Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : identité chrétienne / Europe : le référendum / L'Eglise : Benoît XVI

La politique européenne selon l’ex-Cal Ratzinger

Jean-Paul II affirmait que “la Pologne et son histoire sont incompréhensibles sans le Christ ”. Il jugeait aussi l’Europe incompréhensible sans le Christ. Benoît XVI partage les regards de son prédécesseur : le nom qu’il s’est choisi le dit.

Joseph Ratzinger écrivait en 1987, après avoir évoqué le triple héritage grec, chrétien et latin de l’Europe, et cautionné, comme héritage moderne, “la séparation entre foi et loi ” : “Toute union politique ou économique en Europe n’aura pas automatiquement une valeur d’avenir pour elle. Une simple centralisation des compétences économiques ou législatives peut conduire à une décadence accélérée, si elle aboutit, par exemple, à une technocratie dont l’unique règle serait l’accroissement de la consommation.”

Il a dit encore : “La reconnaissance et la protection de la liberté de conscience, des droits de l’homme, de la liberté de la science et, sur cette base, d’une société humaine libre, doivent être des éléments constitutifs de l’Europe.

Le chrétien prendra la mesure de la politique européenne en fonction de ces critères et c’est à partir d’eux qu’il accomplira sa mission politique” (Église, Œcuménisme et Politique, p. 305). Pas d’Europe humaine sinon chrétienne.

En outre, pas de démocratie sans référence à Dieu. “Depuis son origine en Hellade, l’intime relation entre la démocratie et l’eunomie – le droit qui ne peut être manipulé – est un élément constitutif de l’Europe. […] Si l’eunomie constitue une condition préalable à la viabilité de la démocratie dans son opposition à la tyrannie et à l’ochlocratie, la prémisse fondamentale de l’eunomie sera le respect commun pour les valeurs morales et pour Dieu, avec les obligations morales qui en découlent pour le droit public. Je voudrais rappeler cette phrase importante de Bultmann : “Un État non chrétien est possible, en principe, mais non un État athée”, pour le moins, pas tel qu’il puisse rester longtemps un État de droit. Voilà la raison pour laquelle Dieu ne doit pas être exilé par principe dans le domaine privé, mais doit être accepté comme valeur suprême, même dans le domaine public” (op. cit. p. 306).

Face à une Union européenne qui s’éloigne manifestement de plus en plus de l’intention de ses pères fondateurs, le futur Benoît XVI estime “que les choses devraient aller à l’inverse de l’évolution actuelle, où l’athéisme commence à être considéré comme un dogme public fondamental.

Avant même que le débat soit lancé sur la reconnaissance de l’héritage chrétien, Joseph Ratzinger “ose affirmer que la démocratiedevient absolument muette quand elle n’est pas orientée vers la mise en œuvre des valeurs morales fondamentales du christianisme, actualisables même sans confessionnalisme chrétien et même dans le contexte d’une religion non chrétienne.”

Si l’Europe veut vraiment, comme le prétend le préambule de son projet de Constitution, “approfondir le caractère démocratique et transparent de sa vie publique, et œuvrer pour la paix, la justice et la solidarité dans le monde”, elle devrait donc bien aller “à l’inverse de la situation actuelle” !

CQFD.

Michel Janva

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services