Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

L’âne de la Crèche ou un prêtre qui brait

D'un ami, prêtre : 

"Certains se demanderont peut-être quel rapport il peut y avoir entre un âne et le prêtre. Ces lignes qui sont le cri d'un prêtre vont essayer de l'exprimer.

L'âne apparaît trois fois dans la courte existence du Fils de Dieu sur terre: à la crèche, le dimanche des Rameaux et, entre les deux, lors de la fuite en Égypte. A chaque fois il porte le Christ: à l'arrivée à Bethléem, chargé de la Mère et de l'Enfant en son sein; aux Rameaux, alors que le Christ est acclamé par les «Hosanna» de la foule; dans la fuite en Égypte, portant la Mère et son Enfant nouveau-né et déjà en péril. Mais en aucun cas il n'est dit que cet âne braie. Et pourtant, un âne braie, c'est son cri.

En portant à bon port le si beau fardeau de la Mère et de l'Enfant qui est le Fils de Dieu, il ne dit rien, il se réjouit silencieusement. Il aurait été vraiment stupide de s'imaginer que l'adoration des bergers et des mages lui était destinée en remerciement, de même que le cri de la foule «Hosanna au plus haut des cieux» le dimanche des Rameaux, comme de se dire qu'il sauvait le nouveau-né d'un terrible péril alors que c'était Joseph qui obéissait à la voix de l'ange et guidait la Ste Famille. Mais pourtant il était là présent à chaque fois et son absence aurait pu changer le cour des événements. Il a porté le Sauveur du monde au bon endroit et au bon moment. Mais, qu'est-ce qu'il a dû braire! Lorsque l'Enfant qui devait naître n'était pas accueilli, lorsque le Fils de Dieu était acclamé par ceux-là même qui allaient crier à mort quelques jours plus tard avant de Le crucifier. Comme il aurait alors voulu le porter plutôt que de Le voir gravir, seul, avec le bois sur son épaule, cette terrible colline. Enfin, comme il aurait aimer braire à ce roi qui était jaloux d'un enfant: «Celui-ci est le Fils de Dieu»! L'âne de Bethléem, des Rameaux et de la fuite en Égypte, c'est le prêtre.

Et bien, en cette veille de Noël je crie, ou plutôt je braie alors que Celui que la grâce de l'ordination m'a donné de porter aux âmes est bafoué et décrié jusque dans son Église. Quel tristesse pour un prêtre de découvrir l'abomination de la désolation dans le temple du Seigneur. Je veux parler de ces églises parisiennes (La Trinité, St Etienne du Mont) transformées le temps d'une soirée en vastes restaurants, sous le prétexte sans doute noble mais fallacieux d'accueil des pauvres ou de fraternité. La charité ne saurait porter ce nom lorsqu'elle ne marche pas avec la vérité. L'église, temple de Dieu, où l'âne a sa place et où est célébré la Ste Eucharistie, le plus grand festin qui soit ici-bas, métamorphosée en salle de banquet d'où l'âne est forcément banni. (En avez-vous déjà vu un dans une salle de restaurant?) Le prêtre, âne du Christ, banni de l'église alors que l'on y exerce une fausse charité au nom du Christ. Il ne se passe pas de mois sans que l'on fustige un prêtre qui désire célébrer les saints mystères en respectant la forme qui lui est demandée par l’Église et on laisse se dérouler dans des églises des repas sous des prétextes de bienfaisance sans que personne n'y trouve rien à redire. Mais jusqu'où l'Eglise qui est en France va-t-elle descendre?

En cette veille de Noël, l'âne du Christ désire simplement braire en racontant une belle histoire de pauvre dans une église. Un dimanche, après la célébration de la Ste Messe, un homme, pauvre, s'est avancé vers le prêtre qui saluait les paroissiens et est venu tout simplement le remercier de la beauté de la liturgie qu'il venait de célébrer. Le prêtre lui a répondu qu'il n'avait fait que transmettre le Christ au moyen de cette liturgie que l'Eglise lui confie mais qui n'est pas son bien propre. Et cet homme de lui avouer que sa seule richesse, ce sont les églises où il peut se rendre gratuitement, puisqu'il ne lui est pas possible d'aller dans les musées, cinémas, théâtre, etc. Alors que là, toute cette richesse et cette beauté, lui appartiennent en tant que baptisé. Et il ajoutait tristement: «Vous voyez, mon Père, tout est moche dans ma vie. Ma seule richesse et ma seule beauté c'est le Christ, son Eglise et la liturgie qui me Le donne. Et lorsque les églises sont mal entretenues, que les liturgies sont bricolés, que les ornements liturgiques ne sont pas beaux et correspondant à Celui qui est célébré, tout cela me ramène à ma pauvreté, à ma mocheté, et je repars triste». Je souhaite que cet homme, un pauvre authentique, un petit, un anawim comme on les appelait du temps du Christ, soit déjà reparti après qu'un âne qui lui aura donné Celui qu'il aimait tant à travers le sacrement des malades et le viatique, plutôt que d'être témoin d'un repas qui lui serait servi dans le lieu où il désirait recevoir la seule vraie nourriture qui soit: le Corps du Christ.

