Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

La tendance sexuelle, base du lien social : comment en est-on arrivé là?

LtaUn des éléments de réponse nous est donné par ce passage du Lexique des termes ambigüs, signé de monseigneur Anatrella (page 611) :

"Définition de la sexualité humaine :

La sexualité humaine ne se réduit pas à l’expression génitale, elle est au fondement psychique du développement de la vie affective, de la relation à l’autre et du sens du désir. En revanche, l’expression sexuelle s’inscrit dans une double perspective qui est d’enrichir la relation à l’autre dans le plaisir d’être ensemble et la procréation au sein d’un couple dans lequel sont engagés un homme et une femme.

L’origine de la pulsion sexuelle est inconsciente et s’exprime progressivement dans la vie psychique à travers un système de représentations que le sujet se donne à lui-même lors de ses premières expériences affectives. L’objet de la pulsion n’est pas biologiquement déterminé. Le choix d’objet dépend de la façon dont l’enfant vit les stades de développement et de la maturité de sa sexualité. Si l'identité sexuelle de la personne est un donné objectif, l'orientation sexuelle va se déterminer selon la façon dont le sujet traitera la diversité des pulsions partielles (voyeurisme, exhibitionnisme, sadomasochisme, homosexualité, travestisme, transsexualisme, pédérastie, etc.). Dans le meilleur des cas, il y a une continuité psychique entre l'identité sexuelle et l'orientation sexuelle.

La pulsion sexuelle s’harmonise progressivement, au cours de l’enfance et de l'adolescence, avec le fonctionnement global de la personnalité. L'enfant apprend à être en relation avec les personnes de l’autre sexe en découvrant le sens de l’amour. Sinon, il risque d’en rester à une vision narcissique, impulsive, agressive et possessive de la sexualité. Une tension, voire une incohérence, peut se présenter entre le sexué, le fait d’être homme ou femme, d’appartenir à un genre sexué masculin ou féminin, et la sexualité dont dépendent la vie affective, émotionnelle, la représentation de soi, et sa relation au x autres.

Dans le meilleur des cas, la maturité affective permet une articulation et une continuité entre l’appartenance sexuée et l’expression de sa sexualité, ce qui donne une authenticité et une cohérence à la personnalité. L’organisation sociale, elle-même, repose sur l’association entre l’homme et la femme qui sont les seuls à former un couple et à constituer une famille. La théorie du « gender », qui veut remplacer la différence des sexes par la différence des sexualités, induit en erreur la pensée actuelle en affirmant que le lien social peut se développer à partir d’une tendance sexuelle. Il s’agit là d’une vision pour le moins éclatée de la relation sociale si dépendante aujourd’hui de l’imaginaire et du ludique.

Dans certaines sociétés on favorise des ruptures, des dissociations et des déliaisons dans le domaine de la sexualité : on a voulu séparer la procréation de la sexualité, puis la parenté du coupe et maintenant l’identité sexuelle de la sexualité afin de privilégier l’orientation sexuelle.

Une perspective qui pose de nombreux problèmes".

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services