Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Le choix de la reine

Ainsi titre France catholique dans un bon article, même si les Reines de France ne souffrent pas la comparaison :

"Arrivée événementielle de Frédéric Mitterrand, promotion de Nadine Morano et expulsion de Christine Boutin  : selon de nombreux commentateurs, le nouveau gouvernement Fillon porte la griffe de Carla Bruni.

L’ouverture aux partis de gauche a marqué le pas lors du nouveau remaniement, mais la réconciliation avec l’intelligentsia du même bord a bel et bien été scellée par l’arrivée du nouveau ministre de la Culture. Fré­déric Mitterrand apporte son nom et des amitiés. Celle de Carla Bruni avait déjà été considérée comme déterminante dans la nomination du neveu de l’ancien président à la villa Médicis. George-Marc Benhamou, l’ami du chef de l’État actuel, fut coiffé sur le fil. L’improbable promotion du cofondateur de Charlie Hebdo, Philippe Val, à la présidence de France Inter est également attribuée à l’influence croissante de la belle Italienne (…)
 
La sympathie affichée de Nicolas Sarkozy pour la cohérence des convictions de Christine Boutin n’aurait pas tenu face à l’hostilité de sa femme.
Les biographes du président notent combien chacune de ses épouses a pesé sur son parcours politique. À Neuilly et en Corse pour la première, Marie-Dominique Culioli. Dans la constitution du premier gouvernement Fillon pour Cécilia, avec, par exemple, la promotion-éclair de Rachida Dati qu’elle présentait comme sa sœur. Puis le divorce présidentiel express a précipité la disgrâce du conseiller David Martinon.
Le statut politique officiel de Cécilia avait par trop interféré avec ses soubresauts conjugaux  : Carla se fait plus discrète. L’ancien mannequin devenue chanteuse entraînerait néanmoins son mari dans une « révolution culturelle  ». Délaissant la poignée de vedettes de droite qui l’avaient soutenu, le président découvre jour après jour artistes, cinéastes, écrivains et acteurs de l’autre bord. Et ceux-ci de le trouver « sympa  » ironise Stéphane Bern. Pour Bruno Jeudy, co-auteur du livre Sarkozy et ses femmes (Plon), le président Sarkozy entend se ménager la grâce des intellectuels pour assurer la prolongation de son règne en 2012".

Partager cet article

6 commentaires

  1. Vivement la quatrième… à moins que ce ne soit pire!

  2. A propos de choix de la reine… Carla Bruni a annoncé que la France financerait la reconstruction d’une église à Aquila en Italie… http://www.rue89.com/2009/07/13/carla-sarkozy-a-laquila-genereuse-avec-largent-public
    Nous préférerions que l’argent public français soit utilisé pour les églises françaises…

  3. Carla serait elle un clone d’Hérodiable ?

  4. Il n’est point le premier monarque dont la vie amoureuse influe les choix politiques…
    Dommage, la favorite en titre n’est point sympathique.

  5. Ses femmes, mal choisies, le perdront !

  6. J’espere que Mme Bruni n’a pas de rancune particuliere à assouvir, l’epouse, d’origine etrangere, de Napoleon III n’aimait pas les Prussiens, celà nous a valu la guerre, la perte de deux provinces, la constitution du 2° reich et deux guerres mondiales…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services