Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

L’armée de terre n’a jamais eu le moral aussi bas

C'est son chef d'état-major qui s'en est ouvert au ministre de la Défense : 

« Tous mes subordonnés me signalent une baisse sensible du moral », écrit le général Bertrand Ract-Madoux, chef d'état-major de l'armée de terre, dans une lettre adressée au ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, le 20 janvier, un courrier à diffusion restreinte dont Le Monde a pris connaissance.

Les fuites de ce genre ne sont jamais désintéressées – la période est aux arbitrages sur la répartition des baisses d'effectifs prévues dans la défense. Reste que le sujet est une préoccupation majeure dans l'institution depuis des mois. A l'été 2012, le chef d'état-major des armées lui-même avait assuré que la situation était « au seuil d'alerte ».

Les traditionnels « rapports sur le moral » sont rédigés en ce début d'année. « Les travaux de dépouillement de nombreuses unités laissent présager que la synthèse que je vous adresserai dans quelques semaines traduira une dégradation des conditions de vie et de travail de nos soldats au cours de l'année 2013, ainsi qu'une forte inquiétude pour l'avenir », écrit le chef de l'armée de terre (…)

Ainsi, la dégradation des infrastructures (logements, lieux de vie et de travail) est un « motif d'insatisfaction majeur». Des officiers évoquent une véritable« paupérisation ». Les restrictions sur les budgets de fonctionnement pèsent aussi, note le chef d'état-major, avec la suppression des moyens de transport à disposition des régiments (…)

Les armées se trouvent fragilisées par l'accumulation de réformes tous azimuts lancées depuis 2008 au nom d'une meilleure performance – RGPP, lois de programmation budgétaire, création des bases de défense, réorganisation de toutes les chaînes de décision. Les militaires jugent aujourd'hui leurs effets peu lisibles, voire contre-productifs.

Entre 2009 et 2019, la mission de défense de l'Etat sera passée de 315 000 à 236 000 personnes".

Partager cet article

5 commentaires

  1. « La fin de l’espoir est le commencement de la mort. » Charles de Gaulle

  2. Le moral des militaires on s’en fiche un peu. Pourquoi ne pas parler du moral des commerçants, des artisans, des chefs d’entreprise (dont je suis)…Nous nous ne sommes pas des fonctionnaires et nous produisons de la valeur ajoutée.
    Les militaires Français se divisent en deux catégories : les gendarmes qui en France tabassent et interpellent les gamins qui manifestent et les milis OPEX qui installent des régimes islamiques partout où ils mettent les pieds (Libye, Afghanistan, Irak…)

  3. Quand la muette se décidera enfin à l’ouvir, peut-être ira-t-elle un peu mieux :
    La vérité nous rend libres.

  4. @Hugues
    La France ne s’est pas engagée en Irak, au moins Chirac a eu le sens de l’intérêt national, pas comme Sarkozy en Libye (qui obéissait à son maître états-unien, aux pieds duquel il s’est roulé dès son élection).

  5. Bientôt, l’armée fera appel à des agences d’intérim…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services