Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Valeurs chrétiennes : Education

La loi Peillon remet en cause la scolarisation des enfants handicapés

PbLe sénateur Philippe Bas alerte les Français :

"L’Assemblée nationale vient de commettre une véritable injustice à l’égard des enfants handicapés scolarisés.

Le projet de loi sur la refondation de l’école voté à l’Assemblée Nationale permettrait désormais à la communauté éducative de l’établissement de se passer de l’accord des parents pour décider de l’orientation de ces élèves fragiles.

Je m’y opposerai au sénat.

Il s’agit d’un grave recul des acquis de la loi de 2005 dont Jacques Chirac m’avait confié la responsabilité et que je mets en œuvre dans la Manche dans une parfaite entente avec les services de l’Éducation nationale.

Cette grande loi de la République voulue par Jacques Chirac affirme le droit à la scolarisation des enfants handicapés en milieu ordinaire et qui instituait une véritable concertation entre parents et professionnels dans l’élaboration des parcours scolaires adaptés.

L’école de la République doit être l’école de tous. Celle de tous les enfants, mais également celle des parents, qui sont les meilleurs connaisseurs et les premiers éducateurs de leurs enfants.

Ce n’est pas en déscolarisant les enfants handicapés que nous améliorerons leur intégration dans la Cité. Ce n’est pas en refusant le dialogue avec leurs parents que nous aiderons ces familles à assumer leurs lourdes responsabilités.

Il appartiendra au Sénat de corriger cette dérive en la supprimant du texte de loi.

C’est pour ma part ce que je proposerai, en défendant la vision d’une école qui soit un lieu d’accueil de la différence et de concertation avec les parents, et qui donne toutes leurs chances aux plus fragiles de nos enfants".

Partager cet article

13 commentaires

  1. D’autant que nous ne nous y trompons, ceux qui auraient pu être scolarisés dans des écoles “normales” devront taper à la porte des établissements spéciaux et ceux qui auraient du aller dans des établissements spéciaux resteront à la maison.
    etc.

  2. Comment peut-on aider ce sénateur, y a-t-il une pétition ? Nos enfants sont concernés… je commence à comprendre certains regards du corps enseignant !

  3. Normal, ces gens-là (les socialistes) ne comprennent pas qu’il puisse y avoir encore 4 % d’enfants trisomiques qui échappent à la mort par aspiration in utero, cela les scandalise. Alors consacrer des moyens pour scolariser ces rescapés de l’holocauste… De plus, la plupart de ces enfants doit être issue de familles chrétiennes, donc politiquement irrécupérables. Pas intéressant.
    Quant aux autres types de handicapés, leur vie vaut-elle vraiment la peine d’être vécue ? Nos bons dirigeants ne préparent-ils pas une loi (en faveur de l’euthanasie) pleine de compassion pour éviter à ces gens-là de vivre alors qu’on saura bien les convaincre de leur inutilité ?

  4. bonjour à tous,je suis concernée par cela, car mon fils est en fauteuil, il est actuellement en CM1, dans une école “ordinaire”. Seul son corps ne fonctinne pas bien, il est tout à fait apte à comprendre ou apprendre comme un autre enfant, avec quelques adaptations tout de même. J’espère sincèrement que rien ne changera, car mon fils est très heureux avec ses copains, tous ses maîtres et maîtresses l’on toujours vu comme tous les élèves, en fauteuil; certe, mais comme les autres.

  5. Désolé, à partir de “cette grande loi de la république” j’arrête de lire

  6. Certes vu de l’extérieur , cela parait scandaleux d’exclure ces enfants et je peux comprendre les parents. Maintenant, je me permets en tant que prof de donner mon témoignage: J’ai eu plusieurs jeunes handicapés dans ma classe . Honnêtement , quand vous avez une classe à gérer, il est très difficile de bien s’occuper de ce jeune. Alors certes, ils avaient une AVS mais qui n’était pas forcément très forte en math et ne pouvait pas jouer le rôle de répétiteur et puis ce n’est pas son rôle.Et Il n’est pas possible de laisser une classe pour donner un cours particulier à un élève.On ne laisse pas le lait sur le feu sans surveillance.En conclusion,cela m’a laissé un goût amer.
    Chaque handicap est différent et chaque cas est différent, chaque classe est différente.
    Mais certains jeunes que j’ai eu auraient été , en terme d’efficacité pédagogique, mieux à mon sens dans une structure avec des profs dédiés.Maintenant ce n’est peut être pas le seul critère à prendre en compte.

