Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France / Valeurs chrétiennes : Education

La presse catholique bat-elle de l’aile en France?

LbhdrgOui, mais pas toutes (Téqui, Elor, Via Romana, Terra Mare, etc.) ! Des découvertes à faire et à offrir à l'occasion des fêtes pascales qui approchent : 

"En France, l’édition « catholique », reflet de l’état de l’Église dans le pays, est en crise. Il ne faut pas s’en étonner puisqu’elle a abandonné ce qui faisait sa spécificité et renié tout ce qui pouvait l’être : triste constat extrapolable au rayon jeunesse où l’on ne saurait laisser enfants et adolescents puiser à leur guise tant il est gangrené par l’esprit du monde. Pourtant, quelques petites maisons d’édition se donnent encore beaucoup de mal pour offrir un catalogue de qualité et véritablement catholique. En voilà un échantillon.

En Europe, le rouge-gorge est aimé car, selon la légende, il doit son plumage à une goutte du sang du Christ qui l’éclaboussa tandis que l’oiseau plein de compassion envers le Sauveur crucifié tentait de lui enlever la couronne d’épines. S’inspirant de cette légende, Martine Bazin offre aux plus petits La belle histoire du rouge-gorge ; conte de Pâques, ravissant album délicieusement illustré par la talentueuse Joëlle d’Abbadie (Téqui, 20 pages, 6,80 €).

Au même public s’adresse La messe en images à colorier, initiation intelligente au Saint Sacrifice de l’autel. Afin de ne heurter personne, impossible de savoir s’il s’agit du rit ordinaire ou extraordinaire mais, l’esprit général étant bon, il n’y a rien à dire ; parents et grands-parents sont là pour assurer les commentaires. Les planches de Violaine Morlain sont des merveilles (Téqui, 23 pages, 5,90 €).

La Miche de Pain de Marie Tribou constitua, des années 30 au Concile, une référence en fait d’éducation chrétienne. Face à la catéchèse sinistrée de notre temps, sa réédition est bienvenue afin d’aider des familles désemparées et souvent privées de prêtres. Son Histoire sainte, destinée aux enfants de six à dix ans, est un chef d’œuvre de pédagogie. Édulcoré, – c’est nécessaire -, le récit est clair, conduit par la volonté de mettre en évidence le processus du Salut. Pourtant, après de longs développements consacrés à l’Ancien Testament, le Nouveau, c’est dommage, est résumé en quelques pages. Si l’attrayante couverture est de Mme d’Abbadie, les illustrations intérieures sont celles de l’édition originale, sanguines, encres et fusains de style 1930. Les adultes apprécieront ; les enfants moins … (Élor, 640 pages, 38 €).

Le héros de Véronique Duchâteau se nomme Martial ; il a onze ans, vit à la fin du IXe siècle, est oblat bénédictin. Dans la France de Charles le Chauve, la vie est pleine de périls. Martial, en trois tomes parus, n’a pas eu le temps de s’ennuyer. Après avoir, dans Le mystère Philibert, affronté les Vikings, puis, dans La mission de frère Liphard, s’être initié à l’enluminure, le garçon, dans Le secret d’Éloi, est confondu par de faux moines avec un prince venu se cacher à Sainte-Croix après l’assassinat des siens. Il s’agit d’initier les jeunes lecteurs à la spiritualité bénédictine mais ces intrigues bien menées les passionneront (Téqui, 135 pages, 11 €).

La collection Les Sentinelles propose aux adolescents des biographies de saints ou de héros de la chrétienté (…)" (suite)

Partager cet article

3 commentaires

  1. En profite pour glisser une suggestion : plutôt que de jeter à la corbeille vos Magnificat chaque fin de mois, déposez les dans la salle d’attente des médecins, dentistes etc. Au pire ils seront jeter, au mieux ils seront voler pour la bonne cause…

  2. Le titre : ” l’édition catholique bat-elle de l’aile ? est plus exact.
    Libraire catholique depuis plus de 15 ans, la Vpc est passée de 1 livre sur 3 à plus de 2 livres sur trois vendus en France, au bénéfice des grands acteurs sur internet que sont Amazon, La Procure et les sites des poids lourds de la profession, qui réclament plus de 50, voire 60 % du prix du livre par des commandes importantes, répondant ainsi au besoin de trésorerie des éditeurs, mais rognant de façon dramatique la rentabilité de chacun d’eux et affaiblissant le petit libraire de ville, auquel n’est consenti que le remise de 25 à 30 %. Un différentiel de presque 30% qui permettrait aux éditeurs de renforcer leur fond de roulement et l’on pourrait écrire : l’édition catholique va bien !

  3. Vous a-t-on souhaité un bon retour parmi nous, cher Lahire ? Non ? Eh bien voilà qui est fait ! 🙂
    [Merci!]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services