Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

La phrase du jour

Elle est du Cardinal Kasper qui définit l'ennemi et le sens du combat commun : 

"Nos ennemis aujourd'hui ne sont pas les autres confessions, mais le sécularisme et l'absence de Dieu. C'est la raison pour laquelle nous devons répondre ensemble aux défis du présent".

Partager cet article

8 commentaires

  1. La phrase ci-dessus est fausse, archi-fausse.
    Primo, il ne s’agit pas de “nous”, de “nos” ennemis. Il s’agit du Christ, de l’Eglise.
    Secundo, les ennemis du Christ et de l’Eglise, c’est certes l’athéisme. Mais c’est aussi ceux qui refusent la vérité révélée et la vraie religion. Les hérétiques (que la phrase ci-dessus nomment faussement “les autres confessions) nuisent au Christ et à l’Eglise. Les schismatiques nuisent au Christ et à l’Eglise. Les autres religions éloignent du Christ et de l’Eglise.
    Une des pires choses, c’est de se tromper dans la grille “amis – ennemis”. La ligne de partage indiquée par Kasper est fausse, pernicieuse, insidieuse.
    En outre, cher Lahire, il n’y a pas de combat commun entre les catholiques et les “autres confessions”. Rappelez-vous les années 1960, et la façon dont on a piégé les catholiques avec l’arnaque du “combat commun avec les communistes contre la faim dans le monde” ! Notre SEUL combat, c’est celui pour le règne du Christ. Et nos SEULS AMIS, ce sont ceux qui sont dans le même camp. Il n’y a pas de combat commun entre les catholiques, et ceux qui (même sans faute subjective de leur part, la question n’est pas là) propagent l’hérésie, le schisme, l’apostasie.
    Rêver d’un “front commun des religions” contre l’athéisme, c’est un leurre inoui. Cela a pour but de faire cesser le vrai combat (bonum certamen) aux catholiques, pour les faire entrer dans les faux combats que le monde leur prépare.
    Relisons les encycliques des papes, vous verrez que tout cela y est clairement dit.

  2. Il sera toujours temps de s’expliquer avec l’Islam après… sauf si l’absence de Dieu laisse la place à une présence d’Allah

  3. @ RL :
    L’absence de Dieu laisse déjà une place à la présence d’Allah.
    Ce que les gens ont admiré au long des siècles, et qui les a poussés à franchir le pas de la conversion, ce sont le courage et l’amour des chrétiens, envers et contre tout.
    Les musulmans, les hindous et les athées méprisent nos tartes à la crème. Les Européens qui se convertissent à l’islam le font à cause de sa structure, de sa fermeté, de sa radicalité… aux antipodes de la langue de bois dégoulinante de toute la société.
    Les passants qui ont assisté aux prières pro-vie la semaine dernière ne partageaient pas forcément l’avis des priants, mais ils ont admiré leur calme et leur courage sous les injures.
    Etre missionnaire, ce n’est pas se prostituer au monde : “l’on n’attire pas des abeilles avec du vinaigre”, mais le vinaigre, aujourd’hui, c’est cette moraline insipide qui fait passer la tiédeur pour de la bienveillance.

  4. Nos ennemis aujourd’hui, c’est nous-mêmes : ce sont notre propre tiédeur, notre propre manque de foi, d’espérance et de charité qui nous condamnent.

  5. Dénoncer la sécularisation, l’athéisme: quel courage!
    Ce cardinal risque une fatwa ou un djihad de la part des athées, c’est clair.
    Décidément, l’Eglise ne cesse depuis plusieurs siècles de se tromper systématiquement d’ennemis.

  6. à Bourgignol,
    tout dépend ce que l’on fait de ce principe:
    si l’on tombe dans le synchrétisme , c’est inutile, et même contre -productif.
    S’il s’agit d’une solidarité naturelle devant l’opression athéiste pour défendre la liberté de conscience ,il me semble que c’est indispensable d’autant que dans son état de relativisme avancé et son ingénuité politique, la catholicité française serait bien en peine de prouver le contraire…
    Pnesez à ce qui se passe en Chine chez lez amis de l’UMPC, pour les Ouïgours , les tibétains et…les catholiques !
    Cela peut permettre de mieux comprendre comment nécessité peut faire loi.
    C’était d’ailleurs à mon modeste sens,l’objet de la fameuse réunion d’Assise, si mal comprise à l’époque.
    Pensez aussi aux terribles attaques contre l’essence même de l’humanité en ce moment même : pourra-ton se passer de tous les hommes de bonne volonté pour enrayer le fléau ?
    Personnellement j’en doute beaucoup.
    Pour autant cela ne me paraît pas nuire au devoir de faire triompher la Vérité, au contraire, me semble-t-il.

  7. Dans les zones de non droit de banlieue ou en prison, se convertir à l’islam c’est aussi avoir un peu plus de chance de survivre. C’est cela qui est très grave, il n’y a pas qu’une recherche de religion et de modèle de vie…

  8. “C´est a l´amour que vous aurez les unes pour les autres que l´on vous reconnaitra pour mes disciples”. Je ne pense pas effectivement que l´on puisse traiter les autres chrétiens d´”ennemis”. Il faut lire l´article de Zenith. Il s´agit de l´oecuménisme, des relations entre chrétien et non du dialogue interreligieux. Ceux qui parlent de l´Islam sont totalement hors sujet !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services