La Manif Pour Tous, le mouvement de référence du World Congress of Families

Valeurs Actuelles a effectué un reportage sur le World Congress of Families, qui tenait son Xème congrès à Tbilissi en Géorgie et que nous avons évoqué ici. Ce que ne dit pas explicitement l'article c'est que, si La Manif Pour Tous est apparue comme le mouvement de référence, elle n'avait envoyé aucun représentant. Extrait :

"La dixième rencontre du World Congress of Families, un mouvement visant à promouvoir la famille traditionnelle, vient de se tenir en Géorgie. Près de quarante associations étaient présentes avec, comme modèle d’engagement, la lutte des Français contre le “mariage pour tous”. Reportage.

Plus de 2 000 Géorgiens, 150 invités des cinq continents, trois jours de conférences, des dizaines d’intervenants… La famille dite naturelle a été mise à l’honneur, du 15 au 18 mai, à Tbilissi, dans le Caucase géorgien. Depuis 1997, le World Congress of Families (WCF) organise sa convention avec pour objectif principal la défense des valeurs chrétiennes et plus particulièrement l’union d’un homme et d’une femme dans le cadre du mariage, considéré par tous comme « le ciment de la société » et « le meilleur refuge pour l’enfant ». Au programme des conférences : les risques de la théorie du genre et de l’éducation sexuelle à l’école, les avantages de la scolarité à la maison, l’intolérance du mouvement LGBT ou encore les dangers de la gestation pour autrui.

6a00d83451619c69e201b7c85d6f52970b-800wiAnalyste et homme d’affaires français installé en Russie, père de six enfants, Fabrice Sorlin représente la France depuis trois ans au sein de l’organisation américaine. […] Mais le véritable chef d’orchestre de ce rendez-vous annuel était sans conteste Levan Vasadze, homme d’affaires géorgien, millionnaire et philanthrope. Très présent sur les plateaux télévisés en Géorgie, il a dépensé des millions d’euros pour la construction d’églises et d’écoles à travers le pays. Préserver l’indépendance de sa Géorgie natale des influences de l’Union européenne et de la Russie est son combat depuis de longues années. Ce père de sept enfants défend une identité reposant sur des valeurs chrétiennes, souvent aux antipodes de la vision libérale européenne. Hôte de cette dixième édition du WCF, il n’hésite pas à désigner ses ennemis, notamment le capitalisme, qu’il juge responsable de l’affaiblissement du modèle familial traditionnel et de la dignité morale et intellectuelle qui doivent primer dans la société.

Le choix de la Géorgie ne procède pas du hasard. À la jonction de l’Europe et de l’Asie, située entre la mer Noire et la mer Caspienne, l’ex-République soviétique du Caucase est imprégnée des cultures de l’Est et de l’Ouest. Le pays est majoritairement orthodoxe et la religion y a un poids considérable, c’est « le lieu idéal pour débattre et réaffirmer les valeurs universelles de la vie et de la famille menacées par la révolution sexuelle, les élites déconnectées, les incroyants et les idéologies néolibérales », estime Larry Jacobs, directeur du WCF. Coïncidence du calendrier, le 17 mai est, à Tbilissi, placé sous le signe de la famille. Les organisateurs du congrès ont d’ailleurs proposé au public présent de rejoindre la marche en hommage à la famille et aux parents menée dans les rues de la capitale par le patriarche orthodoxe de Géorgie, Élie II, et suivie par plusieurs milliers de personnes. « Aujourd’hui, la Géorgie est tiraillée entre deux modèles : l’un à l’Est, conservateur et traditionnel, conforme aux valeurs orthodoxes du pays ; et l’autre, à l’Ouest, européen, dominé par le libéralisme concernant les moeurs », explique Fabrice Sorlin. […]"

Laisser un commentaire