aucun argument sur les soit disant bienfaits sur l’environnement de la culture OGM… Bref c’est pas très carré tout ça.
    Sans oublier que “OGM” est un terme générique qui regroupe les PGM, MGM, AGM et qui a divers domaines d’application : recherche fondamentale, médecine et pharmacologie, industrie et enfin agroalimentaire!
    La aucune distinction n’est opérée! Personnellement si je n’ai rien contre les OGM dans le domaine de la recherche et dans une certaine mesure dans la production pharmaceutique (production d’insuline à l’aide de la bactérie e-coli par exemple) je suis farouchement opposé aux OGM dans nos aliments.
    Bref c’est article n’est pas sérieux, et le mettre ici en faisant croire qu’il est politiquement incorrect, c’est ne pas beaucoup suivre le débat sur les OGM dans l’agroalimentaire.
    Pour terminer je conseille la lecture du livre de Christian Vélot, OGM: tout s’explique. L’auteur est Docteur en biologie, il est maître de conférences en génétique moléculaire à l’Université Paris-Sud 11 et responsable d’une équipe de recherche sur le Centre Scientifique d’Orsay. Il est également membre du Conseil scientifique du CRIIGEN

  34. Monstrueuse ignorance su Salon Beige sur cette question!
    Les OGM, dont le premier nom scientifique est : CHIMERE (croisement artificiel de deux espèces, voire de règnes, différents), sont une invention des grandes sociétés semencières, principalement nord-américaines  pour garder le marché des semences captifs, c’est à dire empêcher le rôle traditionnel des paysans de reproduire leurs propres semences, et les forcer à utiliser des semences produites par ces sociétés.
    Les financiers qui les soutiennent sont les mêmes que pour les pilules anticonceptionnelles, l’avortement, la théorie du Genre, …)
    Tous les « progrès » que sont sensés apportés les OGM pourraient l’être par des procédés, ou des variétés obtenues en respectant le patrimoine génétique des êtres en question.
    Par exemple, pour le Mais résistant à la Pyrale (mais BT), il existe des alternatives propres, aussi efficaces, et moins chères !
    Les trichogrammes (http://fr.wikipedia.org/wiki/Trichogramme), micro-guêpes lâchées dans les parcelles de mais jeunes et qui parasitent les larves de pyrales, empêchant les dégâts, prouvent depuis 20 ans leur efficacité, et sont d’un coût de revient de 50 €/hectare environ, c’est à dire inférieur au surcoût des semences OGM , et ce sans danger aucun pour l’environnement ni la santé des animaux ou humains consommateurs!
    De plus, de bonnes rotations et le broyage des cannes après récolte, préviennent à 99 % les infestations futures de pyrales. Mais il est vrai qu’en agriculture productiviste, on ne veut plus de rotations, et travailler le moins possible les sols …
    Les rendements de mais en agriculture biologique dans la vallée du Rhône, utilisant ces techniques sont de l’ordre de 100 à 120 quintaux, soit 95 % de ceux du mais conventionnel !
    Rappelons que les rôles des agriculteurs c’est de produire et de REPRODUIRE des espèces végétales ou animales utiles à l’homme (alimentation, habillement, santé, énergie, …)
    Les études menées par les agronomes indépendants (Gilles Eric SERALINI, Jean Pierre BERLAN, Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART, Jean Marie PELT, etc …, ou des biologistes (Christian VELOT) montrent les dangers environnementaux et sociaux-économiques des OGM, et aussi que les problèmes de malnutrition, voire de famine, ne viennent aujourd’hui quasiment jamais d’un problème de quantité production, mais de problèmes sociaux, économiques ou politiques (paysans empêchés de travailler,par la guerre, par des prix artificiellement trop bas, …).
    Certes beaucoup de ces personnes ne sont pas acquises à nos idées et sont pour certaines en pleine contradiction ( le respect de la vie végétale ou animale est supérieur à celui de la vie humaine !), il n’empêche que sur cette question des OGM, beaucoup de leurs arguments sont exacts, mais ignorés, car ne correspondants pas aux choix politiques actuels …, qui sont ceux des multinationales semencières.
