Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

La SNCF vous remercie de votre honnêteté

Ami contribuable, vous qui payez scrupuleusement vos titres de transport quand vous vous déplacez, la SNCF va vous remercier de votre honnêteté en augmentant l'amende que vous recevrez si, un jour de malchance, vous n'avez pas pu prendre votre billet. Comme cette entreprise ne parvient pas, on se demande bien pourquoi, à faire acheter des titres de transport à bon nombre de ses passagers ni à recouvrer le paiement des amendes délivrées, elle va compenser cette incapacité en se remboursant sur la bête – c'est-à-dire nous.

648x415_lille-le-12-dcembre-2011-depuis-le-11-dcembre-la-sncf-change-les-horaires-de-ses-trains-appel-le"Vous deviez payer 25 à 35 euros si vous preniez le train sans billet. A partir de début mars, date prévue d’application du plan, cela vous coûtera désormais 50 euros (plus le prix du billet). Cette amende peut, si elle n'est pas réglée par le contrevenant, être majorée jusqu'à 375 euros. Le montant de l'amende n'avait pas été revalorisé depuis 2003, a précisé la SNCF.Si vous payez plus tard, les frais de dossier seront eux aussi plus cher : 100 euros (pour un parcours supérieur à 150 km) au lieu de 55 euros."

Et même si vous aviez des velléités d'être honnête quoiqu'il arrive, vous avez tout faux quand même, et vous allez PAYER :

"Ceux qui prennent le train en hâte sans billet mais qui se signalent auprès du contrôleur pour en acheter un verront également la note augmenter : elle passera de 4 ou 10 euros (en fonction de la distance) à 7 ou 15 euros. Ce qui devrait rapporter «plus de 5 millions à la SNCF», selon une source interrogée par Le Parisien.

Voilà donc une fois de plus les honnêtes gens pénalisés pour leur honnêteté, pris en otage par un système qui admet une fois pour toutes qu'une partie de la population vive aux crochets de l'autre. Un système qui admet, mieux, qui organise cette injustice, ce rackett. Les billets de train ne cessant d'augmenter, les grèves toujours aussi fréquentes et les transports alternatifs en hausse, la SNCF a peut-être de gros soucis à se faire, surtout si elle continue à tirer comme elle le fait à boulets rouges sur sa clientèle – pardon, ses "usagers".

Partager cet article

29 commentaires

  1. C’est normal : le sévice public est une valeur de la ripoublique, dans l’esprit de la Terreur et de Charlie.

  2. Et bien le mieux sera de ne pas utiliser les services ( souvent nauséabonds ) de cette entreprise d’ état, tout de même. Car imaginons que pour une raison x ou y vous perdiez votre titre de transport……..

  3. Permettez-moi de ne pas être d’accord. Les honnêtes gens ce sont ceux qui prennent leur billet en temps et en heure. C’est quand même facile avec les ordinateurs, les tablettes, les smartphones, les distributeurs, voire les guichets… Et si vous ne prenez pas votre train, il vous est remboursé (plus ou moins selon votre cas)
    [En temps et en heure… sauf quand ce n’est pas possible, ce qui arrive. MB]

  4. Il ne faut quand même pas exagérer, les auteurs d’incivilités (dans le RER par exemple, dont la branche que je fréquente dépend de la SNCF) sont rarement détenteurs de billets, ce sont eux qui sont visés prioritairement. Et si vous montez à la hâte dans votre train, il fallait partir plus tôt. [Ce sont précisément à ces gens-là qu’il était fait allusion : les auteurs d’incivilités, sans billets, c’est vous qui payez pour eux, car ils ne paient jamais leurs amendes, et leur défaut de paiement vous est facturé lorsque vous achetez votre billet. Tant mieux si ça ne vous dérange pas et si vous avez les moyens. Mais quand vous avez à votre charge un certain nombre d’enfants, dont des étudiants qui n’ont plus la réduction famille nombreuse, vous l’avez mauvaise lorsque les rares amendes de vos étudiants sont fortement majorées pour équilibrer les déficits de la SNCF, dûs au non-paiement des gens “incivils”, si vous voyez de qui je veux parler. Non, ce système n’est pas défendable. MB]

