5 réflexions au sujet de « L’autre chiffre du jour »

  1. louis

    Dégradations et profanations de lieux chrétiens consacrés ( chapelles, calvaires, statues de la Ste Vierge, monuments, cimetières) ne sont pas, loin s’en faut, tous causés par des adeptes du satanisme ou autres fanatiques déterminés.Souvent, des enfants ou des jeunes pourtant catholiques se livrent à ces méfaits mais, outre l’entraiînement et le désoeuvrement, ils y sont amenés par un manque total du sens du sacré.Ils n’ont jamais été au catéchisme ou on leur a enseigné un catéchisme moderne, leur famille ne les a pas fait assister à des cérémonies et particulièrement des obsèques, fleurir les tombes, avoir le “culte des disparus”, sans lequel il n’est pas de civilisation possible.Cependant, considérons que ces profanations sont également commises par des jeunes non chrétiens, soit par haîne du christianisme, soit par vengeance, esprit de conquête ou pour voler des objets sacrés et l’argent des troncs.Certains n’ont pas hésité à assassiner des prêtres ou des personnes présentes dans les églises et, dans certaines banlieues, à y mettre le feu.Alors, compte tenu de l’accroissement de ces populations, le décompte ne pourra qu’augmenter, surtout que nous-mêmes, adultes, ne transmettons souvent ni la foi ni le respect par notre molesse à l’égard des coupables ou parceque les vocations se sont taries, les églises vidées en dehors des offices.

  2. Olivier M

    L’heure où nos églises seront purement et simplement remplacées par des mosquées approche.
    A la cité Berthe, commune de la seyne près de Toulon, les commerçants du quartier ont tous placé des petites boites sur leurs étals…une quête pour le financement de la future mosquée (avec minaret)de la cité…
    On pourra dire merci à Sarkozy.

  3. Soutenons le Pape

    @ Jano :
    Même en recherchant sérieusement les coupables, on peut rarement remonter une piste quelconque.
    Souvent, il n’y a rien à voir sauf des cierges brisés, des troncs forcés, de l’eau bénite souillée ou des objets du culte détériorés. Aucun indice, aucun témoin, puisque cela ne se produit que quand les églises sont vides.
    Tant qu’il n’y a pas de vol (et donc de revente, ce qui permettrait de retrouver une piste), on ne peut pas identifier les profanateurs.

  4. jano

    @ soutenons le pape
    Je comprends les difficultés, mais pour les tombes… tous les jours des profanations existent. Si les coupables écopaient de 20 ans de bagne , les autres réfléchiraient. Mais c’est vrai que les sépultures chrétiennes ne sont pas aussi nobles que d’autres!
    Quelque soit leur confession c’est lamentable de s’attaquer à des morts dans leur dernier repos.C’est vraiment un acte abject et vil.

Laisser un commentaire