Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La voix de Villiers ne portera pas au sein de la majorité

L'OPA de Sarkozy fait dire à Bruno Gollnisch :

"J'ai de l'estime pour son bilan à la tête du conseil général de la Vendée, mais il a joué le rôle du rabatteur de voix pour l'UMP. Il faut toujours se méfier des contrefaçons."

Pour Jean Cochet dans Présent :

V "Ce VRP malhonnête, coupable pour le moins de publicité mensongère et de duplicité éhontée, déclarait avant-hier, au « Talk Orange-Le Figaro », avec tout l’aplomb d’un faussaire de la politique : «Je n’ai pas changé». Donc, s’il n’a pas changé,  il trompait ses électeurs depuis le début ? C’est ce qui s’appelle, en langage judiciaire, passer aux aveux. Et le transfuge satisfait de plaider : «Ma voix sera plus entendue à l’intérieur de la majorité présidentielle qu’à l’extérieur.» Que Monsieur le vicomte  arrête de prendre le bas peuple pour un ramassis  d’imbéciles. S’il prétend se servir de la majorité comme d’un mégaphone, il sait bien que l’Elysée lui coupera le son dès que son discours deviendra un tant soit peu dérangeant, que ce soit sur l’Europe, sur l’immigration, sur la Turquie  ou sur la taxe carbone. Le rabatteur ayant désormais officiellement rejoint la meute il devra bien mettre une muselière à sa virulence."

 La muselière est déjà en place, selon Le Figaro :

"Le président du Mouvement pour la France (MPF) est soucieux de millimétrer sa parole. Pas question de heurter ses futurs alliés du comité de la majorité, qu'ils viennent de l'UMP et surtout de la gauche."

Partager cet article

16 commentaires

  1. La Vendée doit beaucoup à M de Viliers. C’est un homme qui y a fait preuve de belles et nobles initiatives.
    Vouloir sauver ce fief face aux opérations de chirurgie lancées par M. Sarkozy et l’ Europe peut-il contraindre M. de Viliers, qui plus est ayant voulu avoir un poids National dans l’échiquier politique, de se rendre à ceux qu’il a toujours présenté comme étant les énemis de LA FRANCE ?
    Cette décision ne peut entammer l’image que nous avons de son action Vendéenne, mais au niveau National il en est bien différement.

  2. Une bonne vieille méthode stalinienne en somme : le procès d’intention, la condamnation a priori ! Je comprends que la stratégie choisie par PdV ne soit pas partagée par tous, mais svp jugeons-le sur ses prises de positions futures et avérées.
    [On disait la même chose à propos de Boutin… MJ]

  3. @ Michel Janva
    Sauf que Boutin n’a jamais eu l’envergure de Philippe de Villiers!
    [Bof, ils sont tous les deux compétents en local et incompréhensibles sur le plan national. MJ]

  4. A Xav007:
    Trop drôle votre commentaire! Cela fait 20 ans au moins que l’attitude de Villiers n’est pas très nette (c’est le moins que l’on puisse dire)!
    Pour ma part, j’ai ma propre idée sur cet homme depuis longtemps. Il n’est pas un poulet de l’année quand même!
    de Villiers, il ne faut pas le juger sur ce qu’il fera dans l’avenir mais sur ce qu’il a fait depuis qu’il fait de la politique! (principe de base) (30 ans quand même, cela laisse le temps d’avoir une petite idée, non?)

  5. @ MJ
    Pour ce qui est de C Boutin, accordons-lui que ce fut bien la seule, au sein du gouvernement et même dans les médias, à avoir tenu tête à Nadine Morano et avoir fait entendre une voix différente, lors du débat sur l’autorité parentale. On peut lui reprocher sa stratégie, mais pas de s’être reniée me semble-t-il.
    Cdt
    [C’est le contraste entre le verbe et l’acte. Comme je l’indique plus haut, pourquoi les députés du PCD se sont abstenus lors du vote sur l’IVG médicamenteuse ? Pourquoi ont-ils ralliés la destruction du repos dominical ? Pourquoi Mme Boutin est-elle désormais muette lorsque le Pacs est aligné un peu plus sur le mariage ?
    MJ]