    Lorsque Lénine, Hitler, ou d’autres, critiquent les excès du système capitaliste broyeur d’hommes on ne va pas les contredire sur ce point là!
    Mélanger des gènes provenant de différentes espèces, parfois de règnes différents, qui ne se seraient JAMAIS rencontrer naturellement, ne peut être sans poser des questions fondamentales, d’ordre biologiques, mais aussi philosophique.
    L’arbre de vie est-il atteint (Genèse 3, 22) ?
    L’étude du Compendium de la Doctrine Sociale de l’Eglise est particulièrement intéressant , en particulier les paragraphes § 459 et suivants :
    (http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20060526_compendio-dott-soc_fr.html)
    Sans les citer nominalement, cela parle des OGM.
    Je vous invite vivement à lire ces paragraphes et à les méditer.
    Rappelons le Message de JPII pour la Journée Mondiale pour la Paix de 1990
    « l’homme… intervient non pour modifier la nature mais pour l’aider à s’épanouir dans sa ligne, celle de la création, celle voulue par Dieu. » «En travaillant dans ce domaine, …,   Le chercheur adhère au dessein de dieu ».
    La création de chimères (qui semble bien être de la modification de la nature ) correspond-elle au dessein de Dieu ? En fait toute la question est là.
    On peut aussi rappeler les pressions subit par l’Eglise sur cette question :
    http://www.journees-paysannes.org/OGM-l-Eglise-subit-des-pressions.html
    Non les OGM ne sont pas nécessaires aux progrès agricoles, les mêmes avantages peuvent être obtenus avec d’autres méthodes ou techniques ne posant pas ces problèmes moraux, économiques et sociaux (exemple plus haut du mais BT) , oui ils contribuent à déstructurer le monde agricole en favorisant les grandes structures au détriment des petits domaines à taille humaine, oui ils posent des questions environnementales non résolues (on ne connaît les effets à long terme de la toxine anti pyrale fabriqué par CHAQUE CELLULE du mais BT, on sait que le maïs résistant au Roundup (Glyphosate), induit des utilisations plus fortes de ce désherbant dans les sols, …, etc, etc …
    Oui les firmes semencières concernées cherchent par tous les moyens à rendre captif le marché des semences et à empêcher les agriculteurs de pouvoir réutiliser leurs propres semences.
    Oui il y a eu des milliers de suicides d’agriculteurs ruinés aux Indes
    Ce n’est pas parce que ces arguments sont repris par des mouvements soi-disant écologistes (Verts et compagnies), qu’ils sont faux.
    Si nous, chrétiens, laissont le monopole de la vérité sur ce sujet (particulièrement médiatisé …), à ces mouvements, nous ne seront pas crédibles quand nous critiquons la pilule anticonceptionnelle, l’IVG, l’euthanasie, l’eugénisme (qui n’est que l’application des OGM à l’humain …) ou ls autrs dérives dramatiques qui se développent.
    C’est le tout thème de l’écologie humaine dont n’ont cessé de nous parler Jean-Paul II et Benoît XVI.

  35. Les plantes génétiquement modifiées (PGM) sont cultivées aux États Unis d’Amérique depuis 1996, sans aucun inconvénient pour personne, au contraire.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Surfaces_cultiv%C3%A9es_en_OGM
    La campagne contre Monsanto rappelle les rumeurs selon lesquelles, dit-on, les juifs étaient accusés d’empoisonner les fontaines. Ces rumeurs sont ridicules, voire odieuses.

  36. @Jandout :
    “Juste pour titiller tout le monde :
    l”amanite phaloïde, les fausses-couches, la tuberculose, la rougeole, le laurier rose… c’est la nature.”
    Oui.
    Et aussi la toxine botulique qui est la plus puissante de toutes les toxines connues dans la nature, plus puissante que la plupart des toxines inventés par l’homme.
    Le problème, c’est que les OGM interspécifiques dont on parle (exemples : gène du scorpion dans la tomate, ou gène de la bactérie BT dans la plante Maïs, etc …), non seulement ne se rencontrent pas dans la nature, mais n’ont aucune chance de se rencontrer, la nature ayant justement des barrières spécifiques pour empêcher cela.
    Et par définition on ne peut connaître à l’avance les interactions de ces “croisements” forcés.
    Cette réflexion est donc à côté du sujet.

