Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Espagne / Religions : L'Islam

L’Andalousie bientôt conquise par le tourisme halal ?

IHS News rapporte qu'il y a quelques jours, Grenade accueillait une conférence internationale sur le "tourisme halal" (destiné à la clientèle musulmane pratiquante), organisée par un cabinet londonien. Et de poser la question : pour ce juteux marché, l'Andalousie sera-t-elle prête à sacrifier son identité ?

"Car, et c’est là la clé de ce projet, ces touristes dépensent deux fois plus que la moyenne en Espagne (…). Un autre chiffre significatif : les dépenses globales des touristes musulmans représentent un volume d’affaires de 103 mds € dans le monde. (…) L’Andalousie compte ainsi bien prendre sa part du gâteau en étant bien décidée, s’il le faut, à présenter une vision idyllique de l’occupation musulmane."

L'Institut halal de Cordoue a déjà "certifié" un hôtel et deux restaurants. D'autres hôteliers sont tentés :

" l’étude présentée à Grenade montre aussi que les touristes du Moyen-Orient sont ceux qui dépensent le plus en matière d’hébergement (…) « Ce sont souvent des petits détails à prendre en compte, très importants pour cette clientèle, comme la signalisation de la direction de La Mecque, l’aménagement d’espaces de prière, une information en arabe, ou l’absence d’alcool et de porc… »

Imaginons trente secondes le scandale et les procès qu’occasionnerait un tourisme certifié catholique, avec obligation de respecter les enseignements et la morale de l’Eglise."

Partager cet article

6 commentaires

  1. Le tourisme catholique existe bel et bien : retraites dans des monastères, pèlerinages, chantiers de restauration…
    Simplement, il ne la ramène pas, se fait dans la discrétion et l’humilité, ne justifie pas son existence à l’aide de “chiffres d’affaires” mirobolants, et n’a pas pour but d’opprimer les athées ou les fidèles d’autres religions.
    Grosse différence…

  2. Ils vont vendre leur âme pour un plat de lentilles! Colonisation et dhimittudisation en marche. Triste, bien triste après le recul du gouvernement espagnol sur l’avortement que restera-t-il de la fierté espagnole?

  3. L’invasion islamique par l’argent est déjà bien visible et trop de lieux de restauration n’ont pas l’honnêteté d’afficher qu’ils sont hallal afin de permettre de passer leur chemin à tous ceux qui veulent éviter de sacrifier aux idoles …et d’enrichir les mosquées qui supervisent ce très juteux marché.

  4. Le mythe de la belle et tolérante période andalouse sous l’Islam a vécu : pour s’en convaincre, il suffit de consulter par exemple le martyrologe chrétien.

  5. Une idée me vient :
    La réaction serait d’abord de créer un label « non halal », puis « non halal et non cachère », puis…
    Ceci est évidemment une mauvaise voie car d’une part, elle procède par rejet et la liste serait sans limite.
    En revanche, rien n’empêche de réclamer l’obligation d’indiquer en clair qu’un produit est halal ou cachère, c’est le droit à l’information du consommateur. Il fait se battre davantage pour obtenir cette inscription !
    Mais cela ne suffit pas. Il faut créer un label « respect de l’animal et de l’environnement » ; en gros, des produits laïcs (dans le bon sens du terme) !
    Ce label garantirait que :
    1/ L’animal serait abattu de façon à ce qu’il souffre le moins possible : étourdissement préalable obligatoire, …
    2/ Qu’aucun rite religieux ne sera effectué avant ou lors de l’abattage ni lors de la commercialisation du produit : pas d’orientation particulière de l’animal lors de l’abattage, pas de présence de sacrificateur, pas de rémunération sous quelque forme que ce soit à une association, à un culte, … Pas de marchand du temple !
    3/ Pas de pratique comme celles citées ci-dessus pouvant mener à un stress de l’animal tel que des toxines pourraient être produites rendant la viande non consommable et le produit impropre à la consommation (cas de la viande halal)
    4/ Obligation d’une fiche de suivi de l’animal abattu comportant en plus des garanties qui précèdent le lieu d’origine de l’animal (élevage), le nom de l’abattoir (référence et adresse), la date et heure de l’abatage, …
    5/ Pour éviter la revente de l’animal par morceaux sans suivi (cas de l’abattage rituel), des religions ne consommant pas certaines parties de l’animal, tout morceau devra pouvoir être référencé de façon telle qu’on puisse remonter à la fiche indiquée au point 4 ci-dessus.
    Etc.
    Ainsi, on pourrait être sûr qu’on consomme une viande saine, respectant mieux l’animal et l’environnement, respectant le travail de l’éleveur ainsi que la liberté du consommateur, ne finançant pas des mosquées ou des mouvements inconnus…
    Ce marché est incroyablement supérieur au marché dit halal que certains Andalous renégats convoitent et qui ne peut fonctionner que si les consommateurs ne sont pas informés, c’est-à-dire que si l’on vit sous une certaine forme de dictature, et c’est le cas aujourd’hui, qui plus est, encouragée par l’Union Européenne.
    Qui aura l’initiative de la création d’un tel label si prometteur ?

  6. Le hallal nous envahit sans que personne ne réfléchisse que cette nourriture qui réclame pour éxister la “bénédiction” d’un imam avec une certaine somme d’argent servira à construire une mosquée.

Publier une réponse