Bannière Salon Beige

Partager cet article

Religions : L'Islam

La révolution islamiste par Ivan Blot: entre soumission ou conversion

 LA REVOLUTION ISLAMISTE

Par Ivan Blot

Le récent attentat de Paris contre l’hebdomadaire satirique gauchiste Charlie Hebdo remet la révolution islamiste mondiale au premier plan de l’actualité. Car le mouvement terroriste qui se veut d’inspiration religieuse est plutôt avant tout un mouvement révolutionnaire. Ce mouvement s’insurge contre les démocraties occidentales qu’il considère comme impies car matérialistes et décadentes sur le plan des mœurs. Il utilise pour cela la voie de la violence comme toute révolution. Les dirigeants sont des intellectuels, souvent formés en Occident, et les exécutants sont des déracinés. C’est un phénomène culturel qui n’a rien à voir avec la richesse ou la pauvreté.

L’islamisme est un mouvement révolutionnaire

L’Occident a beaucoup de mal à comprendre ce qui arrive car il muré dans ses propres certitudes. Le philosophe Heidegger baptisait cet autisme « l’oubli de l’être ». L’Occident lui-même a secrété plusieurs révolutions, dont la révolution française, la révolution bolchevique et la révolution nazie. Ces révolutions ont voulu purifier la société de leurs « ennemis » et créer un homme nouveau par la force. De ce point de vue, les terroristes islamistes ne sont pas différents dans leur essence des terroristes de la révolution française, Robespierre, Barrère, l’inspirateur du génocide de Vendée et deceux de la révolution bolchevique.

Leur psychologie fut disséquée de façon remarquable par Dostoïevski dans son livre « les Démons » ou parfois titré « les Possédés ». La religion est une caractéristique annexe : Robespierre était déiste, Lénine était athée et Ben Laden était musulman. Tous étaient révolutionnaires et souhaitaient décapiter leurs ennemis : que l’outil soit la guillotine ou le sabre ne change rien à l’affaire. Les Occidentaux s’indignent à juste titre de voir des chrétiens décapités en Irak mais oublient que la guillotine a fonctionné à plein rendement en France en 1792 et 1793, au nom de la Républiqued’alors !

La théorie de nos trois cerveaux, reptilien et instinctif, mammifère et affectif, rationnel et spécifiquement humain, explique bien la dérive du phénomène révolutionnaire vers la barbarie. Le révolutionnaire fait taire son cerveau affectif qui le conduit normalement à respecter ses semblables. Il libère alors de la contrainte morale son cerveau reptilien qui contrôle notamment l’agressivité et la violence. Le cerveau rationnel sert alors à justifier par un discours idéologique (politique ou religieux, peu importe) les pulsions du cerveau reptilien. C’est pourquoi le criminel révolutionnaire est souvent un intellectuel dépourvu de sentiments et d’humanité mais pourvus d’instincts puissants comme les personnages de Verkhovenski et de Stavroguine dans le roman « les Démons » de Dostoïevski.

La dialectique de l’histoire est telle que les révolutions s’encouragent en s’opposant ou par imitation. Hitler a eu l’idée de sa révolution nationale socialiste en observant la révolution communiste. Les bolcheviques vivaient dans l’imitation de la Commune de Paris et de la Terreur jacobine. Ce qui anime les révolutionnaires islamistes est leur haine de l’Occident Cette haine est renforcée par le fait que cet Occident n’a cessé depuis les années soixante de renier toujours plus ses traditions, dans une même ligne idéologique, rationaliste au sens borné du terme, qui va des Lumières à mai 1968.

La révolution islamiste n’est pas apparue par génération spontanée. Son fondateur est Sayyd Qutb, intellectuel (journaliste) égyptien, né en 1906 et pendu en 1966. Hostile à l’enseignement coranique reçu dans sa jeunesse et hostile à la monarchie égyptienne, donc à la tradition, il partit aux Etats-Unis en 1948 étudier les écoles américaines. Il jugea ce pays individualiste jusqu’à la nausée et spirituellement vide. Il se mit alors à craindre la colonisation occidentale à cause de ses conséquences idéologiques. En 1952, il est membre des frères musulmans qui aident l’armée à renverser la monarchie mais il est arrêté lors de l’attentat manqué contre Nasser en 1954. Qutb est emprisonné puis pendu en 1966. Comme Hitler, il écrit ses livres en prison « Fi Zilaal Al Quraan » (à l’ombre du Coran) et Maâlim fi Tariq (Jalons sur la route). Il y dénonce la Jahiliya (ignorance de l’Islam authentique). Il accuse la tyrannie des lois humaines (taghout) y compris démocratiques qui s’opposent aux lois de Dieu. Il estime qu’il faut guider les masses à sortir de l’ignorance et du complot des Juifs. (Voir Mystique et politique. Lecture révolutionnaire du Coran par Sayyid Qutb ; presses de la FNSP et éditions du Cerf 1984).

