Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

La paternité du prêtre

Voici un extrait de l'homélie de Mgr Centène prononcée hier, en la cathédrale Saint-Pierre de Vannes, à l'occasion de l'ordination de deux prêtres pour le diocèse de Vannes :

C "Le prêtre est appelé à être père, c’est ainsi qu’on le nomme – «abbé» vient de l’araméen «abba» qui signifie «papa»  –  son rôle est de faire découvrir la paternité de Dieu. Nous vivons dans un monde où l’image du père a été remise en cause de façon radicale. Sous les coups de boutoir de la critique psychanalytique, marxiste et individualiste, l’image du père s’est estompée à l’horizon de notre société, nous en connaissons les conséquences dramatiques aux niveaux familal et éducatif.

Cette crise touche aussi l’Eglise dans ses profondeurs, elle se traduit non seulement par la critique systématique du Pape et de l’Institution, mais aussi, plus gravement peut-être, par une sensibilité religieuse qui tend à s’arrêter à la nature humaine du Christ historique et à limiter l’Evangile à un message de transformation sociale en oubliant que le Sauveur est venu restaurer notre condition et notre dignité d’enfants de Dieu pour que nous puissions nous tourner ensemble vers le Père.

C’est dans ce contexte social et religieux que vous devrez donner à voir une véritable paternité. Le Père est celui qui donne la vie, vous le ferez par l’annonce de la Parole de vie et par la célébration des sacrements qui communiquent la grâce incréée, c’est-à-dire la vie même de Dieu. Le Père est celui qui fait grandir et vous aurez à cœur de construire le Corps du Christ en lui agrégeant de nouveaux baptisés. […]

Il y a des types de familiarité qui ne contribuent pas à désembrumer l’image du Père. Se faire appeler par son prénom, se laisser tutoyer et claquer la bise à toutes les filles de la paroisse relève davantage du syndrome d’une adolescence prolongée que d’une paternité responsable et assumée. La paternité du prêtre se déploie surtout dans la miséricorde qui accueille l’enfant prodigue pour le relever en lui restituant sa dignité de fils. L’accueil est inutile sans le relèvement qui passe par l’annonce claire de la vérité. La vérité peut demeurer inaccessible si elle n’est pas accompagnée par la charité de l’accueil."

Puis, parlant de l'Eglise :

"N’imitez jamais ceux qui sont à l’affût de ses rides et de ses flétrissures. C’est toujours le prélude à l’infidélité. Après deux mille ans, si elle est un peu ridée, c’est parce qu’elle a beaucoup souri, si elle est un peu flétrie, c’est parce qu’elle a beaucoup pleuré. Mais chaque fois que vous célèbrerez le Saint-Sacrifice de la Messe, vous lui rendrez sa beauté et la joie de sa jeunesse éternelle si vous êtes prêts à donner votre vie pour elle."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services