Bannière Salon Beige

Partager cet article

Marche pour la Vie

L’avortement est un acte violent et on ne peut pas cacher la vérité

L’avortement est un acte violent et on ne peut pas cacher la vérité

Aliette Espieux, porte-parole de la Marche pour la vie (dimanche à 13h30 place de Catalogne dans le 14e arrondissement), a été interrogée dans Famille chrétienne. Extrait :

L’utilisation de phrases choc voire violentes est–elle nécessaire ?

Je ne suis pas adepte de la violence mais l’avortement est un acte violent et on ne peut pas cacher la vérité. Je ne publierais pas de photos de bébés avortés car cela peut provoquer un véritable traumatisme chez une femme qui a déjà avorté, en revanche dire que l’avortement se fait par démembrement est la réalité. Un médecin qui en pratique me l’a expliqué avec ces mots : on démembre le bébé et on broie son crâne ! Il ne s’agit pas de juger les personnes qui avortent mais d’expliquer en quoi consiste exactement cet acte.

Qu’attendez-vous de la campagne présidentielle ?

Aujourd’hui malheureusement aucun candidat ne propose une vraie culture de vie et une vraie défense de la famille. Seul Eric Zemmour s’est entouré de personnes régulièrement présentes à la marche pour la vie comme Philippe de Villiers, Agnès Marion, Jean-Frédéric Poisson, qui nous soutiennent depuis des années. Mais il considère que l’avortement reste un droit fondamental pour les femmes.

Comment garder espoir face à cette avalanche de lois mortifères ?

Il y a des raisons d’espérer quand on voit que les jeunes se mobilisent de plus en plus pour cette cause. De nombreuses antennes de la marche pour la vie voient le jour dans des villes de province. Nous avons créé à Lyon le cercle Xavier Dor qui forme les défenseurs de la vie à répondre aux journalistes, à argumenter pour aller sur le terrain à la rencontre des gens. Nous avons également monté au niveau national, la Lejeune Académie, un camp d’été de formation qui débutera dès 2022, qui permettra à tous les jeunes de la Génération Pro-Vie ne se former sur ce sujet si délicat, et d’avoir le bagage nécessaire pour se mobiliser dans la rue ou sur les médias.  Je pense que cette culture de mort va finir par s’autodétruire car le gouvernement va trop loin. Il s’est mis à dos de nombreux médecins qui vont finir par arrêter de pratiquer des avortements car ils seront dégoutés. C’est par exemple ce qui s’est passé avec le docteur de Rochambeau…

Marcher suffit-il ? Que faire d’autre ?

Marcher pour la vie est très important mais ce n’est pas suffisant. Il est important de se mobiliser toute l’année et de montrer que les pro vie ne sont pas là seulement entre 13h et 17h le troisième dimanche de janvier. Il faut agir quotidiennement, en parler autour de soi, expliquer pourquoi on défend la vie, ne pas se cacher. De nombreuses actions de tractage, de collage sont organisées. Et on peut également soutenir les structures d’accueil pour les femmes enceintes en détresse comme Magnificat, Mère de miséricorde, SOS femmes enceintes, Choisir la Vie, IVG.net…

Partager cet article

4 commentaires

  1. Je n’ai jamais entendu Zemmour dire que l’avortement restait “un droit fondamental”. Il dit juste que politiquement parlant ce n’est pas une priorité à court terme pour la sauvegarde du pays. La nuance est de taille. Il suffit de lire ses livres pour comprendre ce qu’il pense de cet acte barbare…

    • Bien sûr. Vous n’allez pas dire devant des romains païens du sénat que vous allez abolir leur force de production en supprimant l’esclavage. De même vous n’allez pas dire à des barbares qui tuent leurs enfants que vous allez prendre le pouvoir pour interdire l’avortement.

  2. Est-ce qu’on oserait écrire qu’il aurait fallu “arrêter d’emmerder les juifs” pendant la 2ème guerre ?
    On n’emmerde pas les embryons, on les massacre : c’est le plus grand génocide de l’histoire de l’humanité.
    Désolé, mais ce slogan me choque…

    • Oui c’est choquant mais d’un autre côté si j’emmerde les enfants à naître c’est que je les considère comme des personnes humaines. On n’emmerde pas des objets, on les détruit. Je comprends votre réaction mais actuellement en post-démocratie, pour faire de la politique il faut faire du buzz. Si je commence à dire que l’homme-embryon se développe pour lui-même afin d’entrer en communion avec Dieu qui est substantiellement relation, dès ce passage terrestre, je perds mon auditoire aveuglé et je deviens inaudible. Il y a une pédagogie, comme Dieu le fait avec nous depuis Adam, à adopter pour amener. Soyons emmerdés et mis à mort socialement au lieu d’être mis à mort physiquement par le fasciste païen Macron-Mussolini (‘devoir avant droit’, devoir de savoir ‘sourire avec un adn ok et en plus non covidé’ avant d’avoir le droit de naître !).

Publier une réponse