  37. Merci pour ce lien. Etant agriculteur, je souhaiterai donner mon avis afin d’élargir cette réflexion. Je suis ce que l’on appelle un producteur de cultures dites « intensives », c’est-à-dire que je cultive (et cela depuis 2 générations) des espèces nécessitant beaucoup d’intrants (eau, engrais et pesticides) telles que la pomme de terre, la betterave sucrière, le haricot vert, le flageolet, le pois de conserve, les épinards mais aussi un verger de pommes et poires. Toutes les cultures citées sont mécanisées et toute intervention (apport d’eau, engrais et pesticides) est raisonnée scrupuleusement avec un tas d’indicateurs (observation biomasse, logiciels reliés à des stations météo dans la parcelle). Le but de mon métier est donc de produire de la qualité tout en raisonnant les interventions. Ma position sur les OGM est assez controversée. En effet, je ne suis pas un fervent défenseur des OGM (en tout cas de certains) bien que je pense que le passage est et sera nécessaire si l’on veut réduire ces intrants et continuer à nourrir la planète.
    Je suis pour le développement des OGM suivants :
    Ceux qui permettent d’accroitre la productivité à l’hectare et cela sans mettre 1 gramme de plus d’engrais ou de pesticides donc réduction de ces intrants par tonne produite
    Ceux qui donnent à une plante donnée, la faculté de résister aux phénomènes climatiques (manque ou excès d’eau, manque ou excès de chaleur)
    Ceux qui permettent de faire face à quelques maladies cryptogamiques comme le mildiou ou la tavelure qui sont des maladies extrêmement difficiles à combattre autrement que par des pesticides (NB : je considère la bouillie bordelaise, le soufre comme des pesticides car très nocifs lors d’applications fréquentes. A bon entendeur.)
    Ces trois « catégories » diminuent systématiquement les intrants.
    Je suis en l’occurrence, tout à fait contre :
    Ceux qui résistent aux herbicides (desherbant total comme le glyphosate) et qui goinfrent les firmes phyto-pharmaceutiques car vente de produits à la clé. On peut faire face aux mauvaises herbes grâce au développement de plantes à capacité de couverture de sol rapide donc destruction par étouffement (cela se fait déjà par sélection naturelle mais l’évolution est très très lente car d’autres paramètres sont à prendre en compte lors de la recherche variétale)
    Ceux qui touchent au règne animal
    Ceux qui réduisent les insecticides: phénomène de resistance
    Enfin, selon moi, le principal problème des OGM provient des investisseurs qui sont ni plus ni moins que les firmes phytos. Je pense qu’il faut le voir un peu comme les géants pétroliers qui ont engagés des millions de dollars sur le bio-éthanol, etc. De ce fait, ils font la pluie et le beau temps ! Ils en limitent l’accès voir l’interdisent…
    Il faut donc un encadrement précis des OGM si on veut développer une agriculture durable.
    Ce que je regrette le plus, c’est que la société ne se remette pas en cause face à un phénomène plus dramatique : le gaspillage des denrées alimentaires. Il est bel et bien présent à toutes les échelles (du producteur au consommateur). Connaissent-ils vraiment la valeur des choses et le sens du bien commun?

  38. “es sociétés privées ont une incitation très forte à ne pas commettre d’erreur sur le plan de l’environnement ou de la santé.”
    Oui, comme au Japon avec les centrales nucléaires…

  39. @ Three piglets : À Tchernobyl, c’était l’État et la catastrophe est autrement plus grave.

  40. Nous vivons une conséquence de la culture du mensonge et de la défiance généralisée vis à vis des «spécialistes» et du déclin de la raison
    Sur ce sujet comme sur tant d’autres, nous avons besoin de Vérité : Qu’est ce qui est avéré, qu’est ce qui est probable, quel risques prends-t- on ? Quels enjeux ?
    Il appartient aux catholiques, sel de la terre, de susciter cette recherche de la vérité, complexe, sans en rester aux anathèmes.

