Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Pays : Etats-Unis

La position sur la vie n’est pas un désaccord de perspective entre partis politiques. C’est un absolu moral qui n’admet aucun compromis

La position sur la vie n’est pas un désaccord de perspective entre partis politiques.  C’est un absolu moral qui n’admet aucun compromis

Un article publié par un prêtre américain de la Fraternité sacerdotale de Saint-Pierre souligne que la position de Biden sur l’avortement est intenable pour un catholique :

Il y a une courte publicité politique de la campagne Biden (généralement imposée avant une vidéo YouTube) où le candidat à la présidentielle Joseph Biden parle de la place de sa foi catholique dans sa vie. Une recherche sur l’origine de cette publicité a révélé que toute la voix off que nous entendons de M. Biden est tirée de son entretien vidéo de 2015 avec le P. Matt Malone, SJ, de America Magazine, le média des jésuites.

Bien que l’entrevue soit cordiale et non conflictuelle, elle révèle beaucoup de choses sur la façon dont il comprend le catholicisme romain. Gardant à l’esprit l’avertissement de notre Seigneur concernant la construction de maisons sur le sable, M. Biden semble organiser sa foi – et son expression – autour du thème selon lequel «tout le monde doit être traité avec dignité», qui, selon lui, est au cœur de la doctrine sociale catholique. Parallèlement à cela, nous avons «l’obligation de lutter contre l’abus de pouvoir» sous toutes ses formes, qu’il considère comme le péché cardinal de l’humanité, impression que lui a laissé son défunt père, dont nous prions pour qu’il repose en paix.

Maintenant, à première vue, nous ne trouverons pas beaucoup de gens qui seraient en désaccord avec cela; nous voulons tous que chacun soit traité avec dignité et respect en tant qu’être humain. Mais ces platitudes ont peu de profondeur.

Si nous creusons un peu sous la surface, une question qui se pose est de savoir comment M. Biden comprend-il la mission de l’Église? Pourquoi l’Église catholique existe-t-elle ?

Puisqu’il poursuit en disant que «toutes les fois confessionnelles» partagent cet objectif (le font-elles vraiment?), où place-t-il le catholicisme dans le mélange? S’agit-il simplement d’une des nombreuses religions «égales», d’un chemin parmi tant d’autres «égaux» vers Dieu?

De plus, en ce qui concerne la personne de Jésus-Christ, citant des rencontres que notre Seigneur a eues avec des personnages comme Marie-Madeleine et des lépreux, M. Biden explique que notre Seigneur est «l’incarnation de ce que Dieu veut que nous fassions. Tout ce que le Christ a fait est globalement cohérent avec ce que nous sommes censés faire – traiter chacun avec dignité.

Maintenant, alors que Christ a dit Apprenez de moi, car je suis doux et humble de cœur, et alors qu’Il a également dit Aimez votre prochain comme vous-même, cette vague idée de notre Seigneur soulève une question encore plus importante et critique: Jésus-Christ est-il vrai Dieu? ou pas?

Toutes ces questions sont tout à fait légitimes car M. Biden, catholique pratiquant déclaré, est candidat à la plus haute fonction des États-Unis. Gardez à l’esprit que la morale découle de la doctrine: ce qu’une personne croit détermine la manière dont elle agit. Ainsi, tout en tenant compte de la faiblesse humaine, plus un homme s’accroche fermement à un ensemble de doctrines, plus il s’efforcera d’agir de manière cohérente avec elle.

Le contraire est également vrai; plus un homme agit délibérément à l’encontre de ses croyances, plus ces croyances sont érodées, modifiées et finalement abandonnées. Cela s’applique facilement à n’importe qui: personne n’est sans religion; tout le monde suit un credo, et tout le monde agit sur sa base (même un athée).

Par conséquent, il est tout à fait normal de vouloir savoir à quel point M. Biden croit sérieusement, car il est légitimement attendu que la foi catholique informe comment M. Biden entend gouverner s’il était élu à la présidence.

