Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

L’avortement est bien un meurtre

Un foetus retrouvé vivant dans un conteneur après un avortement meurt quelques instants plus tard. L'affaire lève l'indignation en Italie :

"Le dimanche 25 avril, l’aumônier de l’hôpital, don Antonio Martello, se
rend dans cette pièce pour prier, comme il le fait pour chaque fœtus
avorté.
« Je suis aumônier depuis trente ans. Je n’ai jamais vu ça,
j’étais en train de prier, j’ai vu un petit drap bouger, je l’ai soulevé
et j’ai vu un nouveau-né vivant. J’ai immédiatement appelé le médecin
de garde
», a-t-il expliqué. À l’hôpital, des médecins tentent de porter
les premiers secours, puis décident de transférer le fœtus à l’hôpital
Anunziata de Cosenza qui dispose d’un service de néonatalogie. Malgré
tous les soins intensifs prodigués, le fœtus est déclaré mort le 26
avril.

En Calabre, une voix s’élève sans attendre, celle de Mgr Santo Marciano,
archevêque de Rossano-Cariati
: « Le cas de ce fœtus doit conduire la
société civile à réfléchir sur le caractère dramatique de l’avortement
en tant que suppression d’un être humain et, dans ce cas, sur le
caractère illicite de la définition du thérapeutique. » (…)

« Nous sommes sous le choc à l’association, ajoute Maria Dolorosa. J’ai
pu sauver 18 enfants depuis le début de l’année, nous sommes en mesure
d’aider les femmes et les familles en difficulté et j’aurais tant voulu
que cet enfant à naître ait toutes ses chances
… À l’hôpital, on l’a
déposé sur une table sans vérifier s’il était mort ou vivant. C’est
atroce. » (…)

Le Mouvement pour la vie et son président, Carlo Casini, multiplient les
démarches pour que « le nouveau-né de Rossano Calabro puisse au moins
être inscrit sur le registre de l’état civil comme enfant né ». « Une
question de dignité », dit-il"

Partager cet article

3 commentaires

  1. Quelle époque barbare !

  2. “J’ai immédiatement appelé le médecin”
    … L’aumônier aurait dû “immédiatement” baptiser cet enfant…

  3. On croit toujours avoir tout lu et vu en matière de barbarie.
    Mais non : l’abjection est encore approfondie…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services