  6. @ scat
    “il ne faut pas le juger sur ce qu’il fera dans l’avenir mais sur ce qu’il a fait depuis qu’il fait de la politique! (principe de base)” :
    je n’ai justement aucune difficulté pour le juger sur son parcours ni sur ce qu’il a fait sur le terrain depuis 30 ans : cela conforte même l’opinion que je me fais du personnage 😉

  7. Bruno Gollnisch a une analyse très équilibrée de l’action politique de P. de Villiers, lequel a tenté au maximum d’utiliser les pouvoirs et moyens que donnent les institutions à un Président de Conseil général pour mener une politique de développement de son terroir vendéen, ce qui l’a obligé à de nombreux compromis d’idées et de principes.
    Mais sur le plan national, c’est une évidence de trente ans, il a toujours été lié aux partis de la droite RPR-UMP-UDF, etc…..
    Il espère créer maintenant un pôle de droite au sein de la majorité ?
    Certes il est réaliste de reconnaître qu’il mobilise un électorat plus important que celui de Mme Boutin et que cela lui donnera plus de poids. Mais en même temps, il est dépendant de l’UMP pour être maintenu en Vendée, et demeurer implanté en Pays de Loire, lui et ses amis. L’expérience de ces cinquante dernières années de 5ème république prouve que dans les partis de droite, les élus réellement de droite, intelligents, lucides et courageux, ont toujours été marginalisés.
    Seuls des partis extérieurs au système des partis, en pesant par un électorat fort, comme a pu l’atteindre le FN durant 15 ans, ont-ils pu freiner la décadence. Et encore ne l’ont-ils pas arrêtée. De plus les lois électorales ont modifiées pour les éliminer de chaque niveau électif et des assemblées importantes.
    Aussi tenter de le faire en se ralliant au système est une illusion mortifère. P de Villiers parlera toujours très bien, mais ne sera jamais écouté, comme C. Boutin ou Jean Royer avant lui, mais il donnera le change en se maintenant en Vendée. Cela suffira certainement à satisfaire les naïfs un certain temps, le temps de faire réélire P de Villiers et ses amis, et peut-être N. Sarkozy et Nadine Morano en 2012.
    Ce sera tout.

  8. Mis à part le fait d’accepter de dialoguer dans un comité de liaison, je ne vois pas ce que l’on peut reprocher à Philippe de Villiers. Sur aucun point, je ne l’ai entendu renier ses convictions. Il change seulement de stratégie.
    Il est vrai que,pour le fan-club de J-M Le Pen, adresser la parole à un adversaire sans l’attaquer vertement est déjà un signe de trahison. On sait quels résultats donne ce genre d’attitude sectaire dont seuls les communistes avaient autrefois le secret.
    Que de précipitation dans vos articles et commentaires ! Vous exultez, vous en salivez, le “traitre vendéen” pris la main dans le sac…Quelle aubaine !
    Mais je pose encore la question ? Quelles convictions Philippe de Villiers a-t-il renié ? A présent aucune !!!
    [Il a renié la stratégie prise en 2007, quand il avait promis d’avoir rompu définitivement. C’est suffisant pour n’avoir plus confiance sur le plan national.
    Cessons de parler du FN, ce n’est pas le sujet. Ne tombons pas dans la dialectique marxiste !
    Par exemple, on peut estimer que la stratégie de C. Vanneste n’est pas bonne, mais elle a le mérite d’être cohérente : on sait où il va. MJ]

  9. Certains croient en PdV comme d’autres continuent de croire au communisme, au réchauffement climatique ou aux extra-terrestres.
    C’est aussi cela avoir la foi.
    Comme nous le rappelle Scat, PdV c’est notre “ami de trente ans”.

  10. PG : Merci d’illustrer votre propos par des exemples montrant que le F.N à 15 % a pu freiner la décadence.
    En cherchant bien, je ne vois, si mes souvenirs sont bons, qu’un eventuel frein à la pression fiscale lorque le groupe F.N soutenait Ch .Millon en Rhone-Alpes.
    Sinon, ce qui restera dans la mémoire collective des français, c’est principalement la réelection de J.Chirac avec + de 80 % en 2002. Est-ce cela la réussite de JMLP ?