  5. Il arrive qu’on n’ait pas telle ou telle carte sur soi, ou qu’on n’arrive pas à prendre son billet (guichets fermés, gréves, etc.), ou même que le billet ne corresponde pas à cause des retards sur le trajet précédent en cas de correspondance : on va RAQUER !
    Surtout si on est gentil, bien élevé, de bonne famille, sur une ligne pas trop “agitée”, à une heure de faible affluence, etc …

  6. Comme les responsables de la SNCF non ni le courage ni la détermination de lutter efficacement contre la fraude -peut-on d’ailleurs leur donner tort ,vu le sérieux “coup de main de Taubira aux voyous ” ces responsables taxent le Français moyen ,qui ils le savent ne fera pas le coup de poing contre le controleur.
    C’est si facile.
    Mais tout cela fait parti d’un savant plan de déstabilisation du citoyen ,faire régner la peur par l’insécurité ,soit de l’agression ,soit de l’amende dans le cas présent.
    http://www.fdesouche.com/50553-insecurite-et-nomenklatura-eric-w

  7. Faites comme moi : exigez vous-même l’amende : je demande 2 euros aux fraudeurs qui me poussent pour passer avec moi aux tourniquets et autres portes. Leur visage outragé fait mon bonheur à chaque fois.
    PS : j’ai aussi des enfants étudiants, je ne bénéficie plus de la réduc famille nombreuse et vis en zone 4 en région parisienne. Je fréquente le RER deux fois par jour au moins 5 jours par semaine.
    Si j’attrape un de mes enfants en train de frauder, quel que soit son âge il s’en souviendra et paiera lui-même son amende, en travaillant.
    Dura lex sed lex. [Attention, je ne justifie pas la fraude, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. MB]

  8. Ils ont raison : c’est la seule solution.

  9. Il faut savoir aussi que maintenant les billets de TER ne sont valables qu’à une date donnée et non remboursables si ce jour-là on ne peut pas prendre le train. Nos enfants sont donc obligés de prendre leur billet le matin avant de monter dans le train pour ne pas avoir à perdre un trajet si pour une raison ou une autre, il ne peuvent se rendre à l’école. Il n’y a pas de guichet et un seul distributeur pris d’assaut. 9 fois sur 10, ils doivent acheter leur billet auprès du contrôleur sous peine de manquer leur train. Vive le service public !

  10. [Ce sont précisément à ces gens-là qu’il était fait allusion : les auteurs d’incivilités, sans billets, c’est vous qui payez pour eux, car ils ne paient jamais leurs amendes, et leur défaut de paiement vous est facturé lorsque vous achetez votre billet. Tant mieux si ça ne vous dérange pas et si vous avez les moyens. Mais quand vous avez à votre charge un certain nombre d’enfants, dont des étudiants qui n’ont plus la réduction famille nombreuse, vous l’avez mauvaise lorsque les rares amendes de vos étudiants sont fortement majorées pour équilibrer les déficits de la SNCF, dûs au non-paiement des gens “incivils”, si vous voyez de qui je veux parler. Non, ce système n’est pas défendable. MB]
    Eh bien dans ce cas dites-le dans l’article ! Parce que là, votre article est ridicule. [Laissez-moi deviner : vous êtes contrôleur à la SNCF… MB]

