Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

La phrase du jour

Suite à la réformes des normes canoniques sur les crimes graves par Rome, on peut lire dans l'éditorial de l'Avvenire, le quotidien de l'épiscopat italien :

"Le code canonique n'est pas une espèce de charia: les peines sont de nature spirituelle, même les plus graves, comme l'excommunication, et sont appelées justement peines médicinales parce que leur but est de favoriser la conversion […] la sévérité des normes actuelles est un signal très fort de la gravité de certaines trahisons morales".

"Cet avertissement dur et résolu est (…) une grande leçon de responsabilité, avec toute la force de la foi [et] ainsi, la nouvelle loi canonique devient une leçon qui provoque tout le monde, même ceux qui croient que la foi ne compte pas".

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

3 commentaires

  1. Oui et non. Il n’existe pas qu’une seule sorte de peine.
    Il y a en effet les peines médicinales (comme l’excommunication).
    Mais il y a une autre sorte de peines : les peines expiatoires, dont le “renvoi de l’état clérical” prévu par les nouveaux textes.
    Il est donc faux de dire que les peines prévues par les nouveaux textes “ont pour but de favoriser la conversion” : certaines sont en effet purement expiatoires, et non pas médicinales.
    [Pourquoi opposer ? Le renvoi à l’état clérical peut aussi favoriser la conversion. MJ]

  2. La peine du renvoi de l’état clérical,on peut aussi la voir comme “assistance à âmes en danger”
    Les prêtres ont “charge d’âmes” n’est-ce pas?

  3. Je n’oppose rien. C’est le code de droit canonique lui-même qui pose ces deux espèces de peine.
    Le renvoi de l’état clérical peut peut-être favoriser la conversion. Mais ce n’est pas sa finalité. Sa finalité est expiatoire.
    [C’est cela : ce n’est pas parce que sa finalité est expiatoire qu’elle empêche la conversion. Toute l’action de l’Eglise vise à convertir. Normalement. MJ]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique