Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Laïcité à la française

La mairie de Bussy-Saint-Georges (77) lance un parc “interreligieux”

À quelques kilomètres de Disneyland, la ville de Bussy-Saint-Georges, en Seine-et-Marne, accueille un projet d’« esplanade des religions » : il regroupera deux pagodes, une mosquée, une synagogue, un centre culturel et une église évangélique.

Déjà dotés d’une église, les catholiques n’ont pas été associés au projet. Sollicité sur la pertinence du projet de la mairie – qu’il qualifie de « parc interreligieux »  –, le P. Pierrick Lemaître, prêtre de la Mission de France et curé de Bussy-Saint-Georges, se montre prudent :

« Ce n’est pas parce qu’on met les gens à côté les uns des autres qu’ils vont se rencontrer. » 

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

8 commentaires

  1. J’ai bien connu le maire de Bussy Saint Georges, Hugues Rondeau, entre 1988 et 1992 à l’époque où il était un des responsables du GRECE (Nouvelle droite) ; il était également rédacteur à Eléments et rédacteur en chef d’une revue : Nouvelle droite jeunesse…
    Je me souviens de débats enflammés mais amicaux avec lui au local de la Nouvelle droite (62 rue Monsieur le Prince) où son anticatholicisme et son antichristianisme matinés d’un paganisme nietzschéen absolu étaient légendaire…
    Je sais que vous allez peut être hésiter avant de publier mon commentaire, mais en réalité cela n’a rien de secret, son nom apparaît sur cette revue car il était officiellement le rédacteur en chef…
    Bref, le grand n’importe quoi idéologique d’une certaine extrême droite…

  2. le super marché (pas vraiment encore hyper, car tous les rayons ne sont pas pourvus) des “religions” où l’on recrute à coup de slogans et prospectus publicitaire.
    Heureusement que l’Eglise catholique n’a pas trempée dans cette mascarade.

  3. Il manque la Temple de la Compréhension et de la Tolérance universelle.

  4. Après les “Disneyland” et les Parc “Astérix”… On a les parcs “Mosquée-land”. Bon.. Pourquoi pas.. On est en Démocratie après tout…

  5. Et un fast food pour les adeptes du cannibalisme…Et un grand loft vide pour le laïcisme, “religion de l’irréligien”SS Pie XI

  6. Il vaudrait mieux construire un seul Temple syncrétiste, cela ferait des économies. Et puis, la France aurait un coup d’avance (sur l’Antéchrist) !

  7. A Xavier: eh bien,Mr le maire Hugues Rondeau suit actuellement avec constance les messes à Notre-Dame de Bussy.

  8. Lecteur régulier du Salon Beige dont j’apprécie le combat pour la vie à naître, j’ai lu avec attention cet article faisant référence à notre initiative d’espace cultuel et culturel permettant à toutes les confessions présentes sur la ville de bâtir leurs édifices respectifs.
    Vous citez notamment les propos du curé du secteur pastoral, Pierrick Lemaître, prêtre de la Mission de France, qui souligne la nécessité pour la collectivité territoriale de ne pas s’occuper du fait religieux et de bien vouloir respecter la laïcité.
    Tenant d’une liturgie et d’une spiritualité qui ne sont pas vraiment les miennes, le père Lemaître me semble reprendre ici une thématique un peu plus coutumière de la libre pensée que de la sensibilité catholique du Omnia instaurare in Christo.
    Bien évidemment, en tant qu’élu de la République, je respecte la laïcité de l’institution et je pratique, j’espère, une vraie neutralité entre les différents cultes présents sur notre territoire. Il n’en demeure pas moins que les lois de la République n’ont à mon avis – j’ai écris sur ce sujet un petit ouvrage chez Téqui “L’Ame des démocraties” – pas vocation à nier le fait religieux, constitutif de l’homme, et à s’opposer aux convictions personnelles des politiques qui doivent primer lorsque le législateur tente d’imposer ce que leur conscience refuse. Je ne fais là que redire la doctrine constante de l’église catholique en la matière.
    Puisque nous sommes une ville nouvelle où tout est à créer ex nihilo, il m’a semblé important, contrairement à ce qu’affirme notre curé, que je ne donne pas l’impression à une part importante de la population qui n’est pas chrétienne, et ne se retrouvait donc pas dans la construction voulue par l’évêché d’une église supplémentaire, que je la négligeais et que je la bafouais dans son droit élémentaire à être elle-même. C’était là le véritable principe d’équité entre les fois, tel qu’au nom de la laïcité, je pense nécessaire d’assumer mon rôle d’élu.
    J’ai aussi cru que cette initiative était de nature à maintenir l’ordre public et l’harmonie. Je n’ai jamais pensé qu’il était bon que les salles municipales soient dédiées peu à peu à des groupes confessionnels qui finissent par les considérer presque privatisables et qu’il soit intelligent d’amener une partie de mes concitoyens à prier, pour reprendre des exemples propres à l’Islam et fort bien connus en France, dans la rue.
    Catholique pratiquant, j’estime que mon initiative ne va pas à l’encontre du magistère. Bien au contraire, elle me semble s’inscrire dans le nécessaire dialogue des religions voulu par exemple à Assise. Le maire de Bussy Saint-Georges n’est pas responsable des politiques d’immigration ayant entraîné une mutation sociologique importante de la France ces dernières décennies. Le maire de Bussy Saint-Georges n’est pas l’acteur d’un aggiornamento de l’église catholique, dont je pense qu’il est pour partie responsable de la désaffection massive de ses fidèles en Europe. Le maire de Bussy Saint-Georges revendique les racines chrétiennes de l’Europe, mais prend acte du fait que près de 50% des habitants de sa ville n’y trouvent pas une source d’inspiration. Le maire de Bussy Saint-Georges s’est contenté dans sa ville d’agir en homme de bonne volonté pour que l’ensemble de ceux et celles qui ont choisi d’y vivre puissent, à travers l’expression de leur foi, trouver un chemin de coexistence pacifique et de bien-être partagé.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services
Copied!