Bannière Salon Beige

Partager cet article

Franc-maçonnerie / France : Politique en France / France : Société

La morale laïque, doctrine athée de la Révolution française

Si le ministre de l'Education dite nationale fait mine de reculer jusqu'en 2015 sa volonté d'imposer aux enfants l'endoctrinement d'une morale sans Dieu (voir ici), il donne à chaque parent, chaque enseignant, chaque responsable le temps de se pencher sur cette question de la morale laïque, qui découle d'une conception de l'école qui échappe à grand nombre d'entre eux (Selon Jules Ferry, "le but suprême que doit se proposer l'école primaire" est de créer "la vie intérieure de l'enfant" sans Dieu naturellement). On relira sur ce point l'analyse de l'abbé de Tanouarn.

Fm2En effet, la morale laïque, fondée sur le déni et le rejet de Dieu et donc incompatible avec la Morale, n'est pas un ramassis de règles de "savoir vivre ensemble" ou de simples "comportements sociaux" – sans ignorer que le comportement influe sur la raison -. 

Fille de la Révolution française, elle est la soumission de l'enfant aux lois des hommes, venues de la seule (déesse) Raison. Elle lie la morale au devoir, cet absolu, lui-même issu de la loi des hommes, celle du Parlement. Aucune autre référence morale n'est possible que celle définie par l'homme : les Soviétiques et Mao n'ont rien inventé en matière de terrorisme intellectuel et de viol de la conscience.

Jules Ferry, frère du Grand Orient de France et un des maîtres de Vincent Peillon, a lui-même défini cet "enseignement", que ne renieraient pas les inventeurs du "lavage de cerveau". Extrait de ce document word :

"La morale laïque, c'est-à-dire indépendante de
toute croyance religieuse préalable, et fondée sur la pure idée du devoir,
existe ; nous n'avons point à la créer
. Elle n'est pas seulement une doctrine
philosophique ; elle est devenue, depuis la Révolution française, une réalité
historique, un fait social, car la Révolution, en affirmant les droits et les
devoirs de l'homme, ne les a mis sous la sauvegarde d'aucun dogme. Elle n'a pas
dit à l'homme : Que crois-tu ?
Elle lui a dit : Voilà ce que tu vaux et ce que
tu dois ; et, depuis lors, c'est la seule conscience humaine, la liberté réglée
par le devoir, qui est le fondement de l'ordre social tout entier
.

JfIl
s'agit de savoir si cette morale laïque, humaine, qui est l'âme de nos
institutions, pourra régler et ennoblir aussi toutes les consciences
individuelles. Il s'agit de savoir si tous les citoyens du pays, paysans,
ouvriers, commerçants, producteurs de tout ordre, pourront sentir et comprendre
ce que vaut d'être homme et à quoi cela engage. Là est l'office principal de
l'école
. Nos écoles […] sont donc tenues de découvrir et de susciter dans la
conscience de l'enfant un principe de vie morale supérieure et une règle
d'action. L'enseignement de la morale doit donc être la première préoccupation
de nos maîtres.

[…]
Qui donc, parmi les hommes, a qualité pour parler au nom de la loi morale et
pour exiger le sacrifice de tous les penchants mauvais au devoir. Comment
pourrons-nous, comment oserions-nous, avec nos innombrables faiblesses, parler
aux enfants de la beauté et de l'inviolabilité de la loi ? Il le faut pourtant,
il faut oser, avec modestie, mais sans trouble. La majesté et l'autorité de la
loi morale ne sont point diminuées, même en nous, par nos propres manquements
et nos propres défaillances : et pourvu que nous sentions en nous une volonté
bonne et droite, même si elle est débile et trop souvent fléchissante, nous
avons le droit de parler, aux enfants, du devoir.

Au
reste, les maîtres de nos écoles, dans leurs obscures et pesantes fonctions,
ont bien souvent et tous les jours sans doute l'occasion de se soumettre
librement au devoir : […] quand, se croyant méconnus, ils n'ont rien perdu de
leur zèle, ils ont accompli la loi par respect pour la loi ; ils ont été libres
serviteurs du devoir ;
ils se sont élevés à lui, et ils peuvent s'y fixer par
la pensée, même s'ils n'y restent pas invariablement attachés par la conduite ;
et, alors, ce n'est pas nous qui parlons, c'est le devoir qui parle en nous et
par nous, qui n'y sommes pas tout à fait étrangers
.