  11. Fallait prendre une Covoiturage blablacar

  12. Tout est question d’organisation. Il suffit de réduire en nombre suffisant les effectifs des guichetiers, de sorte qu’il vous est impossible d’acheter votre billet en temps utile avant le départ du train, à moins de prendre la queue au moins une heure à l’avance, ou d’aller à la gare exprès le jour précédant votre départ pour y faire la queue une heures. La clientèle particulièrement ciblée étant les voyageurs âgés ne pouvant se servir d’un ordinateur ou d’un distributeur automatique pour émettre leur billet et auquels il est difficile de rester debout une heure pour faire la queue. Ces voyageurs ont d’autre part la réputation d’être calmes à la différence d’une autre catégorie de voyageurs sans billets, qui elle risquerait d’agresser les contrôleurs. Les contrôleurs seront donc sévères dans leurs contrôles des voyageurs âgés et calmes, alors qu’on ne les verra pas pour contrôler les voyageurs turbulents!

  13. Ce qui est curieux dans cette histoire, c’est qu’on ne fait aucune allusion à tous ceux qui voyagent gratuitement, ou pour pratiquement rien, avec la bénédiction de la SNCF.
    J’ai entendu dire que ce nombre avoisinait les 50% des voyageurs si ce n’est plus. Heureusement pour ces derniers, il y a des gogos pour payer les amandes.

  14. Dans les TGV Dijon, Lyon, Marseille que j’emprunte souvent, les resquilleurs sont nombreux, en particulier les marginaux, souvent en situation irrégulière.
    Les contrôleurs ne les contrôlent même plus, car ils n’ont pas d’adresse, ils ne sont pas solvables et c’est un quart d’heure pour faire des papiers et faire venir la police au prochain arrêt…Bref les marginaux bénéficient d’impunité…, certes ils sont sur les strapontins.
    Tandis que…
    Une dame de la soixantaine, avait oublié sa carte sénior…et bien elle a du s’acquitter sur le champ d’une amende pour non présentation de justificatif de réduction…car elle a donné gentiment sa carte d’identité, son adresse etc…etc..

  15. Quitte à ne pas avoir de billet il vaut mieux aussi ne pas avoir de papiers ni de moyen de paiement. C’est ce que bien des membres de certaines “minorités visibles” pratiquent régulièrement, le contrôleur passe alors son chemin sous l’oeil navré des passagers qui payent encore et toujours plus.
    Les camarades syndiqués CGT et SUD Rail savent-ils qu’en procédant de cette manière ils font une très bonne publicité pour le Front National ?

  16. Mais c’est une logique que l’on retrouve souvent.
    Par exemple sur les limitations de vitesse : des excès de vitesse sont constatés qui mettent en danger les riverains ? C’est très simple, il suffit de baisser la vitesse autorisée et tout le monde, évidemment, va désormais s’obliger à rouler moins vite !
    Sauf que les quelques uns qui ne respectaient pas les limitations ne les respecteront pas plus quand elles auront été baissées. Sauf que quelques uns, brimés par ces mesures vexatoires, choisiront de ne plus respecter les limites. Et il faudra encore trouver une solution à ces excès toujours plus nombreux (et pour cause). Et la vitesse sera encore abaissée…

  17. @ boubou: la SNCF ne rembourse pas les billets “familles nombreuses”, ce qui est une véritable discrimination; surtout que ce n’est pas toujours facile d’attraper une correspondance à l’heure quand on a une petite troupe à gérer (avec ses bagages)!

  18. Heureusement que le code pénal est là pour nous protéger. Ah ! République, tu vas nous payer tout ça très cher le moment venu.
    “Aucune peine ne peut être appliquée si la juridiction ne l’a pas expressément prononcée.” (Art. 132-17 du nouveau Code pénal)
    Ils ont fait payer vers les 80 euros à mon fils qui avait même son ticket mais qui n’avait pas composté parce qu’il prenait le train pour la première fois. Il n’avait donc rien volé à la SNCF mais a payé le maximum. Ils nous le paieront le moment venu pour ces racket légaux.

