Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie

La mairie de Neuilly-sur-Marne voulait supprimer la messe de la fête nautique

Lu ici :

Le remake des aventures de Peppone et Don Camillo est-il en train de se tourner à Neuilly-sur-Marne ? La mairie vient d’écrire au prêtre de la paroisse pour lui indiquer que, cette année, elle « ne souhaitait pas inclure un office religieux » lors de la fête nautique qui aura lieu le 4 et 5 septembre prochain.

Une décision qui a mis en émoi l’association des amis et plaisanciers de la Haute-Ile (AAPHI).

Patrice Mâlon, président de l’AAPHI, ne décolère pas. « Cette messe, c’est une tradition. Et sans elle, il n’y a pas de bénédiction des bateaux et ça, ce n’est possible, s’emporte-t-il. Ça fait 20 ans que ça se passe comme ça, pourquoi ça changerait maintenant ? Moi je suis athée donc ce n’est pas une question de croyance religieuse. C’est vraiment pour le respect des traditions ».

Tout est parti d’un courrier envoyé par la mairie au père Nicolas Maine, le prêtre arrivé récemment sur la commune. Contacté, il est demeuré injoignable. Jusqu’à présent, l’hôtel de ville fournissait la logistique concernant l’organisation de la messe. « Depuis votre arrivée, vous avez développé un certain nombre d’actions en relation avec le calendrier catholique. Par équité envers les autres communautés religieuses, nous ne souhaitons pas les multiplier » justifie la municipalité. Une décision que certains plaisanciers ne comprennent pas. « Franchement, c’est incompréhensible, s’insurge ce propriétaire. Si on continue comme ça, il faudra supprimer Noël, puis Pâques puis tous les jours fériés liés à la religion catholique ».

Jacques Mahéas, maire DVG de Neuilly-sur-Marne, n’est pas à l’origine de cette lettre puisqu’il était en vacances lorsqu’elle a été écrite. L’élu cherche donc à déminer le terrain. « La formule est très maladroite, c’est vrai, reconnaît-il. Bien sûr que la messe aura lieu, il n’y a pas de problème. On a juste voulu dire que ce n’est pas à la mairie d’organiser une cérémonie religieuse. Donc on demande que les bénévoles participent plus activement à la messe au niveau de la logistique. De notre côté, on amènera les chaises ».

Partager cet article