  11. Ch. Hore, c’est me semble t’il pourtant très clair. Sans le FN, vous auriez eu depuis longtemps le vote des étrangers aux élections locales, le déni – sans aucun espace de liberté – de la réalité sur l’immigration et l’insécurité et sur le concept de nation.

  12. Il convient de rappeler comment ce score de pays totalitaire a été obtenu.
    L’entre-deux tours a été la “quinzaine de la haine”.
    Le mérite du FN et de JMLP, c’est avant tout de révéler la France à elle-même.
    Et le résultat n’est pas très joli :
    TV = Trouille et Veulerie.

  13. Sans LE PEN en 2002 Chirac aurait concourru contre Jospin; et il aurait perdu.
    C’est bien LE PEN qui a fait battre la Gauche.
    Les faits d’aujourd’hui sont clairs: Villiers a trahi ses partisans en rejoignant ouvertement le clan UMP et ses sattellites.
    Il a renié ses convictions et collabore désormais avec l’ennemi pour monnayer des places d’élus.
    On peut le déplorer, mais on ne peut plus le nier, ça se passe sous nos yeux et aux grand jour!
    Et l’argument de l’entrisme est la sottise la plus achevée en politique: jamais aucun mouvement ayant tenté de faire de l’entrisme n’a réussi autre chose qu’à se perdre dans le parti majoritaire; souvenez-vous de Madelin et de son parti Démocratie libérale, noyé dans la masse du parti majoritaire et complètement dissous depuis…

  14. @ Christophe Horen
    Il est vrai que la mesure précise et quantifiée de l’action d’un parti politique, surtout s’il n’a jamais participé au pouvoir, est difficile.
    Antoine et Olivier M. répondent bien à la question.
    Cependant, douter de la pertinence de la stratégie de P. de Villiers ne doit pas nous conduire à repousser toute idée d’alliance ou d’action concertée : c’est sur la méthode et non sur le principe que doit porter le débat.
    Si P de V., comme cela se fait dans les pays européens gouvernés par des coalitions, avait établi un accord politique sur deux ou trois points de son programme que se serait engagé à réaliser l’UMP, pourquoi pas une alliance électorale ?
    Quand il pesait 15 % des voix, le FN a tenté cela dans les conseils régionaux, aux législatives, tandis que la droite tentée de le faire, mais maçonnisée, ne put en accepter le principe : car le FN proposait cet accord sur des bases non pas seulement électorales, mais programmatiques. Et appliquer une partie du programme du FN, cela eut été suicidaire pour ces gens liés au système. D’où au moins cinq modifications de scrutin en 25 ans.
    Voilà pourquoi ce que fait P de Villiers, en position de faiblesse, ne peut que le conduire à une impasse politique.
    Car comment sortira t il de la majorité, après s’être suicidé comme dirigeant autonome d’un courant politique livré en otage à N. Sarkozy ? Sans la proportionnelle, qu’il n’a pas obtenue, puisqu’il ne la pas demandée, il est mort politiquement face à l’UMP. Sans de plus revendiquer une limitation des attaques et des législations contre la Vie, il est doublement mort, car il n’a plus de raison d’être, au sens moral de la politique.

  15. @ O.Martinelli,
    J’ai un peu de mal à saisir la logique de votre raisonnement :comment pouvez-vous mettre en avant que c’est grâce à JMLP que J.Chirac a été réelu en 2002 alors que j’ai encore dans les oreilles les mots de JMLP disant que “Chirac, c’est Jospin en pire” !
    [@ CH : Olivier M. n’est pas Olivier Martinelli. Merci d’en tenir compte. MJ]

  16. La voix de Philippe de Villiers pèsera peut-être peu au sein de la majorité…mais c’est en partie parce que son aventure “hors système” de 2005-2007 lui a fait perdre beaucoup de “crédibilité” et d’aura.
    Car il est vrai qu’il “pesait” beaucoup plus au cours des années 90…lorsqu’il faisait partie de la majorité justement.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]