  19. Les fraudeurs ne sont pas contrôlés s’ils “peuvent poser problème” (privilège de faciès?)
    Témoignage ici à partir 30’30 (et surtout à partir de la 33′ environ) : http://www.europe1.fr/mediacenter/emissions/le-grand-direct-de-l-actu/sons/le-grand-direct-de-l-actu-train-bus-metro-rer-etes-vous-satisfaits-des-transports-en-commun-2379045

  20. Si on monte dans le train avec un billet non composté faute de temps ( le train suivant trop cher pour un étudiant, il faut faire vite en sortant des cours ) et qu’on va directement voir le controleur c’est 10 euros en plus ….

  21. Je suis comme d’autres commentateurs, un peu surpris de ce post. En effet, il ne m’apparaît pas anormal que l’on soit sanctionné lorsque volontairement on ne prend pas de billet, mais je l’ai compris ce n’est pas ce qui est ici dénoncé. Et je trouve tout aussi normal que l’on puisse voir majorée le prix de son billet lorsque l’on ne prend celui-ci que dans le train, d’ailleurs cette majoration est moins importante lorsque l’on se signale directement. Pour ma part, ca m’est arrivé à une époque où je prenais le TGV une à deux fois par semaine, et même la plus part du temps j’arrivais à négocier l’absence de majoration.
    Bref rien de bien scandaleux… pour une fois

  22. Hélas oui c’est un véritable racket sur le dos de gens généralement honnêtes qui s’annonce. Mais faut-il s’en étonner ? : le président de la SNCF est un proche du pouvoir en place.

  23. Le vrai scandale, c’est que la SNCF se prétende un se(r)vice public… C’est une planque pour privilégiés qui haïssent le public… et le travail.

  24. Il serait temps de comprendre comment fonctionnent ces gens là:
    . pour les “jeunes” nous sommes des Nassaras, et le Nassara est fait pour payer le tribut qui fait vivre les “croyants” – ça peut être sous forme de billets de train pour aller se promener…
    . pour l’umps et ses affidés (cf. l’excellente définition donnée par Zemmour dans “Le suicide français” – “la République : ses partis ses loges, ses syndicats”) nous sommes les vaches à lait qu’ils exploitent depuis des décades, non seulement sans vergogne, mais avec de plus en plus d’arrogance.
    Et ces deux partis, les “jeunes” et l’umps, sont faits pour se comprendre !

  25. Ce qui paraît contestable c’est que le fait d’augmenter les amendes n’a jamais empêché le fraudeur de continuer à frauder…surtout s’il est insolvable, ou trop difficile à appréhender (menaçant, catégorie ethnique un peu violente, etc…).
    Je ne vois, donc, pas en quoi cette mesure va diminuer la fraude des véritables fraudeurs !

  26. Puisque la SNCF n’arrive pas à recouvrer le montant des amendes, il n’y a donc pas à s’inquiéter de leur augmentation.

  27. Pour prendre la mesure de la fraude, faîtes un tour sur la ligne des trains de banlieue qui desservent la Seine-Saint-Denis. Dépaysement assuré!

  28. C’est là une des “valeurs” fondamentales de la Republique:
    -on augmente les impôts des pauvres pour recuperer les fraudes des riches
    -dans une copropriété on augmente les prélèvements pour compenser la fraude des copro. indelicats
    Celà s’appelle la socialisation (du delit ?) rien de surprenant à ce que la ENCF se conforme à cette nouvelle règle.

  29. Ne serait-il pas possible techniquement d’installer un portillon à l’entrée des quais, dont l’ouverture serait liée à la présentation du billet, avec un code-barre par exemple ?
    Pour entrer dans mon entreprise, on doit se servir d’un “badge” qu’on présente devant un détecteur qui déclenche l’ouverture d’un tourniquet. Aux entrées des stations de métro, il existe aussi un système de ce genre. Il doit bien y avoir moyen de faire la même chose dans les gares.

Les commentaires sont fermés pour cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services