  7. Oui, bon, tout le monde y va de son argument.
    Le concret est assez simple: la scolarisation reste un parcours du combattant, avec des améliorations, mais c’est difficile. Quant à l’enseignant qui n’est pas content, on peut quand même en discuter: l’idéal n’est pas d’imposer un enfant en situation de handicap mais del’intégrer, avec une réfleion del’équipe éducztive sur le projet d’établissement. Sinon, c’est voué à l’échec.
    En attendant, pour la scolarisation partielle à la maison pourles enfants malades ou handicapés, l’énormité pédagogique est bien pire: on a interdit par exemple dans notre académie que les engants soient soutenus par des enseignants tout juste en retraite. Ainsi, seuls des ensignants en activité peuvent venir faire cours à la maison (régime extra pour nous: deux heures par semaine…) Sauf que… par définition, un enseignant e activité … est en activité, et donc, les interventions ne peuvent avoir lieu qu’après 18 heures pendant la semaine, et parfois le mercredi, ce qui va être encore compromis avec la ouvelle semaine.
    le gag: ni l’inspecteur, n la MDPH, ni le ministère, n’c-vait vu le “hic”, et comme i n’y a pas d’enseignant dédié… CQFD
    Donc, un enfant handicapé et malade doit avoir cours le soir, quand un enfant ordinaire ne doit pas avoir de devoir après 16h30 parce qu’il est trop fatigué.
    Quant à la bascule d’un enfant hors établissment scolaire, cela revient à dire qu’il rstera cloîtré: pas de place ni de budget pour un autre établissement. Et en plus, il serait temps de penser qu’il n’y a pas que les enfants trisomiques qui sont des rscapés du tri eugénique. Il y a aussi un tas d’autres maladies, les “saloperies” de la vie, qui affectent des enfants sans être encadrés par des associations qui les défendent. ON est alors dans la double survie: rescapé du tri génique, de l’acharnement euthanasique déguisé, et très seuls.

  8. tout cela pour dire que de toute façon, il est plus dfficile d’intégrer un enfant en situation de handicap dans un établissement public que dans un établissement privé, ,que dans les établissements privés, il y a plus d’avs ou d’evs parce que la population de parents est plus cobattive face à l’institution.
    De toute façon, dans le public, même pour les enfants ordinairs, les parents ne sont pas partie prenante de l’instruction citoyenne.
    Ce qui est inacceptable dans l’amendement274, et les parents ont bien perçu le danger, c’est que dans certains établissements, tout est contrainte. Et une fois de plus, on va agiter le chiffon rouge de la qualification professionnelle de l’enseignant, du sachant face au non-sachant (le parent) alors même que le handicap n’st pas l’affaire exclusive de l’enseignant.
    La loi 2005, dans l’absolu, fait OBLIGATION aux établissements d’accueillir les enfants.
    C’est caricatural de représenter tous les enfants scolarisés ainsi en situation de détresse , et les enseignants sur un radeau , pendant que les parents font le forcing de la “normalité”.
    Il y a des structures de coordination scolaire qui fonctionne, et dont les moyens sont réduits à leur plus simple expression.
    Il manque aussi de la part des cathos un réflexe , du fait de la disparition des congrégations, (empathie du don au plus faible), d’une réelle intégration et aide des parents ou des enfants hors assistanat, aide de l’état, ou tout simplement du faire à la place de…
    Vaste sujet.
    C’est aberrant.

  9. L’étape suivante sera l’application du programme T4, cher à Goebbels. Il suffit de rebaptiser la chose “euthanasie compassionnelle”, “sédation cordicole”, “endormissement amoureux”, ou que sais-je encore, et le tour sera joué.

  10. Au Japon où je vis, les établissements spéciaux pour les handicapés ont été abolis il y a des décennies. Tous les enfants handicapés (y compris mentaux s’ils ne sont pas un risque pour l’entourage) sont répartis dans les mêmes écoles que tout le monde.
    Résultat : Les japonais sont très habitués aux handicapés, qu’ils ne craignent pas, et une fois adultes, les handicapés n’ont pas autant de problèmes d’employabilité qu’ils en ont en France. Et le contact avec les autres élèves leur est très bénéfique pour leur sociabilisation et leur insertion.
    Ce que veut faire Peillon est horrible. Et dire que le même gouvernement vous sert à n’en plus finir “l’Égalité” pour justifier d’autres lois …

  11. en relation avec le commentaire de “Lebrun”
    Il me semble que la réaction du sénateur porte sur un principe: “le droit à la scolarisation des enfants”, et sur une incohérence: comment peut-on prôner “le mariage pour tous” et préconiser de trier, parmi les élèves en âge de scolarisation, ceux qui auront le “droit d’être scolarisé” et ceux qui n’auront pas ce droit.
    Cela relève de la même logique que la discrimination concernant les “allocations familiales”: il y a les “bonnes familles” qui y auront droit, et les autres.
    Le gouvernement et le P.S. ont la fâcheuse habitude, quand ça les arrange, de changer de registre et de passer du froid registre des principes à celui, sensible et qui permet facilement de faire pleurer Margot dans les chaumières, du vécu individuel. On ne fait pas de politique avec des sentiments.

  12. je suis AVS et je confirme le point de vue de terrain de Lebrun : tout dépend du degré et de la catégorie d’handicap. Il est effectivement très difficile pour les instits et profs de gérer les enfants différents avec les moyens et les effectifs qui sont les leurs.

  13. C’est bizarre j’ai aussi tout de suite pensé au programme T4 …

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services