Pourquoi cette lecture révolutionnaire du Coran, reprise par les intellectuels radicaux que sont le milliardaire arabe wahhabite Oussama Ben Landen et le docteur égyptien Ayman al-Zahouahiri, a-t- elle eu un tel succès pour motiver ultérieurement des chefs de guerre locaux et des jeunes y compris de nos banlieues?

Le soutien initial des Occidentaux aux Islamistes révolutionnaires

Au départ, Ben Laden est utilisé par la CIA contre les soviétiques en Afghanistan. Le président américain Carter aurait signé une directive de soutien le 3 juillet 1979 ; le 15 mars 1995, le président Bill Clinton déclare : « les valeurs traditionnelles de l’Islam sont en harmonie avec les idéaux les meilleurs de l’Occident ». Le président américain confond visiblement la tradition de l’Islam avec sa lecture révolutionnaire faite par les nouveaux islamistes. La rupture des Américains avec Ben Laden intervient en 1998 ; Al Zahouahiri fait connaissance de Ben Laden dans la lutte anti soviétique soutenue par les services secrets américains en Afghanistan. Il est le numéro 2 d’Al Qaida et écrivain sur le voile et de la position française à l’égard d’Israël. Il recommence le 7 avril 2013 à cause de l’intervention française au Mali. Comme on le voit, les menaces d’attentats en France ne datent pas Outre l’aveuglement des Occidentaux face à l’islamisme révolutionnaire (accueil de l’imam Khomeini en France par Giscard d’Estaing ; soutiens indirects aux islamistes en Lybie et en Syrie, élimination du laïc Saddam Hussein qui ouvrira la voie à l‘Eil en Irak, etc), le succès des Islamistes chez les jeunes dans les pays musulmans comme dans les milieux immigrés en Europe vient en partie des carences de la société occidentale à donner un sens à la vie dans un monde livré au matérialisme et à  Il menace deux fois la France, le 3 aout 2009 à cause de la loi sur le voile et de la position française à l’égard d’Israël. Il recommence le 7 avril 2013 à cause de l’intervention française au Mali. Comme on le voit, les menaces d’attentats en France ne datent pas d’hier.

L’Occident abandonne ses traditions morales et spirituelles

Qutb a inventé sa révolution islamiste suite à sa visite des Etats-Unis qui l’ont choqué par leur immoralité. Le philosophe Heidegger a montré que le monde occidental était dominé par un matérialisme utilitariste dont trois versions se sont développées : la version communiste, la version nazie et la version américano-occidentale. Face aux critiques disant que politiquement ces régimes étaient très différents, il a répondu que c’était exact sur le plan politique mais non sur le plan métaphysique. Aux valeurs traditionnelles de Dieu, de la personne humaine, des racines et des idéaux, l’Occident a préféré l’idolâtrie de l’ego, des masses, de la technique et du pouvoir, notamment lié à l’argent. Comme Dostoïevski l’a montré dans « les Frères Karamazov », l’Occident, selon le starets Zosime a développé une liberté centrée sur l’égoïsme matérialiste et la multiplication des besoins. Il a développé à partir de l’égalité, une idéologie du nivellement et de la grégarisation, et enfin, sa fraternité a pris une tournure mafieuse et immorale. Liberté, égalité, fraternité, cette noble devise est devenue en pratique : vanité, cruauté et vénalité.

Cette critique est en partie vraie et explique la soif dévoyée mais réelle de spiritualité, d’engagement et d’héroïsme des révolutionnaires musulmans plongés dans une société sans idéal et hédoniste. Mais comme l’avait fort bien vu Dostoïevski, cet engagement militant « est maudit parce qu’il est maudit parce qu’il est cruel ».

L’Occident pense se débarrasser de l’islamisme par la seule répression policière et militaire. Cette action répressive est essentielle et doit se faire grâce à une coopération internationale la plus étendue. Exclure de grands pays comme la Russie de cette coopération serait une très grave faute. Il faut d’urgence rapprocher l’Europe de l’Ouest de la Russie et les Américains doivent considérer ce rapprochement comme favorable et non défavorable à leurs intérêts à long terme. Il n’y a pas d’alternative, notamment devant la menace révolutionnaire islamiste.

