Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

La pandémie, prétexte pour Emmanuel Macron à «  aller plus loin, plus fort  » vers le fédéralisme européen

La pandémie, prétexte pour Emmanuel Macron à «  aller plus loin, plus fort  » vers le fédéralisme européen

Emmanuel Macron a appelé à «  aller plus loin, plus fort  » vers la souveraineté européenne, «  un concept que la France pousse depuis près de trois ans  ». Un concept absurde car il n’y a de souveraineté que nationale. Ce que Macron nomme la souveraineté européenne est un oxymore. Il plaide de fait pour plus de fédéralisme, alors que tout le monde peut constater que cela ne fonctionne pas. Mais pour ne pas employer ce mot répulsif, contraire au principe de subsidiarité, Macron utilise la méthode expliquée par Orwell dans son roman de 1984 : il faut appeler bien le mal et le mal bien.

«  Sur la souveraineté, en particulier économique, industrielle, stratégique, militaire, technologique, environnementale, les choses sont en train d’avancer fortement et, là-dessus, l’Europe est au rendez-vous de l’Histoire  ».

Mais dans cette gestion de crise, que fait l’UE ? Est-elle aux « abonnés absents » comme certains lui reprochent ? « Oui » affirme l’historien spécialiste de l’Europe Michel Fauquier pour qui, cette inaction de l’UE sur le terrain sanitaire, témoigne qu’elle n’est qu’une « structure économiste ». Il a été interrogé sur RCF :

Partager cet article

7 commentaires

  1. Cet appel ressemble bien au chant du cygne. Les globalistes ressentent le danger d’un réveil des patriotes à l’occasion du post-confinement, ces derniers ont eu l’occasion de constater l’inutilité de toutes ces institutions et même leurs nuisances.
    Lire cette intéressante mais inquiétante analyse de Valérie Bugault sur le risque d’un déchaînement des institutions mondialistes à l’occasion de cette pseudo pandémie :
    https://strategika.fr/2020/04/01/geopolitique-du-coronavirus-entretien-avec-valerie-bugault/#comments

    • J’ai lu mais c’est long! Son exposé me paraît implacable et rejoint ce que je ressens intuitivement depuis le début de la crise. Il importe de faire preuve d’esprit critique en s’évertuant de voir la réalité telle qu’elle est et non pas telle que nous voudrions qu’elle soit ou que d’autres que nous voudraient nous faire croire qu’elle est. Par exemple en appliquant cette méthode au vaccin anti covid-19 on arrive assez vite à la conclusion qu’il faut refuser de se le faire injecter.

  2. Macron et le système artificiel qui le maintient en vie, lui, ne se soucient guère que cela marche ou pas. Ils suivent aveuglément leur objectif utopique d’un gouvernement mondial dont l’Europe fédérale est un passage obligé. Ceci afin d’assoir leur domination du monde guidée par leur inspirateur aussi trompeur qu’eux-mêmes (“vous serez comme des dieux”). Chose totalement impossible à toute raison, puisque seul Dieu peut être Dieu.
    Tout laisse à penser que pour eux, l’échec de la France est une nécessité pour permettre un fédéralisme européen et l’échec d’une Europe fédérale une nécessité pour permettre un gouvernement mondial.
    C’est oublié ce qui est écrit et qui s’accomplira : “Allez donc et faites disciples toutes les nations, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit”.

  3. Une Europe incapable de nous protéger !
    Incapable de donner l’alerte en temps utiles !
    Incapable de donner des consignes intelligentes !
    Incapable de nous fournir des masques !
    Incapable de nous fournir du gel hydroalcoolique !
    Incapable de nous fournir des respirateurs !
    Incapable de nous fournir des traitements !
    Incapable de protégés nos anciens dans les EPAD !

    Incapable de tout et bonne à rien en somme

  4. L’Europe (ou plutôt l’UE) a bien montré dans ces circonstances qu’elle ne marche pas et que ce qui marche c’est l’échelon national : conclusion de Macron : plus d’Europe et moins de nation.

  5. “ un concept que la France pousse depuis près de trois ans ” un concept que seul Macron et sa clique poussent. Plus dure sera la chute. Macron, ce n’est pas la France, il oublie qu’il à été “élu” suite à un hold-up médiatique et part une minorité d’électeurs. Il devrait faire profil bas ce psychopathe.

  6. n’oublions jamais que les délocalisations et les directives suicidaires de l’ue nous ont conduit là où nous sommes

Publier une réponse