Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

La violence de l’extrême-gauche est clairement tolérée par l’Etat et les médias

La violence de l’extrême-gauche est clairement tolérée par l’Etat et les médias

Analyse intéressante lue sur Atlantico :

Ces derniers jours, la tendance s’est fort bien illustrée par les exactions commises par des groupes maintenant bien connus des services de police et de renseignement, des autorités politiques et des médias qui tous les désignent fort commodément par des vocables simples à prononcer, aisés à manipuler conceptuellement et bien entendu simpliste : pour notre élite jacassante, pas de doute, « des bandes de casseurs » agissent et sèment le désordre (…) la réalité est souvent aussi éparpillée que les vitrines et autres abribus régulièrement pris pour cibles de ces « bandes de casseurs » et recouvre en pratique ou bien les inévitables racailles de cités, ou bien les indispensables extrémistes de gauche, ou les irascibles nervis des syndicats (…)

L’actuelle « bunkerisation » complète du Fouquet’s – ou ce qu’il en reste – donne un excellent résumé de la France et de son attrait touristique. Quelques semaines plus tôt, on avait pu admirer le saccage de l’Arc de Triomphe par au mieux, une bande d’extrémistes de gauche, au pire, ces fameuses racailles banlieusardes de jeunes nerveux très très déçus.

On pourrait revenir en arrière sur tant et tant d’exemples de chaos urbains ou péri-urbains sans avoir besoin de changer quoi que ce soit à la typologie des casseurs qui tombent systématiquement dans l’une des trois catégories précitées : extrémistes de gauche, racailles diversifiées, syndicalistes excités (…)

En réalité, la violence de ces populations, à commencer par la violence de l’extrême-gauche, est clairement tolérée. On est même en droit de se dire qu’elle est entretenue à coups de subventions, de redistribution sociale qui enferment toute une catégorie de ces individus violents dans la dépendance la plus sordide à l’État et son système, et dans lequel seule la violence permet d’exprimer ses desiderata, d’autant que c’est la seule forme d’expression qui soit vaguement écoutée.

C’est tellement vrai qu’on retrouve cette tolérance décontractée dans ces mairies « acquises à la cause » (i.e. clairement perdues à l’idée d’une République où règnerait un semblant d’ordre et de respect de la Loi), ou dans certaines universités devenue de véritables bastions du Camp du Bien et des extrémismes les plus délétères (…)

Certes, les bandes de racailles n’ont pas encore toute l’efficacité des groupes d’extrême-gauche, véritables milices organisées pour obtenir le maximum de chaos dans un minimum de temps aux endroits les plus voyants de l’Hexagone. Mais cela reste un détail puisque le résultat est globalement le même, le traitement médiatique aussi, et la tolérance des autorités, la même.

Et à chaque nouvelle occurrence d’une poussée gauchiste, on retrouve les mêmes mécanismes et la même absence de toute poigne du pouvoir politique pour faire revenir le calme et la situation légale qui prévalait (…)

Et d’atermoiements en renoncements, de compromis en pourrissements, l’État montre, chaque jour qui passe, sa tolérance de plus en plus grande, de plus en plus assumée face à la violence d’extrême-gauche, qui, petit-à-petit, à coups de lieux squattés, de centres villes barricadés, de places et d’universités occupées, transforme tout le pays en une grande ZAD géante.

 

Partager cet article

5 commentaires

  1. honte à ces politiques de tout bord qui tolèrent ces impunités et s’en servent pour discréditer d’autres mouvements ou d’autres partis politiques. La chienlit au pouvoir

  2. Ce sont les barbouzes du pouvoir.

  3. Le prochain défilé du 1er mai verra-t-il autant d’exactions que celui de l’an dernier de la part des black blocs? Exactions déjà clairement annoncées.

  4. Ces milices ne sont pas tolérées, elles ont été crées, financées, organisées et structurées depuis Mitterrand !
    Les gouvernement socialistes et le PS les utilisent abondamment pour tous leurs mauvais coups depuis près de 40 ans.
    Les forces de l’ordre ont interdiction de les toucher et même souvent ils les protègent.

  5. Ce sont les S.A. modernes, de sinistre mémoire, remis au goût du jour au service d une idéologie gouvernementale, usant du même esprit . Ce gvt est de plus en plus illégal et illégitime.

Publier une réponse