  41. Réponse à Régis
    Autrefois les médicaments étaient fabriqués avec des plantes et avaient peu d’effets indésirables sauf à des surdoses massives.
    Aujourd’hui les médicaments sont fabriqués avec des molécules chimiques ,regardez la liste interminable d’effets indésirables et de contre indications ,même en respectant la posologie
    Nous jouons aux apprentis sorciers ,ce qui aurait du rester du domaine de l’évolution naturelle de la création a été transformé en révolution destructrice.
    Le progrès que nous invoquons ne cesse de poser de nouveaux problèmes au lieu d’éradiquer les anciens
    Je mets des engrais chimiques pour produire plus mais en contre partie il me faut mettre des fongicides pour contrecarrer les maladies cryptogamiques provoquées par l’augmentation de la richesse en eau de la plante dopée par l’azote minérale.
    Résultat je produis plus mais j’empoisonne plus
    Avec les OGM on est censé ne plus mourir de faim mais peut être d’un cancer

  42. Comme quoi ces questions agricoles sont du plus haut intérêt, les interventions sur ce forum le prouvent. Qui tient en laisse les populations avec la dépendance alimentaire tient tout !
    C’est pourquoi j’insiste particulièrement sur cette grave question de “l’artificialisation” des terres agricoles qui nous mène, entre autres, à l’asservissement global.

  43. Est -il possible de dire que jamais les états unis n’ont utilisé de pesticides que depuis l’introduction des OGM:
    http://www.lesmotsontunsens.com/les-ogm-augmentent-l-utilisation-de-pesticides-13340
    Et de rappeler que permettre à chaque population de vivre de ce qu’elle produit est un acte de bon sens pour la planète et pour la lutte contre la malnutrition?
    Produire et consommer sain et local!

  44. “À Tchernobyl, c’était l’État et la catastrophe est autrement plus grave.”
    Plus grave que le Japon?
    Vous rigolez j’espére?

  45. Récemment j’ai approfondi mes connaissances sur la PERMACULTURE.
    Rétablir la faune de nos sols (morts à plus de 90%), fin des engrais, fin des pesticides, compostage, … oui mais, il faut changer les mentalités (sans pour avoir des éco-taxes) votées par des “écolos” qui ne protègent pas les semences naturelles dans le catalogue des semences.
    A quand la fin des nuisance de ces éco-traitres ?
    Pour ceux qui veulent s’informer sur la permaculture :
    http://www.youtube.com/watch?v=vzMhB1fgWew
    Ecoutez ce qu’il dit sur la pollution, le CO2, l’irrigation, … :
    http://www.youtube.com/watch?v=0qCz3qYT1Dk
    http://www.youtube.com/watch?v=r07aw3iEcN4
    http://www.youtube.com/watch?v=bCfPYKrESPI
    http://www.youtube.com/watch?v=Ec_efHkkpFM
    Principes de la permaculture :
    http://www.youtube.com/watch?v=Qks4M6JPnVY
    http://www.youtube.com/watch?v=fRHAx7Q3J98

  46. Une petite précision par rapport à mon post ci-dessus, et en réaction aux autres :
    La technique OGM consiste à introduire artificiellement un gène étranger dans le génotype d’un organisme vivant.
    Or, les organismes vivants ont des systèmes de contrôle d’intégrité, qui, sur les générations successives, rétablissent le génotype initial par dérives successives (d’où le fait qu’on n’arrive pas à cloner des humains, le mécanisme de contrôle étant particulièrement fort, par exemple).
    Donc : une fois le gène introduit, si la culture perdure (ou si le gène est transmis à d’autres espèces, comme cela a été prouvé), on a absolument aucune maitrise de son évolution à long terme.
    Quelqu’un cite un petit pois OGM devenu allegène. Une modification tout à fait anodine pourrait sur le long terme avoir des conséquences dévastatrices.
    Les techniques d’optimisation du génotype par croisement d’espèces existent déjà. Mais : lorsque ces nouvelles espèces existent, c’est qu’elles sont naturellement viables & stables, là réside toute la différence.
    La recherche OGM peut porter sur des critères anodins (changer la couleur d’un légume ou d’une fleur, pourquoi pas), et finir de manière catastrophique, avec la création d’espèces invasives (le croisement quasi naturel des abeilles africaines avec des abeilles américaines, cause de l’apparition des abeilles tueuses aux USA…).
    Le plus grand danger de l’OGM résidant dans le brevetage du vivant, et la restriction volontairement imposée des grands groupes de quelques lignées de cultures seulement – donc une sensibilitée accrue aux ravageurs.

