Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

La pilule n’est pas bénéfique pour la santé, même des religieuses

Jeanne Smits revient sur l'affaire de la pilule pour les religieuses :

P"La presse internationale (et française !) a beaucoup glosé sur une étude publiée par The Lancet proposant de prescrire systématiquement la pilule aux religieuses au motif que celles-ci, ne bénéficiant pas de la protection contre certains cancers donnée par les grossesse et l’allaitement, devaient pouvoir profiter de ce traitement hormonal pour éviter cancers du col de l’utérus, des ovaires et du sein. On voyait bien où voulait en venir (ou à tout le moins où pouvait mener) cette étude des chercheurs australiens Kara Britt et Roger Short.

  1. Promouvoir l’idée selon laquelle la pilule est bénéfique pour la santé.
  2. Laisser croire que la pilule n’a pas d’effets néfastes sur la santé.
  3. Présenter la vie de religieuse – dans la chasteté – comme présentant de sérieux risques pour la santé.
  4. Faire un pied de nez à l’Eglise catholique qui verrait ainsi la contraception hormonale qu’elle proscrit refaire son entrée par la petite porte comme une vulgaire prescription de prophylactique contre le cancer.

L’Eglise, elle, pouvait répondre que dans la mesure où dans ce contexte, la pilule ne serait pas prise en vue d’empêcher la naissance d’un enfant mais à une tout autre fin, la prophylaxie du cancer, cela ne poserait pas automatiquement un problème moral. Mais médical, si.

[…] Le seul cancer auquel les religieuses sont plus exposés est le cancer du sein – mais Kitt et Brauer soulignent eux-mêmes que la pilule n’a pas d’incidence sur le risque, qu’il ne diminue par et « n’augmente pas ». Mais il y a plus grave : l’étude passe outre les multiples effets négatifs de la pilule – le risque considérablement accru de thrombose veineuse profonde, par exemple, qu’elle cite – ou encore l’hypertension. Et il y en a d’autres.

De sorte que de manière générale, comme l’a déclaré l’oncologue Luis Raez à Catholic News Agency, eu égard aux effets indésirables que peut présenter tout comprimé, les médecins préfèrent utiliser les médicaments sur prescription pour traiter le cancer et d’autres maladies plutôt que de les prévenir. D’autant que le cancer de l’utérus comme celui des ovaires fait partie des cancers peu fréquents, qui sont en outre assez souvent soignables s’ils sont décelés tôt. Et que le fait d’avaler la pilule contraceptive n’élimine pas le risque. […]"

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services