Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

La poche explosive de l’abstention

Jean-Yves Le Gallou livre à Minute son analyse du scrutin. Extraits :

"L’événement majeur est pour moi le taux extrêmement élevé de l’abstention, au premier tour bien sûr mais aussi au second tour, où plus d’un électeur sur deux ne s’est pas déplacé ou a voté blanc ou nul (53,5 %). J’y vois une forme de dissidence électorale dans la mesure où les Français ne veulent plus voter pour des gens dont ils pensent qu’ils ne pourront pas – et qu’ils ne voudront pas – les représenter. Nous assistons à une crise de la démocratie représentative. On sait bien que représenter, c’est trahir, mais il y a quand même des limites à l’exercice. Et quand les limites sont franchies, quand le représentant ne veut décidément plus représenter celui qui l’a élu, le « non représenté » boude les urnes. […]

Vous tirez une conclusion radicale d’un événement dont on ne sait pas s’il va perdurer. L’abstention, ça va ça vient…

Certes, mais l’augmentation du taux d’abstention est une tendance lourde. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura pas recrudescence, ponctuelle, de la participation. Il existe une méthode pour ramener occasionnellement les électeurs vers les urnes: c’est la scénarisation. C’est ce qui a été fait en 2007, où l’on a scénarisé le match Royal/ Sarkozy comme on le fait d’un match OM/PSG. […]

Les abstentionnistes peuvent être remobilisés par un jeu scénarisé, sachant qu’il n’est pas certain que ce qui a fonctionné en 2007 fonctionnera en 2012. Mais c’est une hypothèse qu’on ne peut pas exclure. A mon sens, les abstentionnistes constituent une poche explosive pour le système. Il reste à savoir si cette masse explosive rencontrera un détonateur, qui peut être un détonateur social ou identitaire, en fonction des événements. Ce qui est sûr, c’est que dans le référentiel idéologique dominant, les Français ne peuvent plus espérer d’amélioration (de leur pouvoir d’achat, de leur sécurité, etc.) parce que tout le fonctionnement du système va à l’inverse de leurs préoccupations. En conséquence, le sentiment d’insatisfaction ne peut aller qu’en s’accentuant.

Pour qu’il y ait crise sociale, il faut que le pays soit ruiné car tant qu’il y a de l’argent, on achète la paix sociale…

Le problème est que cette paix sociale repose sur une pyramide de dettes. N’oublions pas que François Fillon avait dit, peu après sa nomination à Matignon: « Je suis à la tête d’un Etat en faillite. » Le propos avait peut-être dépassé sa pensée mais c’était celui d’un premier ministre en fonctions. Et depuis, le déficit s’est aggravé. Or la France ne bat plus monnaie et ne peut donc plus s’endetter à l’infini. La France n’est pas à l’abri des problèmes que connaît la Grèce et qui se profilent pour l’Espagne ou le Portugal. La France, comme l’Angleterre et les Etats-Unis, est concernée. A cet égard, on va avoir une scénarisation de la réforme des retraites. La logique sur le plan démographique, en raison de l’allongement de la durée de la vie, est d’allonger la durée du temps de travail et donc de retarder l’âge de départ à la retraite. Mais ce qui est vrai dans une logique démographique ne l’est pas forcément en termes économiques, dans la mesure où le chômage persiste ou va croissant à un niveau très élevé. Et qui alimente ce chômage sinon le système mondialiste et immigrationniste? Tant que ce système ne sera pas remis en cause, la situation continuera de se dégrader en termes d’emploi, donc de financement des retraites."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

2 commentaires

  1. Qu’est-ce que le mondialisme très exactement a comme rapport avec le chômage ?
    C’est une idéologie de la mort des nations, et de la confiscation de leur souveraineté, à combattre donc.
    Mais l’Allemagne exporte mondialement et limite son chômage alors que le nôtre explose, car nos entreprises les plus rentables ne performent plus par le travail français mais par les bénéfices de leurs filiales étrangères.
    Il est étonnant -ou pas étonnant si l’on songe que J-Y Le Gallou a été formaté en tant que haut fonctionnaire pour être un ”homme de l’état jacobin”- que cette analyse de remette pas en cause le socialisme redistributeur français que J-G MLALLIARAKIS nomme le socialisme maçonnique. Lequel, par les prélèvements fiscaux et sociaux les plus élevés du monde, a absorbé en un siècle les patrimoines familiaux et leur a ôté le niveau qui permet de créer et de transmettre facilement des entreprises, handicape celles qui existent et limite leur expansion, affaiblit la famille matériellement, la tue démographiquement et lui a enlevé toute autonomie, et constitue un appel d’air constant vers les victimes des socialismes du tiers-monde africain, ”nos” chers, très chers, immigrés. Et a instauré ainsi sur un pays exsangue ce que tous les socialismes réussissent le mieux, une dictature idéologique.
    La solution ne peut donc être seulement de quitter l’Euro, ou la fermeture des frontières pour produire et consommer français ou le désendettement par la création de monnaie : Ceaucescu avait très bien réussi ce programme, la Roumanie produisait de tout, mais c’était des produits dont la technologie datait de la date de fermeture de ses frontières.
    C’est à un retour à un état retrouvant ses seules missions essentielles et rendant à la société (familles, entreprises, fondations, régions ou provinces etc…) ses libertés naturelles et ses potentialités.
    Sans cela l’Etat socialiste nourricier de la société sera la seule solution, avec ses corollaires destructeurs, depuis l’oppressions idéologique jusqu’à la dénatalité et l’avortement de masse.
    Les solutions de libertés et de responsabilités de la DSE sont préférables à l’Etat jacobin ou hégélien identitaire.

  2. “Q : Pour qu’il y ait crise sociale, il faut que le pays soit ruiné car tant qu’il y a de l’argent, on achète la paix sociale…
    R : Le problème est que cette paix sociale repose sur une pyramide de dettes.”
    …et sur une pyramide de haines sociales et raciales qui se manifestent davantage.
    Le mélange de ce type est explosif, par nature, car s’opposent une dynamique démographique et sous-identitaire alogènes à une dynamique de résistance au remplacement peu décrite et ignorée car encore trop faible.
    L’absention correspond bien, à certains égards, à la mentalité pacifiste et de vaincu bien française. C’est une manifestation désabusée face à l’urnocratie et aux trahisons continue des zélites.
    Et je ne crois pas que la majorité de ces abstentionistes aient la maturité ou la sagesse politique d’un JYLG, non je ne le crois pas.
    C’est plutôt l’histoire des Trois petits cochons…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services