Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Homosexualité : revendication du lobby gay

La loi pour le « Mariage pour tous » : une Terreur moderne ?

Une longue et intéressante réflexion :

"S'il est bien un sujet qui a fait débat dans l'actualité politique de ces derniers mois, c'est incontestablement celui de la loi autorisant le « Mariage pour tous », récemment publiée au Journal Officiel le 18 Mai dernier. 

De sa conception à son adoption, cette loi aura fait couler beaucoup d'encre car, loin de faire l'unanimité parmi le peuple français, jamais depuis presque trente ans, une telle réforme n'avait suscité un tel mécontentement populaire, au point de mobiliser d'immenses foules à l'occasion des dernières « Manif'pour tous ». 
Parce qu'elle modifie certaines bases fondatrices de la famille et de la société, cette loi reste clivante. Les idées sont aiguisées, et les opinions partagées. 
Peut-on, au nom du Progrès et de la Modernité des temps qui changent, bouleverser la famille et les consciences sans même consulter le Peuple ? 
Car c'est aussi l'aspect anti-démocratique de cette loi qui déchaine les critiques. Nombre de français ont l'impression que le mot « referendum » a été un mot tabou dans la bouche des politiques qui les gouvernent et qui ont fait passer cette loi en force grâce à une arme redoutable qui a malheureusement déjà fait ses preuves dans l'histoire : la loi. 
Néanmoins, quand on regarde ces évènements, on ne peut s'empêcher de trouver certaines similitudes entre cette loi du « Mariage pour tous » et le temps de la Révolution. A la guillotine succèdent les gaz lacrimogènes pour réprimer ceux qui osent dire NON aux temps qui courent. Les arrestations arbitraires prennent un autre visage : finie l'époque où l'on on comparaissait devant un tribunal révolutionnaire pour avoir porté la cocarde blanche… Désormais, il est fréquent d'atterrir dans un fourgon de police (« les Bleus » du XXIe Siècle) pour avoir arboré ce que l'on considère comme un des nouveaux insignes du fanatisme et de l'obscurantisme : un tee-shirt de la Manif' pour tous. 
Les temps changent, mais le fond reste le même. 

Regardons dès à présent quels sont les autres aspects de cette loi qui pourraient largement s'apparenter aux heures les plus sombres et tumultueuses de la fin du XVIIIe Siècle.

« Est-ce une émeute ? ». «  – Non, sire, c'est une révolution »

 

Oui, cette loi du Mariage pour tous est une Révolution, au sens étymologique du terme : « revolvere » en latin, qui signifie « revenir en arrière ». 
Nous revoilà plongés à l'époque de la constitution civile du Clergé de 1790, et du serment civique qui l'a suivi peu de temps après. Ce ne sont plus les prêtres refusant de prêter serment qui se retrouvent hors-la-loi et mis à l'écart, mais les maires qui au nom de leur liberté de conscience, refusent de célébrer des mariages homosexuels, même si possibilité leur est offerte de déléguer cette tâche à des adjoints… 
Les maires, premiers magistrats de commune, ainsi que leurs adjoints n'ont donc plus le choix : il faut se plier, se conformer, et donner dans les idées nouvelles, auquel cas ces nouveaux « réfractaires » peuvent faire l'objet de lourdes sanctions administratives. 
Le parallèle avec la Révolution est on ne peut plus cohérent. Dans un récent ouvrage intitulé « La Révolution française n'est pas terminée », le ministre Vincent Peillon décrit l'année 1789 en des termes qui pourraient également s'appliquer aujourd'hui : « C'est l'engendrement par un brusque saut de l'Histoire d'un homme nouveau ». Dans ce livre, V.Peillon se targue de vouloir dépouiller les enfants de leurs racines, les « arracher » à leur famille…. Les nouveaux sans-culottes seraient-ils en train de revenir en force ?" (suite).

 

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

2 commentaires

  1. Depuis les débuts du règne de M.Hollande, je dis “urbi et orbi”, que nous sommes revenus sous le régime des “chapeaux à plumes” !!! Vous savez…ceux du comité de salut public, du tribunal révolutionnaire, avec leurs 3 plumes d’autruche, bleue, blanche, rouge, pour garnir le chapeau !C’est 1793 !!!!

  2. Dire à Monsieur Payons (l’addition) que les arbres sans racines meurent…Et les enfants sans famille n’iront pas mieux…C’est le BABA du psy et de la psychanalyse (et si on revenait chez Dolto?)
    Vouloir détruire et une chose , encore faut-il savoir trouver du meilleur à mettre à la place et là j’avoue, je ne vois pas…mais alors vraiment pas l’Etat en éducateur alors qu’il ne sait même pas se conduire lui-même!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique