Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Pays : Etats-Unis

La pilule abortive est mauvaise pour la santé, et pas seulement celle du bébé

La pilule abortive est mauvaise pour la santé, et pas seulement celle du bébé

Comme l’étau se resserre sur l’avortement aux Etats-Unis, qui pourrait prochainement voir un retournement judiciaire à la Cour Suprême, les militants de la culture de mort tentent de développer la distribution de pilules abortives :

La pilule abortive est mauvaise pour la santé : encore une confirmation scientifique. La vraie nouvelle, cependant, est que les données publiées par une revue médicale indépendante réfutent les assurances de l’administration Biden. Ces dernières semaines, la Food and Drug Administration (FDA) a déréglementé l’administration de la mifepristone, autorisant même son expédition à domicile. Selon l’Agence Américaine des Médicaments, la pilule présente des risques si faibles qu’elle ne nécessite pas de surveillance médicale préalable.

Divergences significatives

Un point de vue différent est adopté par le journal médical Recherche sur les Services de Santé et Épidémiologie Managériale qui a comparé les données de la FDA avec celles publiées au cours de la même période (2009-2010) par Planned Parenthood, le plus grand fournisseur d’avortements au monde. Selon les chercheurs, les écarts seraient très importants, avec un nombre d’événements indésirables “significativement plus élevé”. Étonnamment, les estimations d’un organisme gouvernemental comme la FDA devraient être plus prudentes que celles d’une organisation partisane comme Planned Parenthood, qui par ailleurs, pratiquait 37 % de tous les avortements aux États-Unis à l’époque.

Bien qu’elle ait examiné 200 000 avortements, l’étude exclut les événements indésirables les plus courants (notamment la rétention fœtale et les hémorragies ne nécessitant pas de transfusion). En outre, le taux de complication de 0,65 % ne concerne que les complications connues du Planning familial et ne rend pas compte du pourcentage de patients perdus de vue.

L’étude publiée par Recherche sur les Services de Santé et Épidémiologie Managériale est conforme aux conclusions d’autres chercheurs. L’année dernière, par exemple, une étude de l’Institut Charlotte Lozier a révélé que les visites aux urgences de femmes ayant pris le médicament abortif ont augmenté de plus de 500 % entre 2002 et 2015. En outre, sur 423 000 avortements provoqués, 121 283 ont terminé par une visite aux urgences dans les trente jours.

Les vrais chiffres… et ceux de la FDA

Pendant ce temps, au Royaume-Uni, de nouvelles données sanitaires montrent un taux énorme d’hospitalisations dues aux médicaments abortifs, après que le gouvernement a commencé à autoriser la vente par correspondance de ces médicaments en 2020. Sur un échantillon de plus de 10 000 femmes, environ une sur 17 a dû être hospitalisée.

Une étude publiée en 2009 dans Obstetrics and Gynecology a révélé un taux de complications d’environ 20 % pour les avortements médicamenteux, contre 5,6 % pour les avortements chirurgicaux. Les hémorragies et les avortements incomplets figuraient parmi les complications les plus courantes. Une autre étude, publiée dans Issues in Law & Medicineen 2021, a révélé des “lacunes flagrantes” dans les rapports documentant les complications liées au médicament abortif aux États-Unis.

Les nouvelles données sur la mifépristone ont été contestées par l’American College of Obstetricians and Gynecologists, qui par l’intermédiaire de sa porte-parole, s’est plaint de “failles méthodologiques potentielles et de conclusions probablement tirées de manière inappropriée qui contredisent des décennies de science et de pratique démontrant la sécurité de l’avortement médicamenteux aux États-Unis”.

La FDA a établi un lien entre le médicament abortif et au moins 24 décès de femmes et 4 000 complications graves entre 2000 et 2018. Toutefois, depuis le premier mandat présidentiel de Barack Obama, l’Agence Américaine du Médicament a cessé d’exiger la déclaration des complications non mortelles dues à la mifépristone. Par conséquent, les chiffres sont presque certainement beaucoup plus élevés.

Partager cet article