Voilà, l'âne du Christ a braie. Il va rentrer dans le silence et célébrer la Nativité en contemplant le Nouveau-né. Il espère que Jésus montera encore sur son dos pour aller vers les âmes. Et vous qui avez lu ces lignes, durant la douce Nuit de la Nativité du Seigneur, en venant adorer l'Enfant, n'oubliez pas de prier pour les ânes qui vous apportent Jésus jusqu'à son festin des noces. Ils sont souvent moqués et rejetés, mais ils vous aiment. Et à vous, mes frères prêtres, restez joyeusement les ânes du Christ et portez-Le sans vous lasser aux âmes qui l'attendent, sans vous prêter au jeu de la mondanité en vous prenant pour des chevaux de course qui offrent peut-être de beaux spectacles humains mais n'ont jamais portés sur leur dos le Prince de la Paix".

Partager cet article

10 commentaires

  1. Texte plein d’humour et d’une grande profondeur.
    Cela me rappelle mes récitations : l’âne au sourire si doux de Francis Jammes, poète aujourd’hui bien oublié.
    L’anecdote que rappelle cet “âne” de prêtre est magnifique, la liturgie, le sacrifice, cela ne se bricole pas.
    Puissent les chrétiens en ces temps d’erreur et de médiocrité prendre conscience de la beauté du catholicisme et de son message. Nous avons tous en ce moment une pensée pour nos frères d’Orient.

  2. Merci monsieur l’abbé pour ce gentil coup de gueule !
    J’ajouterai une chose , si vous me le permettez qui ne cesse de me toucher . Dans la paroisse que nous frequentions avant , il y avait aussi un pauvre , si pauvre qu’il faisait la manche à la porte de l’église, un clochard . Pourtant il assistait à la messe et mettait son obole à la quête , comme chacun de nous. Comme l’aveugle guéri par Jesus, il prenait soin de remercier pour le “pain quotidien reçu “.ce pauvre etait riche de sa foi . Ce clochard est un noble , flanqué du seul titre de noblesse qui soit valable , celui d’être enfant de Dieu et l’héritier de son royaume .n’oublions jamais que derrière un pauvre , il y a une créature de Dieu .
    bon Noël au animateur et aux lecteurs du salon beige

  3. Magnifique ce texte.
    Hélas, combien d’églises où la Sainte Messe n’est pas célébrée conformément à ce que demande l’Eglise !
    Je devrais plutôt inverser la question et demander : combien d’église où la Sainte Messe est célébrée comme il se doit ? Ce sera plus facile à compter !

  4. “un pauvre authentique, un petit, un anawim comme on les appelait du temps du Christ, soit déjà reparti après qu’un âne qui lui aura donné Celui qu’il aimait tant à travers le sacrement des malades et le viatique, plutôt que d’être témoin d’un repas qui lui serait servi dans le lieu où il désirait recevoir la seule vraie nourriture qui soit: le Corps du Christ…”
    Cela me rappelle un conte trouvée ici
    https://effondrements.wordpress.com/2012/05/24/conte-philosophique-largent-nest-pas-tout/
    et qui raconte l’histoire d’un pauvre enfant qui a compris lui aussi que la seule vraie nourriture était Dieu !
    Merci à cet âne de la Crèche ou à ce prêtre qui braie !

  5. J’aime.
    Et j’aimerais encore davantage avec un petit effort de conjugaison. J’avoue que c’est pas simple… mais une rapide recherche peut aider : http://la-conjugaison.nouvelobs.com/du/verbe/braire.php

  6. Merci pour ce magnifique texte.
    Pouvez-vous dire à ce prêtre que j’espère une petite carotte fidèle qui lui permette d’avancer et de nous faire avancer vers Celui qu’il a la grandeur de représenter.

  7. “Voilà, l’âne du Christ a braie” (sic). J’écrirais plutôt : l’âne du Christ a brait. Larousse, conjugaison 73.

  8. ce soir je suis obligé d’aller à une soirée,oui comment pourrions-nous l’appeler enfin cette cérémonie qui tient lieu de messe de minuit,où nous allons entendre des discours plus politiques que religieux parce que l’évêque nous interdit de messe St PieV, et que dans les alentours c’est du pareil au même. Et comme ce discours de ce prêtre me plaît car il exprime bien ce qui se passe dans ce qu’on appelle “notre église”!

  9. Merci pour ce très beau texte. Je me joints aux regrets et à la tristesse de voir que nos lieux sacrés ne sont pas respectés, même par des dirigeants de l’Eglise.
    J’ai vu aussi dans notre paroisse vendre des objets pour je ne sais plus quelle cause à l’intérieur de l’église.
    Merci aussi au prêtre qui avait refusé que son église devienne un lieu de promotion du téléthon.

  10. Humilité, fidélité, patience, serviabilité, solidité, l’âne est l’un des deux merveilleux symboles vivants choisis par le Créateur pour accueillir l’Enfant-Jésus. Béni soit-il !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]