Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

L’avortement légalisé à l’île Maurice et discuté au Maroc

Au Maroc :

"Les participants à une conférence sur l'avortement clandestin au Maroc ont appelé mardi à une réforme rapide de la loi qui interdit cette pratique concernant un demi-millier de femmes au quotidien.
"L'avortement clandestin est un sujet tabou mais brûlant d'actualité, une véritable tragédie dont sont victimes chaque jour entre 400 et 600 femmes", a déclaré le professeur Chafik Chraibi, président l'Association marocaine de la lutte contre l'avortement clandestin (AMLAC) à l'origine de cette réunion.
A l'ouverture des débats, le gynécologue a plaidé pour une nouvelle mobilisation afin de réviser la législation qui pénalise l'interruption de grossesse, "à la lumière de la réalité quotidienne de la femmemarocaine".
"L'AMLAC n'entend pas encourager l'avortement mais veut qu'il se fasse dansde bonnes conditions, et en évitant au maximum les grossesses non désirées, sources de beaucoup de maux" pour la société, a dit M Chraibi.
"Dans un Maroc en pleine mutation", la loi en vigueur est en inadéquation totale avec la réalité du pays et il est nécessaire d'élaborer uneproposition de loi concrète" sur le sujet, a-t-il souligné".

A l'île Maurice :

"Le projet de loi en faveur de la dépénalisation partielle de l’interruption de grossesse a été adopté avec les amendements proposés par le leader de l’opposition à 50 contre 14 et une abstention. Le front commun en faveur de cette loi parle de première victoire après un long combat. Navin Ramgoolam a affirmé sa fierté que ce soit son gouvernement qui propose l’amendement d’une loi « qui date d’avant le siècle dernier ». « Nous nous devons d’évoluer avec notre temps », a fait ressortir le chef du gouvernement".

PiCommuniqué de monseigneur Piat, évêque de Port-Louis :

"L’Église respecte le résultat du processus démocratique même si celui-ci a abouti à la légalisation de l’avortement dans certaines circonstances. Notre respect de la démocratie n’entame pas cependant notre responsabilité civique. Car même si la loi a donné aux femmes le droit d’éliminer une vie humaine déjà commencée en certaines circonstances, je souhaite de tout cœur que cela ne diminue pas notre devoir à tous (y compris aux femmes) de protéger la vie humaine en toute circonstance.

Il y a aussi à renforcer la solidarité nécessaire pour que cette protection de la vie humaine soit efficace. En ce qui nous concerne dans l’Église, nous continuerons à promouvoir la conscientisation sur le devoir civique de protéger la vie humaine en toute circonstance, à développer nos réseaux de solidarité pour soutenir les femmes en détresse et à poursuivre en amont le travail d’éducation des jeunes à une sexualité responsable.

Cela peut paraître bien dérisoire comparé à la “victoire” et au moment qualifié d’historique où des femmes ont obtenu du parlement le droit d’éliminer la vie humaine en certaines circonstances. Mais, il reste que la petite pierre que représente l’engagement à protéger la vie humaine en toute circonstance, même si elle a été, sinon rejetée du moins écornée, demeurera toujours la pierre d’angle de la construction de toute société. Au-delà de l’écume médiatique du jour, c’est cela que l’histoire retiendra".

Partager cet article

5 commentaires

  1. Au Maroc, on voit la même argumentation que celle que l’on trouve chez tous les partisans de mort.
    Le Diable utilise toujours et partout le même langage de mensonge !

  2. Chafik Chraibi, Navin Ramgoolam, monseigneur Piat: trois hommes. Dont aucun n’a l’audace (la sainte audace) de faire remarquer que cette “avancée” fait peser sur les femmes -et uniquement sur elles- la gestion de l’irresponsabilité des mâles, qui trouvent tellement normal d’avoir un “champ à labourer” comme il leur plaît.
    Aucun ne fait la moindre allusion à l’existence d’une méthode extrêmement efficace de régulation des naissances, totalement gratuite, réversible dès qu’on le souhaite, et qui partage équitablement la responsabilité de la procréation (parce que, jusqu’à preuve du contraire, les femmes ne “tombent enceintes” que si un homme y est un peu pour quelque chose).
    La légalisation et la normalisation de l’avortement font deux familles de victimes:
    -l’enfant à naître, qui n’est plus qu’une “petite masse gélatineuse”
    -la femme, réduite au rôle de donneuse de jouissance, non rémunérée.
    Donc deux familles d’êtres humains réifiés. Esclavage pas mort…

  3. « “L’Église respecte le résultat du processus démocratique même si celui-ci a abouti à la légalisation de l’avortement dans certaines circonstances. Notre respect de la démocratie n’entame pas cependant notre responsabilité civique. »
    À opposer au CEC :
    1903 L’autorité ne s’exerce légitimement que si elle recherche le bien commun du groupe considéré et si , pour l’atteindre, elle emploie des moyens moralement licites. S’il arrive aux dirigeants d’édicter des lois injustes ou de prendre des mesures contraires à l’ordre moral, ces dispositions ne sauraient obliger les consciences. ” En pareil cas, l’autorité cesse d’être elle-même et dégénère en oppression ” (PT 51).
    Est-ce moi qui comprends mal le CEC ou bien Monseigneur Piat qui s’en fait sa propre sauce ?
    Parler de respect confine à la bêtise absolue… c’est mettre dans la tête des gens qu’une loi est licite pour peu qu’elle soit démocratique…
    Quelle perversion et quelle inversion du sens des valeurs !

  4. Tres juste, PK.

  5. Bien vu PK !
    Bien vu Avoc !
    Bien vu CB !
    On tremble…comment lever les cloisonements?…comment dire aux Marocains qu’ on va leur vendre une sale soupe avant la loi..180 000 avortements cladestins au Maroc aujourd’hui ? mon oeil, oui…S. VEIL avait soutenu le chiffre de 300 000 devant l’ Assemblée nationale…chiffre très exagéré…Et hop! personne ou presque ne dit rien contre les 220 000 avortements légaux et banalisés qui se pratiquent depuis la loi VEIL de 1975, ho !
    l’avortement a un effet de cliquet sur toute une culture de mort…on en crève!
    Marocains, interrogez-vous plutôt sur votre basculement insidieux dans le sexualisme qui nous déjà fait tant souffrir ! Ouvrez les yeux sur ce que nous sommes devenus avec ces choses – là !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services