  47. Je réponds à Régis (4 sept)
    Pourquoi être pour les OGM qui permettent de ne pas “mettre 1 gramme de plus … de pesticides donc réduction de ces intrants par tonne produite” et être contre “ceux qui résistent aux herbicides comme le glyphosate”. Je ne vois pas bien la différence, puisque quand on cultive du soja OGM, le glyphosate permet de réduire les doses de pesticides à l’ha!
    En fait la seule différence est que cela “goinfrerait les firmes phytosanitaires”. Certes, c’est vrai. Mais alors, Régis me tend une perche avec sa comparaison pétrolière. Cela goinfre les pays arabes qui financent les frères musulmans, et les soudanais qui massaccrent le Darfour. “Ils font la pluie et quel beau temps?” Quel beau temps font-ils? A chaque fois que je fais un plein d’essence, j’apporte ma petite obole à ces crimes. Je suis contre!… Mais!!! La vie n’est pas simple. Face au profit, il y a quelque chose de choquant à penser que les uns se goinfrent (Monsanto) et que les autres seraient incontournables (les arabes). Au bout du compte, je me sens bien moins libre de prendre ou non de l’essence qu’un agriculteur qui est toujours libre d’acheter ou non des OGM.
    Moi, je m’en tiens à la doctrine de l’église sur le profit. Le profit n’est pas un but. A certaines conditions, il n’est pas condamnable. L’Eglise condamne le règne de l’argent, pas l’utilisation de l’argent pour l’homme. Jésus condamnait l’homme “riche pour lui-même”.
    Bref, Benoît XVI, dans “Caritas in veritate” parle à la fois:
    – des « techniques de production agricole… traditionnelles »,
    – et, sans citer le mot d’OGM, des « nouvelles frontières qui sont ouvertes », y compris grâce à l’usage « des techniques de production agricole… innovantes »
    Il ne les condamne pas « à condition que ces dernières, ayant été étudiées attentivement, soient reconnues convenables, respectueuses de l’environnement et attentives aux populations les plus défavorisées »[1]. Une chose est à souligner: la réflexion de Benoit XVI s’inscrit dans un paragraphe consacré au nécessaire « développement agricole des pays les plus pauvres ».
    Que dit l’Eglise des Brevets?
    Est-il condamnable pour un entrepreneur de breveter le fruit de sa recherche, d’en faire un objet de propriété privée ?
    o Propriété privée et brevets
    Il faut regarder les diverses formes de possession privée des biens « comme un prolongement de la liberté humaine ». En effet, dit le “Compendium de la Doctrine Sociale de l’EGlise”, en stimulant l’exercice de la responsabilité, « la propriété privée est un élément essentiel d’une politique économique authentiquement sociale et démocratique et la garantie d’un ordre social juste »[2]. Le principe de la destination universelle des biens « ne s’oppose pas au droit de propriété, mais indique la nécessité de le réglementer. En effet, la propriété privée, quelles que soient les formes concrètes des régimes et des normes juridiques relatives à celle-ci, n’est par essence qu’un instrument pour le respect du principe de la destination universelle des biens et, par conséquent, en dernier ressort, non pas une fin mais un moyen »[3].
    Se pose alors la question de l’utilisation des brevets:
    Car si, la propriété privée d’un brevet est légitime, « la destination universelle des biens comporte, pour leur usage, des obligations de la part de leurs propriétaires légitimes ». Quand un brevet arrive à échéance, on peut tout de même réfléchir à la manière, pour un industriel, « de ne pas laisser improductifs les biens possédés, mais de les destiner à l’activité productive, notamment en les confiant à ceux qui ont le désir et les capacités de les faire fructifier »[4].
    Tous ces textes doivent nous inspirer quand on parle des transferts de technologie vers les pays les plus pauvres. Eux aussi ont droit au progrès.
    o Quid du profit tiré d’un brevet ?
