L’abbé Denis Coiffet, vu par Benoît XVI…

Il y a un an jour pour jour, date anniversaire de la publication du Motu Proprio Summorum Pontificum, les obsèques de l'abbé Denis Coiffet étaient célébrées dans la Cathédrale Saint Louis de Versailles pleine à craquer.

C'est l'occasion de rappeler le très bel ouvrage publié par Notre Dame de Chrétienté, "L'abbé Denis Coiffet par ses amis, Itinéraires d'un pèlerin de Notre Dame", qui évoque le parcours terrestre du très cher Abbé à travers ses apostolats, ses œuvres, ses paysages intimes, mais aussi les grandes épreuves de sa vie.

Couv (1)En exclusivité quelques extraits de ce très beau livre, vendu au prix de 15 euros, sur le site de nd-chretiente.com

"Son grand amour pour la liturgie et sa fidélité inconditionnelle envers le Pape comme Vicaire du Christ et Successeur de Saint Pierre lui ont causé certainement douleurs et peines. Mais en n'acceptant pas une séparation de ces deux aspects, il a rendu un service important à l'Eglise, en faveur de l'unité du passé, du présent et du futur, en faveur de la Fidélité envers la grande Tradition de l'Eglise et l'ouverture du chemin de l'Eglise, conduite par le Saint-Esprit, vers l'avenir.

Le Seigneur récompensera son fidèle serviteur et le fera participer à la joyeuse célébration de la Liturgie éternelle."

Benoît XVI

"Sa paternité était bien assise sur une forte personnalité. Monsieur l'abbé était heureux de vivre, bien dans sa peau et bien dans sa tête. Il n'avait pas de problème existentiel, il ne portait pas un sac à blessures, mais rayonnait de la joie d'être. (…)

Monsieur l'abbé, portait bien son nom, abba, qui signifie père, aussi en raison de la foi qu'il savait transmettre. Ses sermons, ses méditations, ses simples interventions montraient à quel point il avait enraciné en lui la doctrine catholique, une doctrine simple, classique mais profonde. Jamais personne ne pourra dire qu'il « récitait ». Jamais non plus personne ne pourra l'accuser d'originalité douteuse. Sa doctrine était en même temps vivante, spirituelle, priante et nourrissante.(…)

Il était fidèle à sa direction spirituelle et manifestait un grand respect pour le prêtre qui lui consacrait régulièrement un peu de temps. Il n'avait pas choisi un prêtre connu, diplômé ou titré mais un spirituel authentique. Preuve manifeste que monsieur l'abbé n'était pas un idéologue mais un homme de Dieu. C'est un excellent exemple donné à tous les prêtres qui négligent trop souvent cet exercice au détriment de leur vie spirituelle et qui risquent en proportion de tomber parfois bien bas. (…)

Autour de son projet et grâce à sa forte personnalité, monsieur l'abbé a fait l'unité. Ce qui n'est pas rien. C'est un motif d'espérance que le Seigneur, son Seigneur, l'accueillera au sein du Père, lui qui a prié avant le sacrifice de la croix : « Père, la gloire que vous m'avez donnée, je la leur ai donnée, afin qu'ils soient un comme nous, Vous en Moi et Moi en eux, afin qu'il soient rendus parfaits dans l'unité, et que le monde reconnaisse que Vous m'avez envoyé et Vous les avez aimés comme Vous M'avez aimé. »

Dom Louis-Marie, Révérend Père abbé du Barroux

"C'est bien volontiers que j'ai accepté de donner mon modeste témoignage  sur l'abbé Coiffet. (…) Il m'avait contacté pour me demander de bien vouloir présider la messe de clôture du pèlerinage de ND de Chrétienté à Chartres en 2014. L'accueil qu'il m'avait réservé alors m'a permis d'apprécier, plus que de la courtoisie, une vraie délicatesse de cœur et un sens aigu de la communion ecclésiale, manifestant un vrai respect de la saine diversité dans l'Eglise. Sans conteste, c'était un pasteur d'âmes; j'ai d'ailleurs reçu de nombreux témoignages de jeunes qui avaient été marqués par ses qualités d'éducateur spirituel, en particulier dans le cadre du scoutisme.

Invité la même année à présider les ordinations sacerdotales de la Fraternité Saint-Pierre à Chartres, je l'avais retrouvé et il m'avait confié ses problèmes de santé : il m'avait demandé de prier pour lui et j'avais perçu qu'il abordait  avec gravité mais aussi avec sérénité, un tournant de sa vie qui allait lui demander d'ultimes détachements.

Je ne doute pas de la fécondité de son offrande sacerdotale pour les vocations, pour sa Fraternité et pour l'Eglise qui a besoin plus que jamais du témoignage de prêtres fidèles comme lui."

Monseigneur Marc Aillet

Laisser un commentaire