Le cauchemar européen se poursuit en deux actes… discrets!


UeLu ici

"Le 4 décembre dernier, j’informais les lecteurs deBoulevard Voltaire de l’existence de deux nouveaux règlements européens renforçant la discipline budgétaire européenne.

L’un d’eux prévoit notamment l’obligation des États membres de communiquer à la Commission leur projet de loi de finances (« plan budgétaire »). Si celle-ci estime que ce plan présente un « manquement particulièrement grave », elle pourra en demander la révision. Un droit de véto sur les budgets nationaux en quelque sorte, puisque les États seront soumis à des sanctions financières s’ils refusent de voter des budgets respectant les recommandations européennes.

Ces deux règlements seront présentés au vote des eurodéputés lors de la prochaine séance plénière de mars. Les trois institutions européennes sont en effet parvenues à un accord mercredi 20 février".

L'absence de transparence et d'information, une des caractéristiques d'une vraie dictature.

6 réflexions au sujet de « Le cauchemar européen se poursuit en deux actes… discrets! »

  1. Marc L

    On n’a plus le contrôle de notre politique monétaire avec l’euro.
    On n’a plus le contrôle de nos frontières avec Schengen.
    On n’a plus le contrôle de notre agriculture avec la PAC.
    La politique de la pêche est elle aussi compétence exclusive de l’UE.
    Quasiment toutes les lois sont des transcriptions de directives européennes.
    Il nous restait le choix démocratique de voter pour telle ou telle politique budgétaire.
    Avec le contrôle du budget par la Commission avec sanctions à la clef, la question qui se pose est :
    Que reste-t’il de notre souveraineté ?

  2. Thibault

    Il ne faut pas se tromper de cible à l’heure actuelle !
    L’Europe, l’Euro sont comme des chimères.
    Nos problèmes du jour ne sont pas là !!!
    Un de nos graves problèmes est l’endettement : le gaspillage de l’argent public par des gens (gauche ou droite) qui se foutent des français parce qu’ils sont dans le fromage et qu’ils en profitent !
    Le jour où on arretera de nous taxer, on pourra s’occuper de l’Europe.
    Pour le moment, ce n’est pas un problème d’Europe !
    [Euh, qui fixe désormais les obligations des Etats en matière budgétaire? Allons…
    JL]

  3. C.B.

    En suivant le premier lien:
    a) un “remake” du drapeau bleu aux douze taches d’or,
    b) une dernière phrase révélatrice: “Notez qu’aujourd’hui, la plupart des parlementaires français ignore l’existence de ces textes.” On les paie à quoi faire? À quoi paient-ils leurs “attachés parlementaires”?

  4. chronophage

    Un seul parti important préconise la supériorité du droit national sur le droit européen, avec le Siel et celui de P de villiers. C’est le FN à droite , parce que l’UMP a ignoré le rejet de la Constitution européenne par les Français, dans un référendum qu’elle avait organisé sous la présidence SARKOZY : lequel nous a lié pieds et poings aux eurocrates dictatoriaux de Bruxelles. Ce type est déshonoré à jamais.

  5. Jean Theis

    En histoire, pléthore de traités désavoués, rompus, je ne trouve pas le mot exact.
    On pourrait très bien retrouver notre liberté si on le voulait. Certes, il nous faudrait “sortir” de cette Europe-là, et alors ?

Laisser un commentaire