Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

L’avortement en Hongrie

Lu dans Présent :

"[…] Autorisé en 1956, le nombre d’avortements (légaux) annuel a oscillé entre 140 000 et 206 000 jusqu’en 1973, année de la mise à disposition massive des moyens contraceptifs, notamment de la pilule, ainsi que d’une restriction du droit à l’avortement libre. Le nombre d’avortements a alors rapidement chuté pour stagner entre 78 000 et 87 000 jusqu’en 1992, soit un an après la mise en place effective du nouveau régime politique. Le nombre d’avortements a depuis constamment baissé pour atteindre 31 000 en 2015. De 1950 à 2015, la seule Hongrie, peuplée aujourd’hui de 9,9 millions d’habitants, a connu 5 979 214 avortements. 44 % des grossesses depuis 1956 ont été interrompues volontairement, et 7 341 000 enfants sont nés. Selon l’office national des statistiques (KSH), dans les années 1995-2006, 97 % des avortements ont été justifiés par une situation de « détresse sévère ». Les Tziganes, qui représentent 9 % de la population hongroise et comptent pour une grande partie des classes les plus pauvres du pays, sont particulièrement concernés par la question. Même si l’on fait preuve d’un scepticisme légitime à l’égard des convictions et idéologies affichées par les politiciens, ces chiffres peuvent expliquer à eux seuls la volonté d’agir d’un gouvernement très soutenu et ayant fait le choix des politiques natalistes.

Le droit à l’avortement est toutefois une sorte de totem fondamental pour les milieux libéraux, et les médias hongrois, très majoritairement dominés par l’idéologie libérale-libertaire – même si cette domination est moins forte qu’en France – ne permettraient pas au très entreprenant Viktor Orban d’agir trop brusquement sur le sujet. Aussi, tout semble indiquer que le gouvernement a choisi une stratégie de moyen terme pour résoudre cette question. En 2016, certaines aides ont été retirées à des cliniques pratiquant l’avortement. Les Eglises catholiques et calvinistes se voient attribuer plus de visibilité dans l’espace public et, fin août, un groupe interministériel chargé des questions familiales a été créé pour soutenir les familles hongroises et augmenter la natalité. La première mesure annoncée par ce groupe l’a été après la rencontre du ministre des Ressources humaines hongrois avec le ministre de la Santé de Russie : la Hongrie, comme la Russie, va mettre en place des centres d’information sur l’avortement dans tout le pays, afin de favoriser les solutions alternatives et proposer de l’aide aux mères."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services