Kant
a dit qu'on ne peut prévoir ce que l'éducation ferait de l'humanité, si elle
était dirigée par un être supérieur à l'humanité. Or, cet être supérieur à
l'homme, c'est l'homme  lui-même
[…] Et ainsi l'humanité peut grandir par
la vertu même de l'idéal suscité par elle : et, par un étrange paradoxe qui
prouve que le monde moral peut échapper à la loi mécanique, l'humanité s'élève
au-dessus d'elle-même sans autre point d'appui qu'elle-même. Donc, les maîtres
[…] doivent parler sans crainte de l'excellence du devoir, de la dignité
humaine, du désintéressement, du sacrifice, de la sainteté. […]

[…]
l'enseignement civique ne peut avoir de sens et de valeur que par
l'enseignement moral, car les constitutions qui assurent à tous les citoyens la
liberté politique et qui réalisent ou préparent l'égalité sociale, ont pour âme
le respect de la personne humaine, de la dignité humaine. La Révolution
française n'a été une grande révolution politique que parce qu'elle a été une
grande révolution morale
.


[…]
Ainsi, de tous nos devoirs les plus familiers en apparence, comme la propreté
et la sobriété, il faut toujours donner les raisons les plus hautes, celles qui
font le mieux sentir la grandeur de l'homme. Par là, tous les enfants de nos
écoles auront le sentiment concret et précis de l'idéal. Il semble, d'abord,
que ce soit là un mot bien ambitieux pour nos écoles primaires et bien
au-dessus de l'enfance
. Il n'en est rien : l'âme enfantine est pleine d' infini
flottant, et toute l'éducation doit tendre à donner un contour à l'esprit de
l'enfant jusqu'à l'idée de la perfection morale, de la sainteté.

Et
alors, combien grande serait une humanité où tous les hommes respecteraient la
personne humaine en eux-mêmes et dans les autres, où tous les hommes diraient
la vérité, où tous fuiraient l' injustice et l'orgueil, et ne recourraient ni à
la violence, ni à la ruse, ni à la fraude ! Ce serait la société parfaite,
l'humanité idéale, que tous les grands esprits et les grands cœurs ont préparée
par la promulgation du devoir et par la soumission au devoir, celle que tous
les hommes, et les plus humbles, et les enfants mêmes, peuvent préparer aussi
par la soumission libre à la loi moral
e ; car cette humanité idéale, quand elle
prendra corps, sera faite avec la substance de tous les désintéressements et de
tous les sacrifices.

Et,
ainsi, non seulement l'enfant de nos écoles comprendra ce qu'est l'idéal moral
pour tout individu humain, pour lui-même et pour l'ensemble de l'humanité, mais
il sentira qu'il peut concourir lui-même, par la droiture, par la pratique
journalière du devoir, à la réalisation de l'idéal humain. Du coup, sa vie
intérieure sera transformée et agrandie : ou plutôt, la vie intérieure aura été
créée en lui
.

Voilà
le but suprême que doit se proposer l'école primaire
. Par quelle voie, par
quelle méthode pourra-t-elle y atteindre le plus sûrement ? Quels doivent être
les procédés pratiques d'enseignement de la morale aux enfants ? Et encore,
est-ce que la vie morale, libre de toute croyance religieuse préalable, ne devient
pas le point de départ d'une conception religieuse, rationnelle et libre, de
l'univers
?
Questions difficiles ou périlleuses, mais qu'il faudra aborder
aussi, si nous ne voulons pas traiter la conscience de la démocratie et l'âme
du peuple comme une quantité négligeable. Mais il suffit, pour aujourd'hui, que
nous ayons bien compris toute la grandeur de la mission de nos maîtres : ils
doivent être avant tout des instituteurs de morale."

Partager cet article

11 commentaires

  1. Invité à l’ESCP, il s’est sauvé ! Motif : pas assez de monde à son goût !
    http://www.menly.fr/buzz/news/antiseche-actu/148184-vincent-peillon-conference-escp-liberation-ministre/
    Ceci démontre:
    – la suffisance et la goujaterie du personnage.
    – le néant de sa doxa, sans impact chez les jeunes.

