Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : François

“Là où l’on n’honore pas les personnes âgées, il n’y a pas d’avenir”

Extraits de la catéchèse du pape François, ce matin, consacrée aux personnes âgées :

"[…] Grâce aux progrès de la médecine, la vie s’est allongée ; mais la société ne s’est pas « élargie » à la vie ! Le nombre des personnes âgées s’est multiplié, mais nos sociétés ne se sont pas suffisamment organisées pour leur faire de la place, avec un juste respect et une considération concrète pour leur fragilité et leur dignité. Tant que nous sommes jeunes, nous avons tendance à ignorer la vieillesse, comme si c’était une maladie à tenir à distance ; puis, quand nous vieillissons, surtout si nous sommes pauvres, malades ou seuls, nous expérimentons les lacunes d’une société programmée sur l’efficacité qui, en conséquence ignore les personnes âgées. Or celles-ci sont une richesse, on ne peut pas les ignorer.

En visitant une maison de retraite, Benoît XVI a employé des mots clairs et prophétiques, il disait ceci : « La qualité d’une société, je dirais d’une civilisation, se juge aussi à la manière dont les personnes âgées sont traitées et à la place qui leur est réservée dans la vie commune » (12 novembre 2012). C’est vrai, l’attention aux personnes âgées fait la différence d’une civilisation. Dans une civilisation, existe-t-il une attention à la personne âgée ? Y a-t-il une place pour la personne âgée ? Cette civilisation avancera si elle sait respecter la sagesse, la sagesse des anciens. Dans une civilisation où l’on ne donne pas de place aux personnes âgées, où elles sont écartées parce qu’elles créent des problèmes, cette société porte en elle le virus de la mort.

En Occident, les chercheurs présentent le siècle actuel comme le siècle du vieillissement : les enfants diminuent, les vieux augmentent. Ce déséquilibre nous interpelle et c’est même un grand défi pour la société contemporaine. Et pourtant, une culture du profit persiste à faire apparaître les vieux comme un poids, des personnes inutiles. Non seulement ils ne produisent pas, pense cette culture, mais ils sont une charge : finalement, à quoi aboutit cette façon de penser ? On les met au rebut. C’est triste de voir des personnes âgées écartées, c’est triste, c’est dommage ! On n’ose pas le dire ouvertement, mais on le fait ! Il y a quelque chose de vil dans cette accoutumance à la culture du rebut. Mais nous sommes habitués à mettre les gens au rebut. Nous voulons supprimer notre peur croissante de la faiblesse et de la vulnérabilité ; mais en agissant ainsi, nous augmentons chez les personnes âgées l’angoisse d’être mal supportées et abandonnées. […]

L’Église ne peut ni ne veut se conformer à une mentalité d’intolérance, et encore moins d’indifférence et de mépris, vis-à-vis de la vieillesse. Nous devons réveiller le sens collectif de la gratitude, de l’appréciation, de l’hospitalité, qui font sentir à la personne âgée qu’elle est un membre vivant de sa communauté. Les personnes âgées sont des hommes et des femmes, des pères et des mères qui ont été avant nous sur notre route, dans notre maison, dans notre bataille quotidienne pour une vie digne. Ce sont des hommes et des femmes de qui nous avons beaucoup reçu. La personne âgée n’est pas un étranger. La personne âgée, c’est nous : dans peu de temps, dans longtemps, mais c’est de toute manière inévitable, même si nous n’y pensons pas. Et si nous n’apprenons pas à bien traiter les personnes âgées, nous serons traités de la même façon.

Nous sommes tous un peu fragiles, les anciens. Mais certains sont particulièrement faibles, beaucoup sont seuls et marqués par la maladie. Certains dépendent de soins indispensables et de l’attention des autres. Allons-nous faire un pas en arrière sur ce point ? Allons-nous les abandonner à leur destin ? Une société sans proximité, où la gratuité et l’affection sans contrepartie – même entre étrangers – disparaissent, est une société perverse. L’Église, fidèle à la Parole de Dieu, ne peut pas tolérer ces dérives. Une communauté chrétienne dans laquelle la proximité et la gratuité ne seraient plus considérées comme indispensables, perdrait son âme avec elles. Là où l’on n’honore pas les personnes âgées, il n’y a pas d’avenir pour les jeunes."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services