    Le “Compendium” ne condamne pas non plus le “profit légitime” tout en cherchant l’équilibre avec le “bien commun”: « Les entrepreneurs et les responsables des organismes publics qui s’occupent de la recherche, de la production et du commerce des produits dérivés des nouvelles biotechnologies doivent tenir compte non seulement du profit légitime, mais aussi du bien commun »[5].
    Pourquoi le profit est-il légitime ? La doctrine sociale de l’Eglise reconnait « la juste fonction du profit, comme premier indicateur du bon fonctionnement de l’entreprise: quand une entreprise génère du profit, cela signifie que les facteurs productifs ont été dûment utilisés »[6].
    Mais, la doctrine sociale de l’Eglise ajoute aussitôt que « cela n’empêche pas d’avoir conscience du fait que le profit n’indique pas toujours que l’entreprise sert correctement la société ».
    Ce sujet, qui se pose bien entendu pour tout type d’activité économique, « devient particulièrement important lorsqu’il s’agit d’activités qui ont à faire avec l’alimentation, la médecine, la protection de la santé et de l’environnement »[7].
    Benoît XVI, dans “Caritas in veritate”, nous appelle à ne pas nous focaliser sur ce qui est secondaire: « Le fait que ces entreprises distribuent ou non leurs bénéfices ou bien qu’elles prennent l’une ou l’autre des formes prévues par les normes juridiques devient secondaire par rapport à leur orientation à concevoir le profit comme un moyen pour parvenir à des objectifs d’humanisation du marché et de la société ». Ce qui compte c’est bien de considérer le profit « comme un instrument pour réaliser des objectifs humains et sociaux »[8].
    Quant au gaspillage, attention aux idées toutes faites. Il faut être contre, mais la lutte contre les vrais gaspillages passerait par un gaspillage financier considérable. Il faut bien voir que la réduction du gaspillage a un coût qui peut devenir antiéconomique.
    – La collecte des déchets pour les récupérer vers l’alimentation du bétail a un coût
    – La mise à disposition des consommateurs d’unités de consommation plus réduites et adaptées aux besoins réels a un coût
    – Les pertes en stockage des récoltes nécessitent des investissements dans les pays en voie de développement souvent sur (silos ventilés et isolés thermiquement, …)
    – Les pertes en logistique nécessitent des moyens de transports modernes peu réalistes dans les pays les moins développés.
    N’y a-t-il pas des investissemts prioritaires et plus urgents, voire plus économique. Il n’y a pas que les ressources naturelles qui sont limitées. Les ressources financières peuvent l’être également. Les capacités humaines pour les mettre en oeuvre le sont également. Prenons un exemple: A quoi servirait d’investir en stockage si les pays les moins avancés n’ont pas de réseau routier? Les priorités sont à définir, même avec l’objectif évident de privilégier la sécurité alimentaire. Il n’est pas sûr que certaines luttes contre le gaspillage stimulent les vraies solutions aux importants défis qu’il faudra relever d’ici 2050 pour nourrir la planète.

  48. Effectivement, l’intérêt de publier cet article (cf réaction de MJ à Martin | 4 sep 2013 14:50:51) est l’apport, en commentaires, des critiques de fond dument documentées.
    Pour ma part, tout en n’étant aucunement dupe des pseudo-écolos (mais vrais activistes gauchistes) type “guerriers arc-en-ciel” et consorts, un tel article ne pouvait entamer mes convictions (mens sana in corpore sano) ni me faire hésiter à continuer, comme depuis vingt ans bientôt, culture, élevage et sylviculture en bio -et même biodynamie, traction animale- avec priorité aux variétés ou races locales et/ou anciennes, engrais verts et traitements en phytothérapie.
    Mais merci mille fois aux contributeurs de conforter mes intuitions par des données techniques, scientifiques et économiques.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]