Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Pologne / Pays : Russie / Religions : Eglise orthodoxe

La réconciliation russo-polonaise : un acte prophétique

Cet article remet en perspective l'évènement historique qui vient de se dérouler en Pologne :

"Cette visite est le produit d’une préparation de plus de deux ans,
nécessaire pour mettre en forme un document, qui doit y être signé. Ce
document, initiant la réconciliation entre les deux pays, comprend trois
parties :

  • un appel à la réconciliation et au dialogue ;
  • une vue historique dans une perspective d’avenir ;
  • la description des obligations mutuelles de témoignage évangélique.

Il ne s’agit pas d’y inventorier les fautes de chacun, mais de
planter les premières racines de la réconciliation
. Nous pourrions
rajouter que l’entretien de la culpabilité est étrangère à la
civilisation européenne chrétienne dont les deux nations sont issues. […]

Le voyage du patriarche Kirill a été précédé le 18 juin dernier de la
bénédiction d’une chapelle orthodoxe à Katyn
. Le Patriarche a rappelé
que plus de dix mille Russes avaient été exécutés dans ce lieu avant la
deuxième guerre mondiale. Une manière pour lui de souligner que la
Russie et les Russes furent les premières victimes des bolchéviques,
dont peu d’entre eux, d’ailleurs, étaient russes.

Le 17 août sera ainsi signée cette réconciliation, au château royal de Varsovie par le Patriarche Kirill et le Président de la Conférence épiscopale polonaise, Joseph Michalick, archevêque de Przemysl. […]

Dans cette visite, ce qui est en cause est bien plus important que la
réconciliation russo-polonaise
. Il s’agit de mettre fin à la division
de l’Europe
, dans l’une des zones où le schisme s’est le plus
cristallisé. Depuis plus de 500 ans, les Polonais et les Russes se sont
tour à tour envahis, donnant un contenu politique à ce qui n’était qu’un
conflit doctrinal. Du point de vue purement géopolitique, la fin de la
division de la chrétienté enlèverait un levier considérable à la
politique américaine et même allemande. Ces deux puissances n’ont jamais
hésité à jouer le conflit de civilisation pour déclencher des conflits
en Europe afin de parvenir à leurs objectifs géopolitiques.

La Pologne est elle aussi un terrain où s’affronte la Russie et les
États-Unis. La Russie n’a plus d’ambition territoriale et souhaite
pacifier son étranger proche. Les États-Unis, de leur côté, tentent de
maintenir une alliance militaire inutile, anachronique et coûteuse.

Il y a un autre domaine dans lequel s’affrontent la Russie et les
États-Unis, dans les pays d’Europe de l’Est en général et en Pologne en
particulier. Il s’agit du modèle de société. Ici s’affronte le modèle
homosexuel américain et le modèle chrétien russe. Les États-Unis se sont
efforcés de répandre dans les anciennes républiques soviétiques leur
modèle issu des années 60, qui a déjà triomphé en Europe occidentale. En
Europe de l’Est, ce modèle s’est trouvé face à de fortes oppositions
populaires. Symboliquement, les « gay pride » ne peuvent s’y dérouler
que sous la pression de l’ambassade américaine et de l’Union Européenne
et sous protection policière. La Russie a pris, en quelque sorte, la
tête de file de cette résistance « chrétienne » au modèle occidental
. À
la mise en place depuis 2005 d’une politique de restauration de la
famille, se sont ajoutées différentes lois et déclarations très
révélatrices de l’influence retrouvée de l’Église orthodoxe.
Chose inimaginable en France, où le débat sur le sujet est interdit,
Vitaly Milonov, membre de Russie Unie et auteur de la loi contre le
prosélytisme homosexuel, proposera en septembre de conférer les droits de la citoyenneté aux embryons.
Plus récemment, l’affaire insignifiante des « Pussy Riot » a surtout
confirmé le refus des autorités russes de se soumettre aux
« micro-minorités » qui dominent en occident
. Le clergé catholique
polonais cherche peut-être ainsi l’inspiration chez son homologue russe
orthodoxe.

Concernant la prochaine étape de la réconciliation entre catholiques
et orthodoxes, elle pourrait se dérouler en 2013 en Serbie à Niš, à
l’occasion des 1700 ans de l’édit de Milan. Niš s’appelait alors Naissus
en Mésie, l’empereur Constantin y était né le 27 février 272. Le pape
Benoît XVI pourrait être invité aux commémorations
."

Addendum 22/08 : L'intégralité du texte signé est accessible ici en français.

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services