Toutefois, l’action répressive n’a jamais empêché à elle seule la révolution française de triompher ou au communisme de s’imposer à un tiers de l’humanité. La répression contre une révolution ne suffit pas toujours.

En profondeur, la révolution islamique perdra son pouvoir d’attraction le jour où les traditions religieuses, patriotiques et familiales seront de nouveau à l’honneur, pas seulement en Russie mais aussi en Europe occidentale et en Amérique. Le mouvement de destruction des traditions en cours à l’ouest depuis les années 1970 créé les conditions objectives du succès des islamistes auprès de beaucoup de jeunes. Le culte traditionnel de Dieu limite les égoïsmes individuels, la pratique exemplaire des valeurs morales renforce la personnalité et empêche les manipulations de masse. Les racines familiales et patriotiques avec une éducation civique et militaire comme autrefois créent un engagement affectif où le djihad perdra alors de sa séduction. Les lois en accord avec la loi naturelle limitent la criminalité, laquelle a quintuplé en Occident depuis les années soixante. L’Occident qui se veut révolutionnaire sur le plan des mœurs applique sans s’en rendre compte la phrase de Dostoïevski : « si Dieu n’existe pas, alors tout est permis ».

La révolution des mœurs et de la culture des années 1970 en Occident nourrit l’islamisme révolutionnaire chez beaucoup d’individus des jeunes générations, par le dégout qu’elle provoque au sein des peuples écoeurés par des élites désaxées. Pour assécher la révolution terroriste islamiste, il ne suffit pas de réprimer car il faut aussi toucher les âmes et savoir sortir du matérialisme ambiant.

Le pari n’est pas gagné !

Ivan Blot

texte trouvé ici

Partager cet article

7 commentaires

  1. Il ne faut pas rever qu’on reglera l’invasion islamiste en europe en esperant d’abord un retour des masses à l’eglise chrétienne qui s’accomodera ensuite aussi de millions de muzzs partout .
    L’Histoire l’a prouvé ,les revolutions furent pour se liberer des religions dont les peuples ne veulent pas .
    L’Histoire a prouvé que jamais nul part l’islam n’écrabouille pas les religions d’autrui
    La « revolution » islamiste allant jusqu’au terrorisme n’est pas pour se libèrer les muzzs du carcan religieux mais pour soumettre et opprimer par de sanglantes surenchères les plus barbares .
    La motivation muzz en europe n’est qu’une combine à la sauce takyia pour conquerir les territoires assez stupides pour laisser faire en se contentant de baratin moderniste antiraciste qui arrange si bien les prédateurs envahisseurs envers des proies faciles à prendre par du blabla

  2. Oui,depuis 1968 nous avons perdu nos valeurs.l’école de la république n’à rien fait pour les rétablir.

  3. N’importe quoi. L’Islam n’est pas une révolution. C’est une religion.

  4. Dostoïevski le disait « si Dieu n’existe pas, alors tout est possible ».
    Il faut comprendre: le pire.

  5. Peut-être cela amènera-t-il aussi à terme à faire revenir le Catholicisme au message initial du Christ : Homme aux jugements pervertis, tu veux retirer la paille qui est dans l’oeil de ton frère ! Et la poutre qui est dans ton oeil, tu ne la vois pas ? retires d’ABORD la poutre qui est dans ton oeil et tu verras CLAIR pour retirer la paille… ! Et là, ca passe d’ABORD par une conversion personnel au message du Christ. Et ici, sur ce site, il y en aurait plus d’un qui serait surpris en lisant les quatre Evangiles TELS qu’ils ont été rédigés et NON tels qu’il est retransmis !

  6. « Oui,depuis 1968 nous avons perdu nos valeurs… »
    Werther, les valeurs de la France, l’esprit de la France, l’âme de la France, le peuple de France ont été assassinés le 14 juillet 1789 et depuis ce jour, tout ce qu’il reste de français et de Français a été en partie éradiqué en 14/18, en 39/45, en Algérie, en Indochine, pendant l’épuration, puis en mai 68 et est traqué inlassablement tous les jours que Dieu fait…
    Si vous ne comprenez pas cela, c’est que vous êtes déjà mort intellectuellement, spirituellement et bientôt, ce que je ne souhaite pour personne, physiquement…
    Réveillez vous !
    Que Dieu vous garde,que Dieu nous garde.

  7. Saint Rémy nous a prévenus : Quand la France restera fidèle elle sera prospère, mais durement châtiée dans le cas contraire.
    C’est la Seule explication, le reste n’est que baratin de bateleur .

Publier une réponse