Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

La Société Française d’Accompagnement et de Soins Palliatifs déplore l’affaire de Bayonne

Suite à l'affaire de Bayonne, la Société Française d’Accompagnement et de Soins Palliatifs (SFAP) déplore cet événement :

"Elle rappelle que la loi de 2005, dite Léonetti, relative aux droits des malades et à la fin de vie interdit tout acharnement thérapeutique et oblige le médecin à soulager les malades en fin de vie sans pour autant provoquer intentionnellement la mort. Cette loi permet à ces malades de mourir dignement et sereinement.

La Société Française d’Accompagnement et de Soins Palliatifs a pris connaissance de la mise en examen d’un médecin urgentiste du centre hospitalier de Bayonne pour empoisonnement de personnes âgées en fin de vie. Elle n’a pas compétence à se prononcer sur les situations particulières qui ont entrainé cette mise en examen. Elle souligne toutefois que les réactions remettant en cause la loi de 2005 sur le droit des malades et à la fin de vie à propos de cette actualité montrent une méconnaissance de cette loi. Celà nous amène à témoigner de notre pratique de professionnels de soins palliatifs et rappeler ce contexte législatif :

  • L’acharnement thérapeutique est formellement condamné, le médecin doit arrêter tout traitement déraisonnable qui maintient artificiellement la vie.
  • Le soulagement des douleurs est obligatoire : le médecin dispose pour cela d’un arsenal médicamenteux qui lui permet de soulager douleurs et anxiété.
  • Si un malade exprime le souhait d’arrêter les traitements, le médecin doit respecter sa volonté. Il doit toutefois poursuivre le soulagement de la douleur.
  • Si un malade en fin de vie ne peut pas s’exprimer, sa personne de confiance ou, à défaut l’entourage, peut témoigner de ce qu'aurait été sa volonté. Après en avoir pris connaissance, le médecin doit alors consulter l’équipe soignante, puis un confrère, avant de prendre la décision d'arrêter les traitements visant à prolonger la vie. Il doit, là encore, poursuivre les médicaments soulageant la douleur.

Pour le Dr Anne Richard, Présidente de la SFAP «L’expérience montre que les malades en fin de vie souhaitent être soulagés, entourés et accompagnés. Légaliser l’euthanasie n’apporterait rien à la situation rencontrée aujourd’hui, la loi actuelle suffit. Des efforts sont encore nécessaires pour faire connaître et respecter la loi de 2005 qui est le dispositif législatif le plus avancé au monde pour protéger les plus fragiles d’entre nous.»"

    Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

    Partager cet article

    Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

    Privacy Settings saved!
    Paramètres de confidentialité

    Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


    Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

    Refuser tous les services
    Accepter tous les services