  2. Ce que ne veulent pas voir les laicards, c’est que l’homme, est un animal religieux.
    Chapitre 4 Evangile selon Saint Matthieu
    L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui
    sort de la bouche de Dieu

  3. Jules Ferry on le met dans les favoris ou dans les indésirables ?

  4. lire ou relire :Jules l’imposteur de François Brigneau chez DMM, préface de Jean Madiran

  5. Il faut virer la république !
    Elle n’est encore là que par notre inaction et le faux sentiment que la virer, ce n’est pas possible !
    Vive le Roi !

  6. Si les Français devaient choisir entre une république islamique et une monarchie chrétienne ils sont tellement endoctrinés qu’ils garderaient la république coûte que coûte.Ca sera le régime de demain, c’est inéluctable.

  7. Aucun catholique ne peut se permettre de soutenir la République, oeuvre de Satan, même au travers des élections.
    Pour retrouver la Vraie France n’ayons pas peur de nous battre pour le retour du Trône et de l’Autel.
    Vive Dieu, Vive le Roi, Vive la France !

  8. Si le gouvernement veut instaurer l’enseignement de la morale laïque à l’école en 2015, il faudra réagir comme pour le mariage homo.Les enfants seront endoctrinés à l’encontre souvent des convictions de leurs parents, seuls responsables de la formation morale de leurs enfants.On leur apprendra une “tolérance” portant au relativisme le plus total.Dès le CP, on leur apprendra la théorie du gender, on leur apprendra à accepter comme normaux l’homosexualité, l’avortement, la liberté sexuelle précoce etc…On leur apprendra à se méfier des religions, considérées comme source de violence, sans même distinguer les religions.On obsèdera les enfants avec la question du racisme à un âge où les enfants ne font même pas attention aux différences physiques.On vantera le multiculturalisme à outrance et on les habituera à l’idée que l’immigration est indispensable pour la survie des pays d’Europe et que tous ceux qui s’y opposent sont des racistes infréquentables et ainsi de suite.
    Il faudra absolument s’opposer à ce projet que le gouvernement présentera comme une éducation au “vivre-ensemble” et à la citoyenneté, ce qui séduira la majorité des français, trompés sur le contenu.Il faudra éclairer la lanterne des citoyens, comme les évêques le font pour le projet Taubira et manifester.En Espagne,:le nuisible Zapatero avait mis en place ce genre de chose:ce qui a provoqué un tollé des parents les plus conscients et des évêques.Zapatero n’a pas cédé mais Rajoy a dit vouloir supprimer cet enseignement.Je ne sais pas où on en est mais il est sûr qu’on a toutes les peines du monde pour se débarrasser d’un tel endoctrinement une fois qu’il est installé.

  9. Après le mariage pour tous,
    la thérorisme du genre,
    l’étape suivante sera la mise hors contrat de nos écoles
    qui ne pourront pas continuer décemment à appliquer les programmes de Jules Peillon.
    Voyez l’entreprise… déjà je vois les Unes de notre presse impartiale : “le repli identitaire …des cathos ultras…”

  10. Mon père était un militant laïque actif et convaincu depuis son enfance dans les années 1900 endoctriné par ses instituteurs de l’époque.
    Toute sa vie son intolérance quant aux idées autres que laïques a été totale tout en entretenant d’excellents rapports humains directs avec tout le monde.
    Et jusqu’à l’instant de sa mort, il a souffert d’un immense vide en lui-même. Il n’a cessé de lutter contre l’Eglise, tout en étant fasciné par elle.

  11. « C’est au socialisme qu’il va revenir d’incarner la révolution religieuse dont l’humanité a besoin »
    (Vincent Peillon, La révolution française n’est pas terminée, p. 195)
    Enfin, ENFIN ! quelqu’un pour comprendre les besoins de l’humanité ! Depuis les millénaires qu’on attendait !
    Bon. D’accord la révolution n’est pas terminée, comme le dit le titre de votre évangile, mais çà va se faire d’ici 4 ans et des poussières, j’en suis sûr.
    Surtout que quelqu’un d’autre vient d’être envoyé en mission par papa 1 lui-même :
    Nicolas Hulot, “envoyé spécial pour la protection de la planète”, rien de moins
    En clair, le socialisme français de ces 5 prochaines années va :
    – sauver l’humanité
    – sauver la planète sur laquelle l’humanité va vivre
    Merveilleux.
    Si vous n’étiez pas socialiste, je vous appellerais carrément le … Messie. Mais si ! mais si!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]