En effet, il y a eu un long préjugé historique dans ce pays sur les citoyens catholiques occupant une haute fonction publique en raison de l’allégeance d’un catholique à une «puissance étrangère» connue sous le nom de Pape et Magistère.

Mais la papauté n’est pas une autorité temporelle dans son essence; c’est une autorité spirituelle et morale qui trouve son origine en Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, avec le but et la mission expresse de guider toutes les âmes vers la repentance du péché et la vie éternelle basée sur la révélation du Christ.

Par conséquent, l’Église est là pour guider l’administration et l’exercice du pouvoir temporel, pour dénoncer son abus, mais jamais pour l’usurper. Tout en étant consciente des paroles de notre Seigneur pour rendre à César ce qui est à lui, et à Dieu ce qui est à Dieu, l’Église insiste sur le fait que, s’il y a conflit entre les deux, le problème doit être du côté de César.

L’existence même de l’Église indique qu’il existe une hiérarchie du pouvoir dans le cosmos, et donc l’Église attend à juste titre que ses enfants (c’est-à-dire les baptisés) respectent cette réalité, imposant une grave obligation morale d’agir en conséquence dans le véritable respect de l’ordre. du Grand Commandement, et ceci plus particulièrement dans le cas où une personne a été soucieuse du bien commun. Vous êtes la lumière du monde que Christ a dit à ses apôtres (Mt 5:14). Nous devons être témoins de la Lumière (cf. Jn 12, 36) car personne n’allume une bougie (c’est-à-dire ne reçoit le baptême) et la cache ensuite sous un panier de boisseau; il est plutôt placé sur un chandelier afin d’éclairer toute la maison. (Mt. 5:15) Et rappelez-vous encore le triste sort de l’homme qui a reçu un talent et qui l’a enterré (cf. Mt. 25:24).

Cela perturbe naturellement les fonctionnaires qui se soucient davantage des choses de César que de celles de Dieu. La présence d’un catholique sérieux parmi eux, qui a le courage surnaturel d’agir sur la base des enseignements de l’Église, est à la fois une menace et une mise en accusation.

Cela ne veut pas dire qu’un président, un législateur ou un juge catholique devrait soudainement proclamer le catholicisme comme religion nationale de notre pays. Dans un système comme le nôtre, cela pourrait être considéré comme un abus de pouvoir puisqu’il est contraire à la Constitution, ce que l’Église tolère. Non, l’arrangement n’est pas idéal, mais sous ce gouvernement, l’Église au moins peut exister et avoir une certaine influence, même si nous voyons cela menacé pour diverses raisons de nos jours.

Mais ce que cela signifie, c’est qu’un président catholique a l’obligation morale d’essayer de débarrasser notre terre des lois et des organisations immorales et mauvaises en raison de sa profession de foi, tout en promouvant l’influence de l’Église et son bien-être. Si un candidat catholique soutient officiellement des lois et des organisations perverses, que ce soit personnellement ou par affiliation à un parti politique dont la plate-forme officielle les soutient, il a l’obligation morale de se rétracter, d’abandonner le parti s’il ne peut pas le changer immédiatement, et de faire tout ce qui est en son pouvoir pour corriger les dommages qu’il a causés.

Cela commence par le droit le plus fondamental, le droit à la vie, et ce droit est sauvegardé en tout temps et dans toutes les circonstances pour les plus faibles et les plus vulnérables – les enfants à naître. Dire qu’il y a des problèmes moraux et sociaux plus urgents qui affligent notre pays, c’est passer à côté; empoisonner le fleuve à sa source empoisonne le lac dans lequel il se jette.

Il y a une hiérarchie des questions morales, et donc une grave erreur sur le droit fondamental à la vie qui empoisonne la façon dont toute vie est considérée et exige une correction, en particulier de la part d’un catholique qui a reçu le pouvoir ou l’influence de Dieu, la source de toute autorité, pour tenter de le faire. Qu’en est-il de «traiter tout le monde avec dignité» et de «lutter contre les abus de pouvoir?»

