Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

L’assassinat des deux journalistes au Mali, un signal violent envoyé à la France qui détruit sa propre défense

L'intervention sans équivoque du général Pinard-Legry sur Boulevard Voltaire :

"Notre présence au Mali et plus généralement en Afrique subsaharienne s’inscrit dans la durée. Nous y défendons à la fois nos intérêts et nos valeurs. Il faut l’expliquer aux Français (…)

C’est d’autant plus paradoxal que le rapport du Sénat a pointé du doigt des capacités déjà insuffisantes pour mener à bien la première phase de l’opération Serval. Même si cette action initiale a été un remarquable succès pour nos forces, je vous rappelle que 70 % du transport aérien entre la France et le Mali a été assuré par nos alliés… Mais notre engagement n’est pas terminé car lorsqu’on engage des forces, c’est pour atteindre un but politique qui nécessite des moyens importants et dans la durée.

Depuis 25 ans, l’effort de défense de la France a été divisé par deux. Je vous assure que sur le terrain, cela se ressent. Nous avons besoin de renforcer notre efficacité opérationnelle et notre autonomie de décision. Sinon, c’est la crédibilité de la France qui est en jeu (…)

Les effectifs de l’armée vont continuer à décroître. Entre 2008 et 2019, les armées auront perdu 80.000 personnes. Aussi le Livre blanc de 2013 a ramené le contrat opérationnel de l’armée de terre de 30.000 hommes à 15.000 hommes et celui de l’armée de l’air de 70 à 45 avions de combat par rapport au contrat que fixait le précédent Livre blanc… Or, la France a le devoir d’agir, notamment en Afrique subsaharienne, pour contribuer à la stabilisation et à la sécurisation de ces pays. À défaut, ils ne connaîtront pas de développement économique. Et sans développement, l’explosion démographique annoncée de l’Afrique donnera lieu à des mouvements migratoires encore plus importants que ceux que nous connaissons aujourd’hui…".

Partager cet article

3 commentaires

  1. Mali : l’émotion règne et gouverne à Paris
    La mort des journalistes de RFI a eu raison des contraintes budgétaires et stratégiques
    http://www.causeur.fr/mali-emotion-regne-et-gouverne-au-quai-orsay,24862

  2. Arretons de dilapider nos forces armées ailleurs ,alors qu’elles devraient plutot servir en France pour reprendre controle du territoire nationale et virer les engeances malfaisantes antinationales .

  3. Je suis gênée de la disproportion entre la médiatisation des funérailles de nos soldats morts au Mali, et celle de nos journalistes. Les uns et les autres faisaient leur devoir et leur métier. Le journaliste est-il plus noble que le soldat? L’armée doit en avoir gros sur le coeur. Pour un peu ils seraient accusés de ne pas les avoir protégés, alors qu’ils leur avaient dit “non” pour ce voyage.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]