Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

L’avortement attaqué à cause des séquelles sur la mère

Sue Axon est aujourd’hui mère de cinq enfants. Il y a 20 ans, elle a subi un avortement. Et depuis "des années des regrets, un sentiment de honte et une dépression" la rongent. Elle rajoute qu’elle "regrette encore jusqu’à aujourd’hui".

Elle se bat aujourd’hui en Grande Bretagne pour que les mineures aient obligatoirement l’accord de leurs parents avant de commettre l’irréparable, estimant qu’elles ont le droit de savoir ce qui les attend. La Haute Cour de Justice a été saisie de cette affaire, qui va dans le sens des demandes du ministère britannique de la Santé.
Sue trouve "délirant" qu’une infirmière ne puisse mettre un pansement à un écolier sans prévenir les parents alors qu’on peut avorter en toute "liberté".

On le sait, avorter n’est pas un geste bénin : s’il tue un enfant, il laisse aussi des séquelles physiques et surtout psychologiques graves chez la mère (quid du père?).
Dans ce cas présent, ce n’est pas l’avortement qui est remis en cause. Mais si Sue obtient gain de cause, elle rendra moins systématiques les 18 200 avortements perpétrés chaque année sur des mineures en Angleterre. Ce serait autant de vies préservées…

Lahire

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services