Nous rappelons la remarque faite il y a quelques années par la sénatrice californienne Dianne Feinstein au juge Amy Coney Barrett, catholique mère de sept enfants, selon laquelle «le dogme [le catholicisme] vit bruyamment en vous». La sénatrice Feinstein a précédé sa remarque en disant que «le dogme et la loi sont deux choses différentes» et que le dogme «est une préoccupation lorsque vous abordez de grandes questions pour lesquelles un grand nombre de personnes se sont battues pendant des années.»

Il s’agit évidemment d’une référence à l’avortement.

Sur ce sujet précis, M. Biden a déclaré dans son entretien, et ne s’est pas rétracté depuis, que «s’il est prêt à accepter la doctrine de foi [c’est-à-dire qu’il est personnellement opposé à l’avortement], il n’est pas prêt à imposer un ‘ rigide ‘- pas’ rigide ‘parce que cela semble péjoratif – plutôt une vision’ précise ‘née de sa foi sur les autres.

Cependant, ce n’est pas comme si M. Biden imposerait à tout le monde la croyance en la Sainte Trinité. Le Cardinal Burke dans une interview sur EWTN déclare que «l’avortement n’est pas une croyance confessionnelle mais relève de la loi naturelle».

Souvenons-nous que la nature et la révélation ont la même source – Dieu – et que les deux ne peuvent donc jamais être opposés. La position du sénateur Feinstein est donc incorrecte, car la loi est liée au dogme, comme la loi en est une expression.

Les vérités évidentes telles que la vie et la liberté sont un type de dogme; les lois en découlent. La foi en l’Incarnation devrait rendre celles-ci encore plus évidentes. En vertu du don de la foi catholique par le baptême, M. Biden devrait avoir une conviction et une certitude plus fermes du droit à la vie que chaque être humain a. Sa «croyance» privée en cette matière ne peut être dissociée de sa politique publique; il ne peut pas observer une position publique qui lui est directement contraire ou qui lui est indifférente sans commettre un péché grave et provoquer un scandale.

Il affirme publiquement que l’avortement est la loi du pays et qu’il fera tout ce qu’il peut pour que cela reste ainsi; par conséquent, tout catholique qui le soutient, ou s’aligne avec un parti politique qui le soutient, serait en coopération immédiate avec le mal et commettrait un péché grave, peu importe si quelqu’un dit qu’il ou elle y est «personnellement opposé» également.

La position sur la vie n’est pas un désaccord de perspective ou d’approche entre les partis politiques.

C’est un absolu moral qui n’admet aucun compromis, et c’est la question qui doit se hisser au sommet le jour des élections. L’avortement, qui est la fille laide d’une culture contraceptive et du divorce, doit être éradiqué, de même que ses propres filles laides que sont la pornographie, la prostitution, le trafic sexuel et l’exploitation des enfants.

Ainsi, alors que l’interview de M. Biden révèle une catéchèse quelque peu médiocre sur ce qu’est l’Église, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous demander si son mépris radical, après tant d’années, de l’enseignement moral de l’Église (et de la loi naturelle) sur la vie a affecté et érodé comment il devrait croire.

Où est alors sa boussole morale? Peut-il même en avoir une ? Jésus-Christ est-il vrai Dieu et vrai homme, qui est mort sur une croix et est ressuscité des morts ?

Ou est-ce que Jésus-Christ n’est qu’un philanthrope qui est venu nous apprendre à être «gentil» les uns envers les autres sans prendre conscience des cris silencieux en arrière-plan?

M. Biden est-il plus un roseau secoué par le vent de l’opinion publique, un produit de l’ambition politique, en contraste frappant avec le fortuit et condamné Jean-Baptiste qu’Hérode a dû mettre à mort lorsque ses avertissements sont devenus incommodes?

Priez pour que M. Biden vienne voir et rectifier l’erreur profonde de ses manières, comme Hérode, qu’il se rende capable d’être quelqu’un à qui le Christ peut parler.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services