Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Histoire du christianisme

La République tue

D'Eric Letty dans Monde & Vie :

R"«La République nous appelle/Sachons vaincre ou sachons périr/Un Français doit vivre pour elle/Pour elle un Français doit mourir. » A chaque fois que j’entends ces paroles du Chant du départ, me revient à la mémoire une anecdote que racontait naguère Pierre Monnier et qu’il rapporte, me semble-t-il, dans son excellent livre A l’ombre des grandes têtes molles : un jeune homme, li­gueur d’Action française, rencontre Charles Maurras et lui déclare, plein de zèle, qu’il est prêt à mourir pour « la cause ». Sur quoi, le malheureux se fait rudement chapitrer par le vieux lutteur royaliste, qui lui dit (je rapporte ces propos de mémoire) : « C’est la République, qui veut qu’on meure pour elle ! Pour la France, il faut vivre ! ». La République est un régime de mort. J’ai conscience en écrivant ces lignes que beaucoup de mes lecteurs sont républicains ; mais, au-delà du débat sur les institutions aujourd’hui les plus adaptées à la France, il s’agit d’une évidence historique. Dès l’origine, en décrétant la levée en masse en l’an II (1 793) et en instituant la conscription, la République s’est arrogé un droit de vie et mort (autrement dit, surtout de mort) sur ses citoyens de sexe masculin et leur a imposé le sacrifice obligatoire. On a vu à quel résultat cette logique a conduit : la guerre des peuples et la grande saignée dont nous commémorons actuellement le centenaire, et dont notre patrie ne s’est jamais relevée. Ce constat n’ôte rien à la grandeur du sacrifice des poilus de la Grande guerre ; mais leurs jeunes vies ont douloureusement manqué à la France.

Aujourd’hui, toujours au nom de ses « valeurs », au demeurant évolutives, la République continue à tuer, par l’avortement de 200 000 enfants par an au nom d’un pseudo-droit des femmes dont on voudrait faire un droit de l’Homme, ou par l’euthanasie, dont la voie est désormais ouverte, au nom d’une prétendue « liberté » de mourir. Les enfants non nés sont remplacés par des populations immigrées qui s’établissent chaque année dans notre pays en nombre à peu près équivalent, contribuant ainsi au grand déracinement des peuples et à la mort des nations. Ainsi, depuis plus de deux cents ans la République tue la France, qu’elle supplante d’ailleurs dans les discours officiels. Au grand déplaisir des socialistes, Nicolas Sarkozy renomme son parti « les Républicains » ; aurait-il osé l’appeler : « les Français » ? Il est vrai qu’il lui faudrait un bel aplomb. […]"

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services