Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

La persécution larvée qu’impose le projet de dénaturation du mariage

Extrait de l'homélie de Dom Hervé Courau, père abbé de l'abbaye bénédictine Notre-Dame de Triors, ce matin :

T"[…] Dans l'Église latine, le grand S. Augustin a connu le dur labeur de la
conversion du « non » au « oui » à Dieu, devenant ainsi
témoin de la liberté pascale : La liberté, écrit-il dans la Cité de
Dieu (XXII,30), n'est vraiment elle-même
que libérée de la délectation de pécher grâce à la délectation indéracinable de
ne pas pécher. L'homme libre et Dieu qui fonde sa liberté sont unis alors
par un lien d'amour indissoluble, et par voie de conséquence la liberté de
chacun s'accorde alors spontanément avec celle d'autrui. La paix sociale dépend
de notre union personnelle à Dieu.

Puissent les fêtes
pascales témoigner cette grande et divine réalité. Ainsi que le disait le Saint
Père jeudi dernier, une belle liturgie rayonne, telle une onction, jusqu'aux
périphéries les plus rudes de l'existence (messe chrismale). La
liberté pascale propage alors l’évangile à partir de la clôture de nos
fidélités de pauvres. Confions à la grâce pascale deux faits de l'actualité. Le
malaise qui se manifeste en France devant des projets qui nient la
distinction entre vice et vertu
, dénigrant celle-ci, promouvant celui-là.
Puissions-nous nous opposer au problème mal posé et à la persécution larvée
qu'imposent ces projets
, avec la pureté d'un cœur libéré comme celui des
martyrs, et il y en
a beaucoup à notre époque,
remarquait le pape (messe chrismale). L'autre réalité actuelle, c'est le Proche
Orient et ses martyrs
(justement) : cette année le Chemin de Croix du
Colisée leur fut consacré.

Avec Pâques, la Syrie entre dans la
3ième année d'un conflit infernal et apparemment sans issue ; à
cette occasion un évêque dénonce son pays qui coule, générateur de
violence, il avoue le découragement de la pastorale. Je le cite : Le
peuple syrien s'exprime peu et maîtrise bien le langage du silence. Ses
souffrances sont refoulées de peur d'être mal interprétées. Quant à la petite
Église locale, elle est à l'image de ses fidèles, elle ne peut vivre son
témoignage que dans une vocation de Bon Samaritain face aux mille détresses
d'où qu'elles viennent. La charité silencieuse et gratuite constitue ici la
seule philosophie évangélique capable de construire. L'avenir des Chrétiens
d'Orient repose sur ce défi biblique. Devant le « sauve qui peut »,
pourrons-nous assumer ce devoir ? Mais pourtant « notre cœur brûle en nous tandis
qu'il nous parle en chemin ? » (Luc,
24,32). Pour gagner ce pari,
notre regard se tourne avidement vers le
tombeau vide
(Mgr Samir NASSAR, Archevêque Maronite de Damas, Pâques 2013). Confions-nous, confions-les à Marie, Reine du ciel et
Reine des martyrs, toute remplie de l'alleluia pascal qui nous libère de
l'angoisse de la croix et du sépulcre, Regina caeli, laetare alleluia, amen."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services